ספר הכשר

Ou

LE LIVRE DE JASHER

mentionné dans Josué 10:13 et 2 Samuel 1:18


Traduit du texte anglais, lui-même traduit de l'hébreu en 1840 et publié par J. H. Parry & Company, Salt Lake City, 1887


Publié pour la première fois en novembre 1751 en Grande-Bretagne, la page de titre du livre indiquait : « traduit en anglais par Flaccus Albinus Alcuinus, de Grande-Bretagne, abbé de Canterbury, qui se rendit en pèlerinage en Terre Sainte et en Perse, où il découvrit ce volume dans la ville de Gazna. » Le livre aurait été écrit par Jasher, fils de Caleb, l'un des conseillers de Moïse, qui a par la suite jugé Israël à Shiloh. Le récit couvre l'histoire biblique de la création à l'époque de Jasher et serait le Livre perdu de Jasher mentionné dans la Bible.


Chapitres : 123456 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


Voici le livre des générations de l’homme que Dieu a créé sur la Terre le jour où le Seigneur Dieu a fait les cieux et la Terre.

CHAPITRE 1

1 — Et Dieu dit : faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance et Dieu créa l’homme à sa propre image.

2 — Et Dieu forma l’homme de la Terre et il insuffla dans ses narines le souffle de vie et l’homme devint une âme vivante dotée de la parole.

3 — Et le Seigneur dit : il n’est pas bon que l’homme soit seul, je lui ferai une aide pour être sa compagne.

4 — Et le Seigneur fit tomber un profond sommeil sur Adam et il s’endormit, il prit une de ses côtes et il y mit de la chair la forma et l’amena à Adam. Adam s’éveilla de son sommeil et voici une femme se tenait devant lui.

5 — Il dit : voici l’os de mes os, elle sera appelée femme, car elle a été prise de l’homme ; et Adam l’appela Ève, car elle fut la mère de tous les vivants.

6 — Dieu les bénit et les appela du nom d’Adam et d’Ève le jour où il les créa et le Seigneur dit : soyez féconds, multipliez et remplissez la Terre.

7 — Le Seigneur prit Adam et sa femme et les plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder ; il leur commanda et leur dit : de tous les arbres du jardin vous pouvez en manger, mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal vous n’en mangerez pas, car le jour où vous en mangerez, vous mourrez certainement.

8 — Une fois que Dieu les eut bénis et leur eut donné des instructions, il partit. Adam et sa femme vécurent dans le jardin selon le commandement que le Seigneur leur avait donné.

9 — Le serpent, que Dieu avait créé avec eux sur la Terre, vint vers eux pour les inciter à transgresser le commandement que Dieu leur avait donné.

10 — Le serpent tenta la femme et la persuada de manger du fruit de l’arbre de la connaissance et la femme écouta la voix du serpent et transgressa la parole de Dieu. Elle prit du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal et en mangea. Elle en prit et en donna aussi à son mari qui en mangea.

11 — Adam et sa femme transgressèrent le commandement que Dieu leur avait donné. Dieu le sut et sa colère s’enflamma contre eux et les maudit.

12 — Le Seigneur Dieu les chassa ce jour du jardin d’Éden pour cultiver la Terre d’où ils avaient été tirés. Ils partirent vivre à l’est du jardin d’Éden ; Adam connut sa femme Ève et elle lui donna deux fils et trois filles.

13 — Elle appela le premier né Caïn en disant : j’ai obtenu un homme du Seigneur et le nom de l’autre fut Abel, car dit-elle, par vanité nous sommes venus sur Terre et par vanité nous en serons enlevés.

14 — Les garçons grandirent et leur père leur donna une possession dans le pays ; Caïn était cultivateur et Abel gardien de moutons.

15 — Et il arriva au bout de quelque temps que Caïn apporta du fruit du sol au Seigneur et Abel apporta, lui aussi, des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L’Éternel eut égard à Abel et à son offrande et un feu descendit du ciel et le consuma ;

16 — Mais à Caïn et à son offrande, il n’eut pas égard, car il avait apporté les fruits inférieurs du sol devant le Seigneur et Caïn fut jaloux de son frère Abel et il chercha un prétexte pour le tuer.

17 — Quelque temps après, Caïn et son frère Abel allèrent un jour dans les champs pour travailler ; ils étaient tous les deux dans leur champ, Caïn cultivait et labourait son sol et Abel paissait ses troupeaux ; et les troupeaux passèrent sur la partie qu’avait labourée Caïn et cela l’affligea grandement.

