L’œuvre missionnaire
 
 
 
Joseph Smith :

    En fin de compte, notre devoir le plus grand et le plus important est de prêcher l'Évangile. (Messenger and Advocate, avril 1837, p. 487)


Brigham Young :
 
      J'ai pris la vérité pour texte, le salut pour sujet et le monde entier pour circonscription, pour aller aussi loin que je le pouvais et pour en parler autant que je pouvais. (Journal of Discourses, vol. 7, p. 148)


Heber J. Grant :

    La meilleure manière au monde de montrer notre amour à notre prochain c'est d'aller proclamer l'Évangile du Seigneur Jésus-Christ au sujet de la divinité duquel il nous a donné la connaissance absolue. (Conference Report, avril 1927, p.176)


Spencer W. Kimball :

    Nous avons tous de la famille et des voisins, des amis, des collègues ; notre responsabilité est de leur communiquer les vérités de l'Évangile aussi bien par l'exemple que par le précepte.

    Notre but doit être de découvrir le plus vite possible quels sont ceux des enfants de notre Père qui sont spirituellement préparés pour aller jusqu'au baptême dans le royaume. Une des meilleures manières de le découvrir c'est de permettre à vos amis, vos parents, vos voisins et vos connaissances de rencontrer le plus tôt possible les missionnaires à plein temps. (L'Étoile, novembre 1977, p. 1-3)


M. Russell Ballard :

    Puis-je vous suggérer une façon simple par laquelle chacun de nous peut exercer sa foi et entamer son service missionnaire personnel ? Choisissez une date proche où vous aurez quelqu'un prêt à recevoir l'enseignement de l'Évangile. Ne vous préoccupez pas du fait que vous n'avez pas déjà un nom à l'esprit. Laissez le Seigneur vous aider alors que vous prierez avec diligence pour être guidés. Jeûnez et priez pour rechercher les conseils et les instructions de notre Père céleste.

    Beaucoup parmi vous, sinon tous, vivront des expériences spirituelles particulières lorsque le Seigneur vous inspirera. Je sais, de par mon expérience missionnaire, personnelle et familiale que le Seigneur vous éclairera l'intelligence. Il aiguisera votre vision de cette oeuvre en vous mettant à l'esprit les noms de non-membres que vous n'aviez jamais auparavant considérés comme des membres potentiels de l'Église. En continuant, vous connaîtrez la bénédiction de savoir ce que vous devez faire et comment aborder chacun.

    Vous remarquerez que je ne vous ai pas demandé de choisir un nom mais de choisir une date précise. La clé de notre succès se trouvera dans le fait que nous demandons des conseils divins afin d'être dirigés vers ceux qui accepteront l'Évangile. (octobre 1984, L'Étoile, avril 1985, p. 12-14)
 
 
Ezra Taft Benson :
 
    Nous, membres de l'Église, les missionnaires en particulier, nous devons « siffler » (voir 2 Néphi 29:2) ou faire connaître le Livre de Mormon et en témoigner jusqu'aux extrémités de la terre.
 
    Le Livre de Mormon est le grand critère que nous devons utiliser. Il montre que Joseph Smith était un prophète. Il contient les paroles du Christ, car sa grande mission est d'amener les hommes au Christ ; tout le reste est secondaire. La question d'or du Livre de Mormon est « Voulez-vous en savoir davantage sur le Christ ? » Le Livre de Mormon est le grand découvreur de personnes prêtes à suivre le Christ. Il ne contient pas de choses qui « plaisent au monde » (1 Néphi 6:5), aussi les gens attirés par le monde ne sont-ils pas intéressés par lui. Le livre de mormon est un crible très efficace.
 
    Quiconque a étudié diligemment pour connaître les enseignements du Livre de Mormon et l'a utilisé consciencieusement dans l'oeuvre missionnaire sait intimement que c'est l'instrument par excellence que Dieu a donné aux missionnaires pour convaincre le Juifs, le Gentil et le Lamanite de la véracité de notre message. (L'Étoile, mai 1988, p. 6)
 
 
Gordon B. Hinckley :
 
    On a partout l'occasion de parler de l'Évangile.
 
