Interprétation du rêve de Nebucadnetsar
 
(voir Daniel 2:31-45 ; D&A 65:2 ; 138:44)
 
  



Le rêve
 
raconté et interprété par Daniel

(Daniel 2:31-45) 
 
 
31 O roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue ; cette statue était immense, et d'une splendeur extraordinaire ; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible.
 
32 La tête de cette statue était d'or pur ; sa poitrine et ses bras étaient d'argent ; son ventre et ses cuisses étaient d'airain ;
 
33 ses jambes, de fer ; ses pieds, en partie de fer et en partie d'argile.
 
34 Tu regardais, lorsqu'une pierre se détacha sans le secours d'aucune main, frappa les pieds de fer et d'argile de la statue, et les mit en pièces.
 
35 Alors le fer, l'argile, l'airain, l'argent et l'or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s'échappe d'une aire en été ; le vent les emporta, et nulle trace n'en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre.
 
36 Voilà le songe. Nous en donnerons l'explication devant le roi.
 
37 O roi, tu es le roi des rois, car le Dieu des cieux t'a donné l'empire, la puissance, la force et la gloire ;
 
38 il a remis entre tes mains, en quelque lieu qu'ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, et il t'a fait dominer sur eux tous : c'est toi qui es la tête d'or.
 
39 Après toi, il s'élèvera un autre royaume, moindre que le tien ; puis un troisième royaume, qui sera d'airain, et qui dominera sur toute la terre.
 
40 Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer ; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces.
 
41 Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé ; mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l'argile.
 
42 Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d'argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile.
 
43 Tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines ; mais ils ne seront point unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s'allie point avec l'argile.
 
44 Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement.
 
45 C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main, et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine.
 
  
 
La statue
 
 
Parley P. Pratt (1807-1857), en 1837 :
 
      Nous venons de voir se dérouler successivement devant nous, d'abord le royaume de Nébucadnetsar, première monarchie universelle ; puis l'empire des Perses et des Mèdes qui conquirent Babylone sur le roi Belschatsar, et régnèrent sur toute la terre ; ensuite celui des Grecs sous l'empereur Alexandre, qui fit la conquête de l'univers et lui dicta des lois du milieu de Babylone ; quatrièmement, l'empire Romain qui subjugua toutes les nations ; cinquièmement, sa division en empire d'Orient et en empire d'Occident, et puis sa dissolution ou subdivision en divers royaumes, tels qu'ils existent dans l'état actuel de l'Europe, royaumes représentés par les pieds et les orteils de la statue, en partie de fer et en partie d'argile. (Parley P. Pratt, Une voix d’avertissement, 1837, p. 13).


John Tayor (1808-1887), en 1852 :

      Ce roi vit en songe comme une statue qui ressemblait à un homme, et composée de divers métaux. Sa tête était d'or et représentait emblématiquement Nabucadnetsar ou l'empire babylonien dont il était le chef. Sa poitrine et ses bras étaient d'argent, emblème de l'empire des Mèdes et des Perses qui devait subjuguer et succéder à l'empire de Babylone.  À cette époque, Nabucadnetsar était le plus puissant monarque de la terre, et Babylone, la merveille du monde, était la capitale de son royaume ; et cependant, soixante ans après cette prophétie, cet empire fut renversé, et Babylone fut prise par Cyrus le Grand, qui devint roi des Perses.

      Le ventre et les cuisses de la statue étaient d'airain, symbole d'un troisième empire qui devait succéder à l'empire de Babylone et des Perses. Alexandre, roi de Macédoine, faible État au nord de la Grèce, après avoir défait les Perses dans trois batailles rangées, renversa le deuxième grand empire. Celui-ci figure aussi dans la vision du bélier. Ainsi, l'empire grec fut le troisième. Le quatrième empire était représenté par « les jambes de fer » ; c’était l'empire romain. Car ce furent les Romains qui vainquirent les quatre successeurs d'Alexandre et qui réduisirent ces royaumes en provinces romaines.