18 — Caïn, en colère, s’approcha de son frère Abel et lui dit : qu’y a-t-il entre toi et moi pour que tu viennes sur ma Terre faire paître ton troupeau ?

19 — Abel répondit à son frère et lui dit, qu’y a-t-il entre toi et moi pour que tu manges la viande de mes troupeaux et te revêtes de leur laine ?

20 — C’est pourquoi, rends- moi les vêtements de laine de mon troupeau dont tu t’es revêtu et indemnise-moi pour les fruits et la viande que tu as mangés, et quand tu auras fait ceci, je sortirai de ta Terre comme tu as dit.

21 — Caïn dit à son frère Abel, c’est sûr je vais te tuer ce jour et qui me redemandera ton sang ?

22 — Abel répondit à Caïn en disant : certainement Dieu qui nous a fait de la Terre, vengera ma cause et il te réclamera mon sang si tu me tues, car le Seigneur est juge et arbitre et c’est lui qui demande à l’homme selon ses méfaits et au méchant selon la méchanceté qu’il fait sur la Terre.

23 — Maintenant, si tu me tues ici, Dieu connaît certainement tes vues secrètes et te jugera pour le mal que tu as dit vouloir me faire aujourd’hui.

24 — Quand Caïn entendit les paroles de son frère Abel, Caïn se mit en colère contre son frère Abel pour avoir dit ces choses.

25 — Caïn se leva précipitamment et prit la pièce de fer de son instrument aratoire avec lequel il frappa soudainement son frère et il le tua. Caïn répandit le sang de son frère sur le sol et le sang d’Abel s’écoula sur la Terre devant le troupeau.

26 — Après ceci, Caïn se repentit d’avoir tué son frère, il en était très chagriné et il pleura sur lui et en fût très contrarié.

27 — Caïn se leva et creusa un trou dans le sol dans lequel il plaça le corps de son frère et il le recouvrit de Terre.

28 — Le Seigneur sut ce qu’avait fait Caïn à son frère. Le Seigneur apparut à Caïn et lui dit : où est ton frère qui était avec toi ?

29 — Caïn mentit et dit : je ne sais, suis-je le gardien de mon frère ? Et le Seigneur lui dit : qu’as - tu fait ? La voix du sang de ton frère que tu as tué crie de la Terre à moi.

30 — Car tu as tué ton frère et a menti devant moi. Tu as imaginé dans ton cœur que je ne t’avais pas vu, et que je ne connais pas toutes tes actions.

31 — Mais tu as fait ceci et tu as tué ton frère pour rien parce qu’il t’avait parlé justement, le sol sera maudit qui a ouvert sa bouche pour recevoir de tes mains le sang de ton frère et pour l’avoir enterré.

32 — Quand tu le cultiveras, il ne te donnera plus sa force comme au commencement, car le sol produira des ronces et des épines et tu iras errant et vagabond sur la Terre jusqu’au jour de ta mort.

33 — À cette époque, Caïn partit de la présence de Dieu de l’endroit où il était et il se déplaça et erra dans le pays vers l’Orient d’Éden, lui et toute sa famille.

34 — Et Caïn connut sa femme en ces jours. Elle conçut et enfanta un fils qu’il appela Hénoch en disant alors : le Seigneur a commencé à m’accorder du repos et de la tranquillité sur la Terre.

35 — À cette époque, Caïn commença aussi à bâtir une ville ; et il bâtit la ville et lui donna le nom d’Hénoch selon le nom de son fils ; car en ces jours le Seigneur lui avait donné du repos sur la Terre et il n’errait plus comme au commencement.

36 — - Et Hénoch engendra Irad qui engendra Mehuyael qui engendra Methushaël.


CHAPITRE 2

1 — Dans la cent trentième année de la vie d’Adam, celui-ci connut de nouveau Ève, sa femme, elle conçut et engendra un fils à la ressemblance et à l’image d’Adam. Elle l’appela Seth, disant : Dieu m’a accordé une autre descendance à la place d’Abel que Caïn a tué.

2 — Seth vécut cent - cinq ans et engendra un fils ; Seth l’appela Enosh, disant : à cette époque, les fils des hommes commencèrent à se multiplier et à affliger leur âme et leur cœur en transgressant et en se rebellant contre Dieu.

3 — A l’époque d’Enosh, les fils des hommes continuèrent à se rebeller et à transgresser contre Dieu et la colère de Dieu augmenta contre les fils des hommes.

4 — Les fils des hommes servirent d’autres dieux et ils oublièrent le Seigneur qui les avait créés sur la Terre. En ces jours, ils se firent des images de bronze, de fer, de bois et de pierre et s’inclinèrent devant elles et les servirent.