    Je propose à chaque évêque de l'Église de donner à ses membres la devise suivante : « Efforçons-nous tous d'agrandir la paroisse. » La formule n'est peut-être pas correcte, mais l'idée est correcte.
 
    Notre argument missionnaire le plus efficace sera la bonté de notre vie. (L'Étoile, juillet 1999, p. 119, 120, 121)
 
 
Henry B. Heyring :  
 
      Un jour, dans la vie à venir, tous ceux que vous rencontrerez sauront ce que vous savez maintenant. Ils sauront que le seul moyen de vivre à jamais avec leur famille dans la présence de notre Père céleste et de son Fils, Jésus-Christ était de choisir d'entrer par la porte du baptême des mains de ceux qui détiennent l'autorité de Dieu. Ils sauront que le seul moyen pour les familles de vivre ensemble pour l'éternité est d'accepter et de respecter les alliances contractées dans les temples du Seigneur sur cette terre. Et ils sauront que vous le saviez. Et ils se souviendront si vous leur avez proposé ce que quelqu'un vous a un jour proposé. (L'Étoile, janvier 1999, p. 38)    
 
 
Dallin H. Oaks :
 
      L’intensité de notre désir de faire connaître l’Évangile est un excellent indicateur de la profondeur de notre conversion personnelle.
 
      J’aime dire que l’œuvre missionnaire consiste à « offrir l’Évangile ». Le mot « offrir » signifie que nous avons quelque chose d’extrêmement précieux et que nous voulons le donner aux autres pour qu’ils en bénéficient et soient bénis.
 
      Nous devons prier pour recevoir l’aide et les instructions du Seigneur afin de pouvoir être des instruments dans ses mains pour quelqu’un qui est maintenant prêt, quelqu’un que le Seigneur voudrait que nous aidions aujourd’hui. Ensuite, nous devons être à l’écoute pour entendre et suivre les murmures de son Esprit quant à la manière de procéder.
 
      Nous savons, grâce à d’innombrables témoignages personnels, qu’à sa manière et en son temps, le Seigneur prépare des gens à accepter son Évangile. Ces personnes recherchent la vérité et si nous nous efforçons de les trouver, le Seigneur répondra à leurs prières en répondant aux nôtres. Il inspirera et guidera les personnes qui le désirent et qui cherchent sincèrement à savoir comment, où et à qui faire connaître l’Évangile.
 
      Si nous sommes « les témoins de Dieu en tout temps, et en toutes choses » (Mosiah 18:9), le Seigneur ouvrira la voie pour que nous trouvions ceux qui recherchent la vérité et que nous communiquions bien avec eux. Cela se produira si nous cherchons à être guidés et que nous agissons par amour sincère et chrétien pour les autres.
 
      Le Seigneur nous donne l’instruction suivante pour savoir à qui annoncer l’Évangile et comment le faire : « Que votre prédication soit… chacun à son voisin, avec douceur et humilité » (D&A 38:41). « Voisin » signifie bien sûr non seulement ceux qui habitent à côté de chez nous et nos autres amis et connaissances. Nos voisins sont aussi ceux que nous rencontrons dans nos déplacements quotidiens.
 
      Nous pouvons inviter des amis aux réunions de l’Église ou à des activités liées à l’Église. Nous pouvons parler positivement de notre Église et de l’effet de ses enseignements et demander aux personnes si elles veulent en savoir davantage.
 
      Il est encore plus facile d’emporter un paquet de ces jolies cartes que nous pouvons distribuer aux gens, même à des personnes que nous rencontrons fortuitement, avec lesquelles nous entrons en contact au cours de nos activités quotidiennes. (Le Liahona, janvier 2002, p. 8, 9)
 
 
David B. Haight :
 
      Tous les jours de ma vie, j’espère pouvoir dire aux autres et les aider à comprendre que cette œuvre est vraie. (Le Liahona, janvier 2002, p. 27)
 
 
L. Tom Perry :
 
      Ce dont nous avons besoin c’est d’une armée royale d’anciens missionnaires, réengagés à servir. Bien que ne portant pas l’insigne des missionnaires à plein temps, ils pourraient, avec la même résolution et la même détermination, porter la lumière de l’Évangile à un monde qui n’arrive pas à trouver sa voie.
 
