Types et préfigurations
de Jésus-Christ


Lenet Hadley Read


Article tiré de l'Encyclopédie du mormonisme
(Macmillan Publishing Company, 1992)
Traduction : Marcel Kahne
Source : www.idumea.org
avec autorisation


 
Les saints des derniers jours croient que beaucoup d’événements, de personnes et d’objets dans l'Ancien Testament et d'autres Écritures étaient des « types » ou des préfigurations de Jésus-Christ. Jésus a enseigné, par exemple, que la manne était une préfiguration de lui-même, le véritable pain céleste (Jn. 6:30-35) et que les trois jours de Jonas dans le poisson représentaient sa mort et son ensevelissement (Mt. 12:38-41).
 
Paul affirme que l'eau que Moïse a fait jaillir d'un rocher était une indication de la nourriture spirituelle qui serait donnée par Jésus (Ex. 17:6 ; 1 Co. 10:4) ; il affirme, en outre, que le premier Adam préfigurait Jésus, le second Adam, qui a apporté la vie à sa postérité spirituelle contrairement à Adam qui a apporté la mort (Ro. 5:12-21 ; 1 Co. 15:45). De même, les héritages d'Ismaël et d’Isaac annoncent les différences entre l’ancienne alliance et la nouvelle (Ga. 4:22-31).
 
Selon Hébreux 7:15, le Messie est venu « à la ressemblance de Melchisédek » (en hébreu, « roi de justice ») qui préfigurait les rôles de prêtre et de roi. La généalogie de Jésus dans Matthieu 1:2-17 a été écrite pour montrer que Jésus était à la fois descendant de David et était annoncé par lui comme roi d'Israël. Certains dirigeants de l’Église ont enseigné que la vie de beaucoup de prophètes a été un symbole du Christ (McConkie, p. 448-453).
 
On peut aussi trouver des prototypes et des indices dans le symbolisme des cérémonies sacrées de l'Israël antique. Par exemple, le bouc émissaire et les rites de purification du jour des Expiations signifient le salut du Christ accompli par la souffrance et la mort (Hé. 9:7-14). De plus, la fête des Tabernacles, avec ses connotations de moisson et de lumière, enseigne le règne du Messie (2 Ba. 29:4-8 ; Jn. 8:12).
 
Des passages du Livre de Mormon renforcent la notion de types scripturaires. Amulek observe que « toute la signification de la loi [mosaïque]… annon[ce] ce grand et dernier sacrifice … [du] Fils de Dieu » (Al. 34:14). De plus le sacrifice d'Isaac par Abraham a été qualifié de « similitude de Dieu et [du sacrifice] de son Fils unique » (Jcb. 4:5). Dieu a montré à l'Israël d’autrefois « beaucoup de signes, et de prodiges, et de figures, et de préfigurations concernant sa venue [du Christ] » (Mos. 3:15). Le prophète Alma appelait le Liahona, un compas donné par Dieu, une « figure » du Christ, qui guide vers la vie éternelle (Al. 37:38-46). Au sens large, « tout ce qui a été donné par Dieu à l'homme… est une figure de lui [le Christ] » (2 Né. 11:4).
 
La Perle de grand prix enseigne également que toute la création rend témoignage du Christ (Moï. 6:63). Ceci inclut le soleil, qui renvoie vers lui, la lumière du monde (voir D&A 88:5-13). De même, chaque ordonnance révélée comporte un lien symbolique avec un élément ou l’autre du ministère de Jésus. Par exemple, de même que les sacrifices quotidiens au temple de Jérusalem annonçaient le sacrifice du Christ (Hé. 7:26-28), de même les saints des derniers jours considèrent que les ordonnances de l'Évangile renvoient vers lui et vers le chemin qui ramène en sa présence.

 
Bibliographie

McConkie, Bruce R. The Promised Messiah, p. 374-453. Salt Lake City, 1978.
Read, Lenet H. "Symbols of the Harvest : Old Testament Holy Days and the Lord's Ministry." Ensign, janvier 1975, p. 32-36.