5 — Et chaque homme se fit son propre dieu et se prosterna devant lui et les fils des hommes oublièrent le Seigneur et ses enfants tous les jours d’Enosh. La colère du Seigneur s’enflamma à cause de leurs œuvres et des abominations qu’ils firent sur la Terre.

6 — Le Seigneur fit déborder les eaux de la rivière Gihon qui les submergea et les détruisit et les brûla. Il détruisit le tiers de la Terre et néanmoins, les fils des hommes ne se détournèrent pas de leurs mauvaises œuvres et leurs mains étaient toujours ouvertes pour faire le mal aux yeux du Seigneur.

7 — En ces jours, il n’y avait ni semailles ni récoltes sur la Terre ; il n’y avait pas de nourriture pour les fils des hommes et la famine était très grande en ces jours.

8 — Au lieu des graines que l’on semait dans le sol, il sortait des épines, des chardons et des ronces ; car dès les jours d’Adam une malédiction de Dieu avait été lancée contre la Terre qu’il avait maudite à cause du péché d’Adam devant le Seigneur.

9 — Et lorsque les hommes continuèrent à se rebeller et à transgresser les commandements du Seigneur et à corrompre leurs voies que la Terre fut aussi corrompue.

10 — Et Enosh vécut quatre-vingt-dix ans et engendra Kenan ;

11 — Kenan grandit et il atteint quarante ans et devint sage et acquis de la connaissance et des talents en toute sagesse. Il régna sur tous les hommes de la Terre et dirigea les fils des hommes vers la sagesse et la connaissance. Car Kenan était un homme très sage et avait de la compréhension en toute sagesse, et grâce à cette sagesse, il régnait sur les esprits et les démons.

12 — Kenan sut par sa sagesse que Dieu détruirait les fils des hommes pour avoir péché sur la Terre et que, dans les derniers jours, le Seigneur déverserait sur eux les eaux du Déluge.

13 — En ces jours, Kenan grava sur des tables de pierre ce qui devait arriver dans les temps à venir et il les plaça dans ses trésors.

14 — Kenan régna sur la Terre entière et il ramena quelques fils des hommes vers le service de Dieu.

15 — Quand Kenan eut soixante-dix ans, il engendra trois fils et deux filles.

16 — Voici les noms des enfants de Kenan : le nom du premier-né Mahallel, le second Kenan et le troisième Mered ; et leurs sœurs furent Ada et Tsilla ; ce sont les cinq enfants qui naquirent à Kenan.

17 — Lamech, le fils de Mathusalem fut apparenté à Kenan par le mariage. Il prit les deux filles de Kenan pour femmes et Ada conçut et donna un fils à Lamech. Elle l’appela du nom de Jabal.

18 — Elle conçut de nouveau et eut un fils qu’elle appela Jubal ; et Tsilla, sa sœur, en ces jours, était stérile et n’avait pas d’enfant.

19 — Car, en ces jours, les fils des hommes commencèrent à fauter contre Dieu et à transgresser les commandements qu’il leur avait donné d’être féconds et de multiplier sur la Terre.

20 — Certains fils des hommes firent boire une boisson qui rendait les femmes stériles afin qu’elles gardent leur beauté et que leurs apparences gracieuses ne se flétrissent pas.

21 — Et les fils des hommes en firent boire certaines, Tsilla en but avec elles.

22 — Les femmes enceintes semblaient abominables aux yeux de leurs maris, et elles étaient considérées comme des veuves, alors qu’ils étaient encore vivants, car ils n’étaient attachés qu’à celles qui étaient stériles.

23 — Et au bout de plusieurs années, quand Tsilla eut vieilli, le Seigneur ouvrit son sein.

24 — Elle conçut et engendra un fils qu’elle appela Tubal-Caïn, disant : après avoir été fanée, je l’ai obtenu du Dieu tout-puissant.

25 — Elle conçut de nouveau et enfanta une fille qu’elle appela Naamah, car, dit-elle : après avoir été fanée, j’ai obtenu du plaisir et des délices.

26 — Lamech était vieux et avancé en âge et ses yeux étaient fatigués et ne voyaient pas. Tubal-Caïn, son fils, le dirigeait et un jour Lamech partit dans les champs, et Tubal Caïn son fils était avec lui ; pendant qu’ils marchaient dans les champs, Caïn, le fils d’Adam s’avança vers eux, mais Lamech était très vieux et ne pouvait pas beaucoup voir et son fils Tubal-Caïn était très jeune.