      Allez de l’avant avec une détermination et un zèle nouveaux, et, par votre exemple, faites resplendir la lumière de l’Évangile dans ce monde troublé. (Le Liahona, janvier 2002, p. 88)
 
 
Henry B. Heyring :  
 
      Il n’y a pas de technique commune. L’un a toujours avec lui un Livre de Mormon à donner. Un autre se fixe une date avant laquelle il doit trouver une personne que les missionnaires pourront instruire. Un autre encore a trouvé des questions qui amènent les personnes à parler de ce qui est le plus important dans la vie. Tous ont prié pour savoir quoi faire. Tous semblent avoir reçu une réponse différente, adaptée à leur situation et à celle des personnes qu’ils rencontrent. Mais, à un égard, ils se ressemblent tous. Et c’est en ceci : la façon dont ils se voient est semblable. Ils sont capables de faire ce qu’ils ont été inspirés de faire en raison de leur identité. (Le Liahona, mai 2003, p. 30)
 
 
Gordon B. Hinckley :
 
      Comprenons-nous vraiment, comprenons-nous l’importance énorme de ce que nous possédons ? C’est l’aboutissement des générations du genre humain, le dernier chapitre de toute l’expérience humaine. Mais cela ne nous met pas en position de supériorité. Cela devrait plutôt nous rendre humbles. Cela nous donne la responsabilité inéluctable de nous tourner vers tous nos semblables avec amour dans l’Esprit du Maître qui a enseigné : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». (Le Liahona, mai 2004, p. 83-84)
 
 
M. Russell Ballard :
     
      Si nous comprenions véritablement l’Expiation et la valeur éternelle de chaque âme, nous irions à la recherche du garçon et de la fille égarés et de tous les autres enfants égarés de Dieu. Nous les aiderions à connaître l’amour que le Christ a pour eux. Nous ferions tout ce que nous pouvons pour les préparer à recevoir les ordonnances salvatrices de l’Évangile.
 
      Puissiez-vous donner aux autres et recevoir vous-mêmes toutes les bénédictions offertes par l’expiation du Seigneur Jésus-Christ. (Le Liahona, mai 2004, p. 85-87)
 
      Notre amour du Seigneur et notre reconnaissance du rétablissement de l’Évangile constituent toute la motivation qu’il nous faut pour proclamer ce qui nous donne tant de joie et de bonheur. C’est la chose la plus naturelle au monde que nous puissions faire, et pourtant beaucoup trop d’entre nous hésitent à rendre témoignage à d’autres personnes.
 
      L’expérience a montré que les meilleures situations d’enseignement se présentent lorsque nos membres contribuent à trouver des personnes et à les instruire.
 
      Si vous êtes réellement motivés par l’amour, le témoignage et la reconnaissance, vous ferez tout à fait naturellement tout votre possible pour aider le Seigneur à « réaliser l’immortalité et la vie éternelle » des enfants de notre Père (voir Moïse 1:39). En fait, il serait impossible de vous empêcher de le faire.
 
      Notre foyer peut être un foyer où l’on proclame l’Évangile, quand des personnes que nous connaissons et aimons viennent chez nous et font l’expérience de l’Évangile en parole et en action personnellement. Nous pouvons le proclamer sans faire une leçon formelle. Notre famille peut être notre leçon et l’esprit qui émane de notre foyer peut être notre message.
 
      Avoir un foyer où l’on proclame l’Évangile sera une bénédiction non seulement pour les personnes que nous invitons chez nous, mais aussi pour celles qui y vivent. En vivant dans un tel foyer, notre témoignage est fortifié et notre compréhension de l’Évangile s’améliore.
 