      Les pieds et les doigts des pieds de la statue étaient composés en partie de fer et en partie d'argile. Les dix doigts des pieds représentaient dix royaumes en lesquels l'empire romain devait être divisé, et le fer mêlé d'argile représentait la faiblesse de ces royaumes. Si nous comparons cela avec la vision (voir Daniel 7) que Daniel eut de quatre bêtes, la dernière ayant dix cornes, et si nous comparons son interprétation de cette vision avec celle qu'il donna du songe de Nabucadnetsar, nous trouverons là une ressemblance frappante, bien qu'il eut cette vision environ quarante ans après. Les dix cornes y sont représentées comme étant dix royaumes. Ce sont les royaumes européens qui naquirent de l'empire romain. (De la nécessité de nouvelles révélations prouvée par la Bible, Paris, 1852)
 
 
Orson Pratt (1811-1881), en 1877 : 
 
      Les pieds étaient des gouvernements plus modernes qui découlèrent du royaume de fer (l'empire romain), lorsqu'il eut perdu sa force. Ceux-ci sont représentés par les dix orteils ou les dix royaumes qui seraient partiellement forts et partiellement brisés. Ils n'auraient pas la force des jambes de fer, mais ils seraient mêlés d'argile boueuse, exprimant à la fois la force et la faiblesse. (Journal of Discourses, 18:337)
 
 
Rudger Clawson (1857-1943), en 1930 :
 
      Le monde chrétien d'aujourd'hui est témoin du fait que les choses mêmes que représentait la grande statue se sont produites avec le passage du temps. L'histoire témoigne du fait que le roi Nebucadnetsar était la tête d'or. Les Mèdes et les Perses, royaume inférieur à Babylone, furent la poitrine et les bras d'argent. Le royaume macédonien, sous Alexandre le Grand, fut le ventre et les cuisses de bronze ; et le royaume romain sous les César fut les jambes de fer. Car, notez-le bien, plus tard, le royaume, ou empire de Rome, fut divisé. La direction du gouvernement dans une des divisions se trouvait à Rome et celle de l'autre division était à Constantinople. Ces deux grandes divisions représentaient donc les jambes de fer. Finalement, l'empire romain fut divisé en royaumes plus petits, représentés par les pieds et constitués par un mélange de fer et d’argile. (Conference Report, avril 1930, p. 32)
 
 
Spencer W. Kimball (1895-1985), en 1976 :
 
      Cyrus le grand, avec ses Mèdes et ses Perses, serait remplacé par le royaume macédonien sous Philippe et Alexandre, et cette puissance mondiale serait remplacée par l'empire romain, et Rome serait remplacée par un groupe de nations d'Europe représentées par les orteils de la statue. (L'Étoile, août 1976, p. 51-52).
 
 
  
La pierre
 
 
Parley P. Pratt (1807-1857), en 1837 :
 
      En dernier lieu, nous avons vu qu'il s'élèverait un royaume entièrement nouveau, suscité et organisé par le Dieu du ciel aux derniers jours, ou durant le règne de ces rois figurés par les pieds et les orteils. Ce dernier royaume ne doit jamais changer de maître ni passer à un autre peuple, comme tous ceux qui l'ont précédé, mais il doit mettre en pièces tous les autres royaumes et subsister à jamais.
 
      Certains docteurs prétendent que ce dernier royaume n'est autre que le royaume de Dieu, qui fut organisé du temps de Jésus-Christ ou des Apôtres. Mais il est impossible de faire une plus grossière bévue. Le royaume de Dieu établi du temps de Jésus-Christ ou des Apôtres ne mit en pièces aucun des royaumes de la terre. Au contraire, on lui fit la guerre et il fut subjugué, en accomplissement de ces paroles du prophète Daniel (7:21) : « Je vis cette corne faire la guerre aux saints et l'emporter sur eux... (verset 22). Jusqu'au moment où l'ancien des jours vint donner droit aux saints du Très-Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume... (27). Le règne, la domination et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront. (Parley P. Pratt, Une voix d’avertissement, 1837, p. 13).
 
 
Brigham Young (1801-1877), en 1852 :
 
      Le Seigneur Dieu tout puissant a établi un royaume qui exercera le pouvoir et l'autorité sur tous les royaumes du monde et ne sera jamais détruit ; c'est le royaume que Daniel vit et sur lequel il écrivit. Certains peuvent considérer que c'est une trahison que de dire que le royaume que ce prophète a prédit est véritablement établi ; cela nous ne pouvons l'empêcher, mais nous savons qu'il en est ainsi, et nous invitons les nations à croire en notre témoignage. Le royaume continuera à augmenter, à grandir, à se répandre et à prospérer de plus en plus. Chaque fois que ses ennemis entreprendront de le renverser, il s'étendra davantage et deviendra plus puissant ; au lieu de diminuer, il continuera à augmenter, il se répandra d'autant plus et deviendra plus merveilleux et plus visible aux yeux des nations, jusqu'à ce qu'il remplisse la terre entière. (Journal of Discourses, 1:202-203) 
 
 
Spencer W. Kimball (1895-1985), en 1976 :
 
      C'est une révélation concernant l'histoire du monde, qu'une puissance mondiale en remplacerait une autre jusqu'à ce qu'il y ait maints royaumes plus petits se partageant la direction de la terre.
 