27 — Et Tubal-Caïn dit à son père de tirer avec son arc et les flèches tuèrent Caïn, qui était très loin, et il le tua, car il leur avait semblé que c’était un animal.

28 — Les flèches pénétrèrent dans le corps de Caïn, bien qu’il fut encore très loin d’eux et il tomba à Terre et mourut.

29 — Le Seigneur rétribua le mal de Caïn selon la méchanceté qu’il avait montrée envers son frère Abel, selon ce que Seigneur avait déclaré.

30 — Et il arriva qu’une fois que Caïn tué, Lamech et Tubal-Caïn allèrent voir l’animal qu’ils avaient tué et ils virent que Caïn leur grand-père était tombé mort à Terre.

31 — Et Lamech fut très affligé d’avoir fait ceci et de ses mains il frappa son fils, et causa sa mort.

32 — Et les femmes de Lamech surent ce qu’avait fait Lamech et elles cherchèrent à le faire périr.

33 — À partir de ce jour, elles le haïrent parce qu’il avait tué Caïn et Tubal-Caïn et elles se séparèrent de lui et ne voulurent pas l’écouter en ces jours,

34 — Lamech alla vers ses femmes et insista pour qu’elles l’écoutent sur cette affaire.

35 — Et il dit à ses femmes Ada et Tsilla : écoutez ma voix, ô femmes de Lamech, écoutez mes paroles, car vous avez pensé et dit que j’avais tué un homme pour mes blessures et un enfant pour mes meurtrissures alors qu’ils n’avaient pas été violents, mais en vérité, sachez que je suis vieux et j’ai des cheveux gris, mes yeux sont fatigués par l’âge et j’ai fait ceci involontairement.

36 — Et les femmes de Lamech l’écoutèrent sur cette affaire et sur les conseils de leur père Adam, elles revinrent vers lui, mais elles ne lui donnèrent plus d’enfants à partir de ce jour, sachant que la colère de Dieu augmentait contre les fils des hommes, pour les détruire par les eaux du déluge à cause de leurs mauvaises actions.

37 — Et Mahalalel, le fils de Kenan, vécut soixante-cinq ans et engendra Yared ; et Yared vécut soixante-deux ans et engendra Hénoch.


CHAPITRE 3

1 — Hénoch vécut soixante-cinq ans et il engendra Mathusalem ; Hénoch marcha avec Dieu après avoir engendré Mathusalem et il servit le Seigneur et méprisa les voies mauvaises des hommes.

2 — Et l’âme d’Hénoch était tournée vers les instructions du Seigneur, en connaissance et en compréhension ; et il se retira sagement de la présence des fils des hommes et s’isola d’eux pendant de nombreux jours.

3 — Et au bout de nombreuses années, alors qu’il servait le Seigneur et priait devant lui dans sa maison, un ange du Seigneur l’appela des cieux et il répondit : me voici.

4 — Il lui dit : lève-toi sors de chez toi et de l’endroit où tu te caches et montre-toi aux fils des hommes afin de les instruire dans la voie dans laquelle ils devraient aller et de l’œuvre qu’ils doivent accomplir pour suivre les voies de Dieu.

5 — Et Hénoch se leva selon la parole du Seigneur et sortit de chez lui, de son lieu et de la chambre dans laquelle il s’était retiré ; il alla vers les fils des hommes et leur enseigna les voies du Seigneur et en ces jours, rassembla les fils des hommes et les familiarisa avec les instructions du Seigneur.

6 — Et il commanda qu’il soit proclamé en tous lieux où vivaient les fils des hommes : où est celui qui souhaite connaître les voies du Seigneur et les bonnes œuvres ? Qu’il vienne à Hénoch.

7 — Et tous les fils des hommes vinrent vers lui, car tous ceux qui désiraient ces choses vinrent à Hénoch et il régna sur les fils des hommes selon la parole du Seigneur, et ils vinrent se prosterner devant lui et écoutèrent sa parole.

8 — L’esprit de Dieu était sur Hénoch et il enseigna la sagesse et les voies de Dieu à tous les hommes, et ils servirent le Seigneur tous les jours d’Hénoch et ils vinrent écouter sa sagesse.

9 — Tous les rois des fils des hommes, petits et grands, de concert avec leurs princes et leurs juges, vinrent à Hénoch quand ils entendirent sa sagesse. Ils se prosternèrent devant lui et lui demandèrent de régner sur eux, ce qu’il accepta.

10 — Ils se rassemblèrent tous, cent trente-trois rois et princes, et nommèrent Hénoch roi sur eux et ils étaient tous sous son pouvoir et son commandement.