      Nous trouvons de la joie à aider les autres à aller au Christ et à ressentir le pouvoir rédempteur de son amour (voir D&A 18:14-16).
 
      Dans les foyers où l’on proclame l’Évangile nous prions pour être guidés et nous prions pour le bien-être physique et spirituel d’autres personnes. Nous prions pour les gens que les missionnaires instruisent, pour nos connaissances et pour les gens qui ne sont pas de notre religion.
 
      Créer un tel foyer est la façon la plus simple et la plus efficace de faire connaître l’Évangile aux autres.
 
      Créer un tel foyer veut dire inviter nos amis et nos voisins dans le flot continu d’activités familiales et de l’Église.
 
      Si nous sommes francs à propos de notre appartenance à l’Église dès le début, nous pouvons facilement introduire dans la relation des discussions sur l’Évangile, avec très peu de risque d’être mal compris. Nos amis et nos connaissances l’accepteront comme faisant partie de ce que nous sommes, et ils n’hésiteront pas à poser des questions.
 
      Dans un foyer où l’on proclame l’Évangile on prie pour avoir soi-même des occasions missionnaires et pour être prêt à suivre ces inspirations lorsqu’elles se présentent. Et je vous promets qu’elles vont se présenter.
 
      La clé de la réussite de l’oeuvre missionnaire par les membres est l’exercice de la foi. Une façon de montrer votre foi au Seigneur et en ses promesses est de fixer, à l’aide de la prière, une date à laquelle avoir quelqu’un de prêt à rencontrer les missionnaires.
 
      Le Seigneur est le bon Berger et il connaît ses brebis qui ont été préparées à entendre sa voix. Il nous guidera si nous demandons son aide divine pour faire connaître son Évangile.
 
      Selon tous les indicateurs dont nous disposons, il n’y a rien de plus efficace que nous puissions faire pour nos amis que de dire « venez voir » en vous joignant à nous pour la réunion de Sainte-Cène.
 
      Notre amour du Seigneur, notre reconnaissance de son sacrifice expiatoire et de sa mission d'attirer tous à lui devraient fournir toute la motivation dont nous avons besoin pour réussir à proclamer l’Évangile. (Le Liahona, mai 2006, p. 87)
 
 
James E. Faust :
 
      Je ne peux pas me rappeler un seul cas où le fait de reconnaître humblement que j’étais membre de l’Église m’ait fait perdre des amis précieux. (Le Liahona, mai 2007, p. 56)
 
 
Quentin L. Cook :
 
      Des présidents de mission nous ont informés que beaucoup d’excellents membres se dissimulent à leurs voisins et à leurs collègues de travail. Ils ne leur disent pas qui ils sont ni ce à quoi ils croient. Les membres doivent s’impliquer bien davantage dans la proclamation du message du Rétablissement.
 
      Il faut que les membres, vivant par la foi et non dans la crainte, fassent connaître l’Évangile à leurs amis et à leurs connaissances. (Le Liahona, novembre 2007, p. 72)
 
 
L. Tom Perry :
 
      Nous devons faire connaître l’Évangile. Les promesses données à qui amènera ne serait-ce qu’une seule âme au Seigneur sont profondes et éternelles (voir D&A 18 :15). De plus, l’Évangile s’enracine naturellement plus profondément chez les personnes qui le font souvent connaître. (Le Liahona, mai 2008, p. 46)
 
 
David A. Bednar :
 
      C’est à juste titre que nous prions pour la sécurité et la réussite des missionnaires à plein temps dans le monde entier. Et un élément commun à beaucoup de nos prières est de demander que les missionnaires soient dirigés vers les personnes et les familles qui sont prêtes à recevoir le message du Rétablissement. Mais, en fin de compte, c’est ma responsabilité et votre responsabilité de trouver des gens pour que les missionnaires les instruisent. Les missionnaires sont des instructeurs à plein temps ; vous et moi sommes des trouveurs à plein temps. Et vous et moi, qui sommes missionnaires pour la vie entière, ne devrions pas prier pour que les missionnaires à plein temps fassent notre travail !
 
