La résurrection de Jésus-Christ



Tad R. Callister


Article tiré de l'Encyclopédie du mormonisme
(Macmillan Publishing Company, 1992)
Traduction : Marcel Kahne
Source : www.idumea.org
avec autorisation

 

Les saints des derniers jours considèrent la résurrection de Jésus-Christ comme l’événement le plus glorieux de tous les temps. Ayant le pouvoir de déposer son corps et de « l[e] reprendre » (Jn. 10:18), le Sauveur a vaincu la mort pour lui-même et pour toute l’humanité (1 Co. 15:22). La foi des saints des derniers jours en la résurrection littérale et physique de Jésus est considérablement renforcée par les témoignages anciens et modernes de nombreux témoins.
 
Le Livre de Mormon contient des prophéties de la résurrection de Jésus faites des années avant l’événement proprement dit. Le prophète Néphi 1 a déclaré : « Voici, ils le crucifieront ; et… il se lèvera d’entre les morts » (2 Né. 25:13 ; aussi 1 Né. 19:10). Dans la Bible, Jésus lui-même a prophétisé que « le troisième jour il ressuscitera » (Mt. 17:23).
 
Le troisième jour est venu et Jésus est devenu les « prémices de ceux qui sont morts » (1 Co. 15:20), son esprit se réunissant de manière permanente à son corps dans un état glorifié et immortel. Son corps ressuscité n’était pas sujet à la souffrance, à la maladie ou à la mort. Il pouvait traverser les murs ; il pouvait défier les lois terrestres de la pesanteur ; mais c’était « un corps glorieux » tangible (Ph. 3:21) composé de chair et d’os. Jésus a dit à ses disciples : « Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi ; touchez-moi et voyez ; un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai » (Lu. 24:39). Il a ensuite mangé du poisson rôti et un rayon de miel en leur présence comme témoignage supplémentaire de sa nature corporelle.
 
Les saints des derniers jours se distinguent fermement de ceux qui nient la résurrection physique de Jésus ou affirment que sa nature divine est seulement spirituelle, ses apparitions postmortelles n’étant que des manifestations physiques ou mystiques temporaires (Nibley, p. 156-159). Ils estiment pareil enseignement contraire aux paroles de Paul, qui enseignait que le Christ ressuscité « ne meurt plus » (Ro. 6:9), voulant dire que son corps ressuscité ne serait plus jamais séparé de son esprit (Ja. 2:26 ; Al. 11:45).
 
Dans son état ressuscité, Jésus a conservé les empreintes des clous dans ses mains et dans ses pieds comme manifestation spéciale au monde. Ces marques ne sont cependant que provisoires. Lorsque tous auront confessé qu’il est le Christ, son corps ressuscité, comme ceux de toute l’humanité, retrouvera « sa forme propre et parfaite » (Al. 40:23).
 
Une fois que ressuscité, Jésus « a obtenu les clefs… [pour] ouvrir les tombeaux pour tous les hommes » (DS 1:129) et avec ces clefs il a ouvert les portes de la résurrection : « Les sépulcres s’ouvrirent » et « beaucoup de saints sont ressuscités, et sont apparus à un grand nombre » (Mt. 27:52 ; 3 Né. 23:11).
 
La résurrection du Christ n’a pas été cachée. Les témoins de cet événement étaient aussi légion que divers : les femmes au tombeau (Lu. 24:1-10), Marie dans le jardin (Jn. 20:11-18), dix apôtres ensemble (Lu. 24:36-43), onze apôtres dont Thomas le sceptique (Jn. 20:24-29), deux disciples sur le chemin d’Emmaüs (Lu. 24:13-24), « plus de cinq cents frères à la fois » (1 Co. 15:6) et Paul sur le chemin de Damas (Ac. 9:3-9). De tous ces rapports, aucun n’est plus profond que celui de son apparition aux Néphites, où, un par un, 2500 hommes, femmes et enfants « [virent] de leurs yeux et [touchèrent] de leurs mains, et [connurent] avec certitude… [que c’était lui] » (3 Né. 11:15). À ces récits, les saints des derniers jours ajoutent les apparitions modernes du Seigneur ressuscité à Joseph Smith et à d’autres (par exemple, JS–H 1:17 ; D&A. 76:22-23).
 
Jésus-Christ apparaîtra encore dans les derniers jours et témoignera : « Ces blessures sont celles que j’ai reçues dans la maison de mes amis » (D&A. 45:52 ; cf. Za. 13:6), visitant tous les royaumes dont il est le créateur (D&A. 88:51-61). Des témoins honnêtes et crédibles de toutes les époques ont témoigné et témoigneront encore, comme les anges messagers d’autrefois : « Il est ressuscité » (Mt. 28:6).


Bibliographie

Nibley, Hugh W. « Easter and the Prophets ». The World and the Prophets, dans CWHN 3, p. 154-162.
Romney, Marion G. « The Resurrection of Jesus ». Ensign 12, mai 1982, p. 6-9.