Dans le mariage

 

  

 

Brigham Young :  

 

Le père doit être plein de bonté et s'efforcer de rendre heureuse et joyeuse la mère, afin que son coeur soit consolé et que son affection pour son protecteur terrestre reste constante, afin que son amour de Dieu et de la justice vibrent dans tout son être, qu'elle donne le jour à des enfants dotés des qualités nécessaires à un être destiné à régner comme roi des rois et seigneur des seigneurs. (Journal of Discourses, vol. 8, p. 62)


Spencer W. Kimball :

Le mariage ne rend pas convenables certains extrêmes dans la sexualité. Paul, s’adressant aux saints d’Éphèse, les supplia de se conduire convenablement dans le mariage : ‘C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même’ (Éphésiens 5:28). (Le Miracle du pardon,1969, p. 74)

Nous vous exhortons, avec Pierre : ‘à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme’ (1 Pierre 2:11)… Même dans le mariage il peut y avoir des excès et des déviations. (Conference Report, avril 1974, p. 8-9 ; Ensign, mai 1974, p. 7)

Nous ne connaissons aucune directive du Seigneur disant que la sexualité entre mari et femme doit se limiter totalement à la procréation, mais d’Adam à nos jours nous trouvons beaucoup d’indications montrant que le Seigneur n’a jamais prévu que les relations sexuelles débridées soient permises. (L’Étoile, mars 1976, p. 2-3)

Si c’est contre nature, ne le faites pas. C’est tout, et toute la vie conjugale doit rester pure et digne, et à un très haut niveau. Certaines personnes ont dit que derrière la porte de la chambre à coucher tout est permis. C’est faux et le Seigneur ne l’approuve pas. (Teachings of Spencer W. Kimball, p. 312)

 

 

Russell M. Nelson :

 

Nous, pères, devrions avoir un amour immense pour la mère de nos enfants. Nous devrions lui manifester de la reconnaissance, du respect, et la féliciter comme elle le mérite. Maris, afin de préserver le romantisme de votre mariage, faites preuve de considération et de gentillesse dans l'intimité des liens tendres de votre mariage. Que vos pensées et vos actions inspirent confiance. Que vos paroles soient saines et que le temps que vous passez ensemble soit édifiant. Que rien dans le vie ne prenne la priorité sur votre femme : ni votre travail, ni vos divertissements, ni vos passe-temps.

 

Le mariage idéal est l'association véritable de deux personnes imparfaites, chacune s'efforçant de compléter l'autre, de garder les commandements et de faire la volonté du Seigneur. (L'Étoile, juillet 1999, p. 46-47)

 

 

James E. Faust :

 

Pour atteindre un accomplissement sublime dans le mariage, les deux conjoints doivent être pleinement engagés vis-à-vis du mariage. (Le Liahona, mai 2004, p. 53)

 

Le bonheur dans le mariage commence par un mari et une femme qui vivent ensemble dans l’amour, la gentillesse et le respect mutuels, marchant dans la justice et l’humilité devant le Seigneur. Il dépend de la fidélité à tous les vœux et à toutes les alliances. (Le Liahona, mai 2004, p. 67-68)

 

 

Russell M. Nelson :

 

S’apprécier, dire « je t’aime » et « merci » n’est pas difficile. Mais ces expressions d’amour et de gratitude font plus que souligner une pensée ou un geste aimable. Elles sont un signe de courtoisie. Lorsque des conjoints reconnaissants recherchent le bien chez l’autre et se complimentent sincèrement, les femmes et les maris s’efforcent de devenir la personne décrite par ces compliments.