      Je nous recommande à tous de prier avec foi à propos de la mission que Dieu nous a donnée de proclamer l’Évangile. Si nous le faisons, je vous promets que des portes s’ouvriront et que nous aurons la bénédiction de reconnaître les occasions qui nous seront données et d’agir en conséquence. (Le Liahona, mai 2008, p. 95, 96)
 
 
Thomas S. Monson :
 
      Rien ne peut remplacer un programme de prosélytisme axé sur les membres. Le porte à porte ne le remplacera pas. Les questions-miracles ne le remplaceront pas. Un programme axé sur les membres est la clé du succès et il fonctionne partout où nous l’avons essayé. (Motivating Missionaries, discours adressé aux présidents de mission nouvellement appelés lors de leur séminaire le 22 juin 2008, p. 8)
 
 
L. Tom Perry :
 
      Les missionnaires à plein temps vont assurément continuer à faire de leur mieux, mais ne serait-ce pas mieux si vous et moi étions prêts à accomplir une œuvre qui est légitimement la nôtre et pour laquelle nous sommes mieux équipés puisque nous connaissons personnellement les gens qui sont perdus et ont besoin d’être secourus ?
 
      Lorsque des non-membres sont en contact avec des membres fidèles de l’Église pendant une période prolongée où sont exposés à des renseignements clairs et exacts concernant les croyances et la doctrine de l’Église, leur attitude devient positive et ouverte.
 
      Malheureusement, la plupart de nos missionnaires à plein temps passent plus de temps à essayer de trouver des gens qu’à les instruire. Je considère nos missionnaires à plein temps comme des ressources éducatives sous-exploitées. Si vous et moi trouvions plus de gens à instruire pour les missionnaires à plein temps et les libérions pour passer plus de temps à instruire les gens que nous trouvons, il commencerait à se produire de grandes choses. Nous perdons une occasion en or de faire grandir l’Église lorsque nous attendons que nos missionnaires à plein temps avertissent nos voisins au lieu de le faire nous-mêmes.
 
      Nous devrions, « avec une grande ferveur  » (D&A 123:14), apporter la lumière de l’Évangile aux gens qui recherchent les réponses offertes par le plan du salut. Beaucoup se font du souci pour leur famille. Certains recherchent la sécurité dans un monde aux valeurs changeantes. Nous avons l’occasion de leur donner espoir et courage et de les inviter à venir avec nous et à se joindre aux personnes qui embrassent l’Évangile de Jésus-Christ. L’Évangile du Seigneur est sur terre et sera une bénédiction pour eux ici et dans les éternités à venir.
 
      L’Évangile est centré sur l’expiation de notre Seigneur et Sauveur. L’Expiation a le pouvoir de laver les péchés, de guérir et d’accorder la vie éternelle. Toutes les bénédictions incommensurables de l’Expiation ne peuvent être données qu’aux personnes qui vivent les principes et reçoivent les ordonnances de l’Évangile : la foi en Jésus-Christ, le repentir, le bap- tême, la réception du don du Saint-Esprit et la persévérance jusqu’à la fin. Notre grand message missionnaire au monde est que toute l’humanité est invitée à être secourue et à se joindre au troupeau du bon Berger, Jésus-Christ.
 
      Notre message missionnaire est renforcé par la connaissance du Rétablissement. Nous savons que Dieu parle à ses prophètes aujourd’hui comme dans les temps anciens. Nous savons aussi que son Évangile est administré avec le pouvoir et l’autorité de la prêtrise rétablie. Aucun autre message n’est plus important du point de vue de l’éternité pour tous les gens qui vivent aujourd’hui sur terre. Nous devons tous enseigner ce message aux autres avec puissance et conviction. C’est le murmure doux et léger du Saint-Esprit qui témoigne par notre intermédiaire du miracle du Rétablissement mais, tout d’abord, nous devons ouvrir la bouche et témoigner. Nous devons avertir nos voisins.
 
