Le caractère chrétien du mormonisme



Gordon B. Hinckley (1910-2008) :

Il y en a certains qui considèrent comme leur mission d'abaisser et de détruire la foi des faibles avec le piètre argument que nous ne sommes pas chrétiens. Pour tous ceux-là, nous avons une réponse qui vient calmement : un vrai disciple du Christ, un disciple de celui qui a été le parangon de l'amour et de la miséricorde et de la considération, cherchera-t-il à en blesser un autre ? (L’Étoile, avril 1984, p. 141)
 

Boyd K. Packer (1924-2015) :      

 Le plus bizarre dans tout ça, c'est que des gens par ailleurs intelligents déclarent que nous ne sommes pas chrétiens. Cela montre qu'ils ne connaissent que très peu voire rien du tout de nous. (Le Liahona, novembre 2006, p. 87, 88)
 

M. Russell Ballard : 

 Je suis perplexe quand il y en a qui mettent en doute la croyance de l’Église en la Bible et notre statut de chrétiens. Le nom de l’Église est l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. À notre dernière conférence générale, ici, dans ce bâtiment, les dirigeants de l’Église ont cité la Bible près de deux cents fois. L’Église est organisée et fonctionne comme l’Église que le Christ et ses apôtres ont établie dans le Nouveau Testament. Sur l’estrade sont assis aujourd’hui le prophète et les apôtres du Seigneur Jésus-Christ. (Le Liahona, mai 2007, p. 81, 82)
 

Jeffrey R. Holland : 

 Nous voudrions que tout le monde se demande si nous sommes ou non « chrétiens ». Dans l’ensemble, les controverses à ce sujet tournent autour de deux points de doctrine : notre vision de la Divinité et notre croyance au principe de la révélation continue menant à un canon d’Écritures ouvert. (Le Liahona, novembre 2007, p. 40, 41, 42) 

 Certains chrétiens, en grande partie en raison de leur amour véritable de la Bible, ont déclaré qu’il ne peut y avoir d’autres Écritures autorisées en plus de la Bible, déclarant ainsi que le canon des Écritures est fermé... N’imputant aucune intention mauvaise aux gens qui adoptent cette position, nous rejetons néanmoins respectueusement mais résolument cette définition non scripturaire du véritable christianisme. (Le Liahona, mai 2008, p. 91)

Boyd K. Packer (1924-2015) : 

 Il semble étrange que certains disent de nous que nous ne sommes pas chrétiens quand nous sommes les seuls à avoir l’autorité et l’organisation qu’il a établies. (Le Liahona, mai 2008, p. 85)


Robert D. Hales : 

 Le Sauveur a dit : « Celui qui a l’esprit de querelle n’est pas de moi » (3 Néphi 11:29). Il est encore plus regrettable pour un membre de l’Église de réagir à ce genre d’accusation d’une façon non chrétienne que pour l’Église d’être accusée de ne pas être une Église chrétienne. 

 En tant que vrais disciples, notre souci principal doit être le bien-être des autres et non la volonté d’avoir raison. 

 Comme le Sauveur l’a montré avec Hérode, quelquefois, les vrais disciples doivent faire preuve du courage d’un chrétien en ne disant rien. 

 Parfois, des personnes veulent que nous descendions des hauteurs pour les rejoindre pour un pugilat théologique dans la boue. Ces quelques personnes querelleuses n’aiment rien tant que chercher la bagarre en matière de religion, que ce soit sur l’Internet ou en personne. Il vaut toujours mieux rester sur les hauteurs du respect mutuel et de l’amour. (Le Liahona, novembre 2008, p. 72-74)

Boyd K. Packer (1924-2015) : 

 Certains déclarent que nous ne sommes pas chrétiens. Soit ils ne nous connaissent pas du tout soit ils comprennent mal. 

 Dans l’Église, toutes les ordonnances sont faites par l’autorité de Jésus-Christ et en son nom. Nous avons la même organisation que l’Église primitive avec des apôtres et des prophètes. (Le Liahona, mai 2011, p. 31)