 

Bien communiquer avec votre conjoint est aussi important. La bonne communication inclut de prendre le temps de planifier ensemble. Les conjoints ont besoin de moments en privé pour faire des observations, pour parler et pour s’écouter réellement. Ils doivent coopérer, en s’aidant en partenaires égaux. Ils doivent aussi entretenir leurs relations spirituelles ainsi que leurs relations physiques. Ils doivent s’efforcer de s’élever et de se motiver mutuellement. L’unité conjugale est renforcée lorsque les objectifs des conjoints sont compris mutuellement. La bonne communication est aussi favorisée par la prière. Prier en mentionnant une bonne action (ou un besoin) du conjoint renforce le mariage.

 

Si les couples contemplent ou méditent, souvent dans le temple, ils se rappelleront et respecteront mieux les alliances sacrées. L’assistance fréquente au temple et l’étude régulière des Écritures en famille, renforce le mariage et la foi au sein d’un foyer. La contemplation ou la méditation permet aux conjoints d’anticiper et d’être en harmonie (en accord) l’un avec l’autre et avec le Seigneur. La contemplation ou méditation renforce le mariage et le royaume de Dieu. (Le Liahona, mai 2006, p. 37, 38)

 

 

Dallin H. Oaks :

 

Pour la plupart des problèmes du mariage le remède n’est pas le divorce mais le repentir. Souvent la cause n’est pas l’incompatibilité, mais l’égoïsme. La première étape n’est pas la séparation, mais le changement de conduite.

 

Pour éviter ce que l’on dit être de l’incompatibilité, ils devraient être les meilleurs amis, gentils et prévenants, sensibles aux besoins l’un de l’autre, cherchant toujours à se rendre mutuellement heureux. Ils devraient être des associés dans les finances familiales et collaborer pour gérer leur désir de choses temporelles.

 

Dans les relations conjugales, les ressentiments sont destructeurs ; le pardon est divin.

 

Un bon mariage n’exige pas un homme parfait ou une femme parfaite. Il exige seulement un homme et une femme qui sont engagés à faire des efforts ensemble vers la perfection. (Le Liahona, mai 2007, p. 75)

 

 

M. Russell Ballard :

 

Que peut faire de plus le mari pour soutenir sa femme, la mère de leurs enfants ?

 

Premièrement, témoignez davantage de reconnaissance et donnez plus de preuves de gratitude pour ce que votre femme fait chaque jour. Remarquez les choses et dites merci, souvent. Programmez des soirées ensemble, uniquement pour vous deux.

 

Deuxièmement, ayez un moment fixé pour parler avec votre femme des besoins de chaque enfant et de ce que vous pouvez faire pour aider. Troisièmement, donnez à votre femme une « journée de libre » de temps en temps. Prenez en charge la maisonnée et permettez à votre femme de s’évader de ses responsabilités quotidiennes. Le fait de prendre la relève pour quelque temps vous rendra beaucoup plus reconnaissant pour ce que votre femme fait. Vous devrez peut-être beaucoup porter, vous tourner et vous baisser !

 

Quatrièmement, rentrez chez vous après le travail et jouez un rôle actif dans votre famille. Ne faites pas passer le travail, les amis ou le sport avant vos enfants : écoutez-les, jouez avec eux, enseignez-les. (Le Liahona, mai 2008, p. 110)

 

 

Boyd K. Packer :

 

Le pouvoir qui nous a été donné de créer la vie s’accompagne des joies les plus grandes et des tentations les plus dangereuses. Le don de la condition mortelle et la capacité de susciter la vie sont des bénédictions célestes. Quand nous exerçons ce pouvoir avec justice, nous pouvons nous rapprocher, plus que par toute autre chose, de notre Père céleste et goûter à une plénitude de joie. Ce pouvoir n’est pas une partie secondaire du plan du bonheur. Il en est la clé, la clé même.

 

Quand nous obéissons, nous pouvons jouir de ces pouvoirs dans l’alliance du mariage. De notre fontaine de vie jailliront nos enfants, notre famille. L’amour entre un mari et sa femme peut être constant et apporter aux conjoints épanouissement et satisfaction tous les jours de leur vie. (Le Liahona, novembre 2010, p. 74)