      Que dirons nous, chacun, si nous devons ouvrir la bouche trois fois ? (voir D&A 33:7-10). Je vais faire une suggestion. Tout d’abord, nous devons déclarer notre croyance en Jésus-Christ et en son expiation.
 
      La deuxième fois que nous ouvrons la bouche, nous devons raconter en nos propres termes l’histoire de la Première vision.
 
      La troisième fois que nous ouvrons la bouche, témoignons du Livre de Mormon, un autre témoignage de Jésus-Christ. (Le Liahona, mai 2009, p. 109, 110, 111)
 
 
Russell M. Nelson :
 
      Une invitation à assister à une réunion dominicale avec vous ou à participer à une activité sociale ou de service de l’Église aidera à dissiper les idées fausses et permettra aux visiteurs de se sentir plus à l’aise parmi nous.
 
      Vous pouvez inviter un ami à lire le Livre de Mormon... Dans ce livre, il y a un pouvoir qui touche le coeur et élève la vie des gens qui cherchent honnêtement la vérité. Invitez votre ami à lire le livre dans la prière... Le Livre de Mormon est l’instrument par lequel Dieu accomplira la promesse qu’il a faite autrefois de rassembler Israël dispersé en ces derniers jours (voir 3 Néphi 21:1-7).
 
      Une autre façon de faire connaître l’Évangile est d’inviter des amis à rencontrer les missionnaires à plein temps chez vous. (Le Liahona, novembre 2010, p. 48, 49)


Neil L. Andersen :

    Aussi sûrement que le Seigneur a inspiré davantage de missionnaires à servir, de même il réveille aussi l’esprit et ouvre le coeur de davantage de bonnes personnes honnêtes pour recevoir ses missionnai­res. Vous les connaissez déjà ou vous allez faire leur connaissance. Elles sont dans votre famille et vivent dans votre voisinage. Elles passent devant vous dans la rue, s’assoient à côté de vous à l’école et vous contactent en ligne. Vous êtes aussi une partie importante de ce miracle qui se déroule.

    Notre désir de faire connaître l’Évangile nous amène tous à nous agenouiller parce que nous avons besoin de l’aide du Seigneur.

    Beaucoup désirent se rapprocher de Dieu et mieux comprendre le but de la vie, mais ils se posent des questions qui n’ont pas de réponse.

    Vous pouvez aider à répondre à leurs questions. Lors de vos échanges journaliers, vous pouvez ajouter à leur foi au Christ.

    Je vous promets que, si vous priez pour savoir avec qui parler, des noms et des visages vous viendront à l’esprit. Les paroles à prononcer vous seront données au moment où vous en aurez besoin ; des occasions s’offriront à vous. La foi viendra à bout du doute, et le Seigneur vous accordera vos propres miracles.

Les personnes qui s’intéressent à ce que nous disons, nous pouvons les inviter, en suivant l’exemple du Sauveur, à venir voir. Certaines accepteront notre invitation, d’autres non. Nous connaissons tous quelqu’un que l’on a invité plusieurs fois avant qu’il accepte une invitation à venir voir.

    À votre façon, selon votre culture, vous pouvez faire connaître l’Évangile rétabli de Jésus-Christ.

    Priez votre Père céleste. C’est son oeuvre sacrée. Votre foi grandira et vous serez guidés dans ce qu’il faut faire. Il ouvrira les portes, fera tomber les barrages et vous aidera à surmonter les obstacles. (Le Liahona, mai 2013, p. 77-80)


Thomas S. Monson :

    Le moment est venu pour les membres et les missionnaires de s'unir, d'oeuvrer ensemble, de travailler dans la vigne du Seigneur pour lui amener des âmes. Il a préparé la voie pour que nous fassions connaître l'Évangile d'une multitude de façons, et il nous aidera dans notre tâche si nous agissons avec foi pour accomplir son oeuvre. (Le Liahona, novembre 2013, p. 4)