      Dans le temps de ces rois, le pouvoir ne serait pas donné à l'homme, mais le Dieu des cieux établirait un royaume, le royaume de Dieu sur la terre, qui ne serait jamais détruit ni laissé à d'autres.
 
      L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours a été rétablie en 1830, après maintes révélations de source divine ; c'est le royaume, établi par le Dieu des cieux, qui ne serait jamais détruit ni remplacé, et la pierre détachée de la montagne sans le secours d'aucune main, qui deviendrait une grande montagne et remplirait toute la terre.
 
      L'histoire se déroula, et les puissances du monde se succédèrent après avoir gouverné le monde pendant une courte période, mais le jour était venu au début du dix-neuvième siècle. Le nouveau monde d'Amérique avait été découvert et colonisé ; il était en cours d'établissement. L'indépendance avait été obtenue, une constitution approuvée, et la liberté donnée aux hommes. Les gens, maintenant éclairés, permettraient à la vérité de s'établir et de régner...
 
      Ce dévoilement de l'histoire du monde (le rêve de Nebucadnetsar et son interprétation par Daniel, ndlr) était destiné à ce que les hommes au cœur sincère puissent espérer son accomplissement, et maints hommes et femmes vertueux, connaissant les révélations de Dieu et les prévisions pour l'avenir, avaient attendu ce jour impatiemment.
 
      Cela se fit d'une manière régulière et normale. Un garçon inspiré de quatorze ans avait du mal à découvrir l'avenir seulement dans les Écritures. Dans un bois épais, il demanda au Seigneur et pria pour obtenir la sagesse.
 
      Le temps était venu... 
 
      Tel fut le début de l'accomplissement ; L'Évangile fut révélé, ligne sur ligne, précepte sur précepte, les vérités furent rétablies, le pouvoir fut donné et l'autorité révélée, et il y eut peu à peu suffisamment de lumière et de gens pour organiser ce royaume de Dieu que Daniel vit il y a deux mille cinq cents ans.
 
      L'Église fut organisée. Elle était petite, avec seulement six membres, comparée à la pierre qui, détachée de la montagne sans le secours d'aucune main, mettrait en pièces les autres nations et roulerait jusqu'à remplir toute la terre…
 
      L'Évangile s'étend jusqu'aux nations de la terre, visant la promesse de Dieu, faite par l'intermédiaire de Daniel, de remplir toute la terre, et beaucoup de gens de toutes nationalités et langues acceptent l'Evangile dans maintes nations ; l'Église et le royaume croissent et se développent, et nous vous affirmons et vous témoignons que celui-ci, selon les paroles de Daniel, « ne sera jamais détruit, et... ne passera point sous la domination d'un autre peuple... et lui-même subsistera éternellement » (Daniel 2:44)…
 
      Nous vous donnons ces vérités non pas avec arrogance ni orgueil mondain, mais avec une profonde sincérité et une offre bienveillante : l'Évangile sans prix, l'Évangile de vérité, l'Évangile de salut et d'exaltation. (L'Étoile, août 1976, p. 51-52).
 
 
Gordon B. Hinckley (1910-2008), en 2007 :
 
      L’Église est devenue une grande famille répandue sur toute la terre. Nous sommes aujourd’hui (2007, ndlr) plus de treize millions dans cent soixante-seize pays. Il est en train de se produire quelque chose de merveilleux. Le Seigneur est en train d’accomplir sa promesse que son Évangile serait comme la pierre détachée de la montagne sans le secours d’aucune main qui roulerait jusqu’à remplir toute la terre, comme Daniel en a eu la vision (voir Daniel 2:31-45 ; D&A 65:2). Un grand miracle est en train de se produire sous nos yeux. (« La pierre détachée de la montagne », Le Liahona, novembre 2007, p. 83)