11 — Hénoch leur enseigna la sagesse, la connaissance et les voies du Seigneur et il fit régner la paix parmi eux et elle était sur toute la Terre pendant la vie d’Hénoch.

12 — Hénoch régna sur les fils des hommes deux cent quarante-trois ans et il appliqua la justice pour tout son peuple et il le dirigea dans les voies du Seigneur.

13 — Voici les générations d’Hénoch, Mathusalem, Elisha, et Elimelech, trois fils ; et leurs sœurs Milca et Nahmah. Mathusalem vécut quatre-vingt-sept ans et il engendra Lamech.

14 — C’est dans la cinquante-sixième année de la vie de Lamech qu’Adam mourut ; il avait neuf cent trente ans quand il mourut, et ses deux fils, avec Hénoch et Mathusalem son fils, l’ensevelirent royalement en grande pompe, dans la caverne que Dieu lui avait désignée.

15 — Tous les fils des hommes firent en ce lieu un grand deuil et pleurèrent sur Adam ; c’est pourquoi c’est devenu une coutume parmi les fils des hommes jusqu’à ce jour.

16 — Et Adam mourut parce qu’il avait mangé du fruit de l’arbre de la connaissance. Lui et ses fils après lui, comme le Seigneur l’avait déclaré.

17 — Et c’est l’année de la mort d’Adam qui était la deux cent trente-troisième année du règne d’Hénoch que celui-ci décida de s’isoler des fils des hommes et de se retirer afin de servir le Seigneur comme il l’avait fait avant.

18 — Et ainsi fit Hénoch, mais il ne se retira pas complètement d’eux, mais il s’éloignait trois jours puis venait vers eux pendant un jour.

19 — Et pendant qu’il était dans sa chambre, il priait et louait le Seigneur son Dieu et le jour où il sortait pour apparaître à ses sujets, il les enseignait dans les voies du Seigneur et tous lui posaient des questions sur le Seigneur.

20 — Il fit ainsi pendant de nombreuses années, ensuite il se retira pendant six jours et apparut à son peuple un jour sur sept ; et après cela une fois par mois, puis une fois par an, jusqu’à ce que tous les rois, les princes et les fils des hommes le recherchassent et ils désirassent revoir la personne d’Hénoch pour entendre sa parole. Mais ils ne pouvaient pas, car tous les fils des hommes étaient grandement effrayés par lui et ils craignaient de l’approcher, car il avait l’apparence de Dieu ; c’est pourquoi nul ne pouvait le regarder craignant d’être puni et de mourir.

21 — Et tous les rois et les princes décidèrent de réunir les fils des hommes et d’aller voir Hénoch, pensant qu’ils pourraient tous lui parler au moment où il viendrait parmi eux et ils firent ainsi.

22 — Et le jour vint où Hénoch sortit et qu’ils s’assemblèrent tous pour aller à lui. Hénoch leur répéta les paroles du Seigneur et il leur enseigna la sagesse et la connaissance et ils se prosternèrent devant lui et dirent, vive le roi ! Vive le roi !

23 — Quelque temps après, alors que les rois et les princes et les fils des hommes parlaient avec Hénoch et qu’il leur enseignait les voies de Dieu, voici un ange du Seigneur appela Hénoch du haut des cieux et lui dit qu’il souhaitait l’enlever aux cieux pour le faire régner sur les fils de Dieu, comme il régnait sur les fils des hommes sur la Terre.

24 — Quand Hénoch eut entendu ceci, il fit rassembler tous les habitants de la Terre et leur enseigna la sagesse et la connaissance et leur donna des instructions divines et il leur dit : il m’a été demandé de monter aux cieux, c’est pourquoi je ne connais pas le jour de mon départ.

25 — C’est pourquoi, je vais vous enseigner la sagesse et la connaissance et je vais vous donner des instructions avant de partir, comment agir sur Terre afin de vivre ; et il fit ainsi.

26 — Et il leur enseigna la sagesse et la connaissance et leur donna des instructions et leur fit des reproches et plaça devant eux les statuts à respecter et les jugements à appliquer sur la Terre et il fit la paix parmi eux et leur enseigna les principes de la vie éternelle et il vécut un temps avec eux en leur enseignant toutes ces choses.

27 — En ces jours, les fils des hommes étaient avec Hénoch et pendant qu’il leur parlait, ils levèrent les yeux et ce qui ressemblait à un grand cheval descendit des cieux et s’arrêta dans les airs.

28 — Ils dirent à Hénoch ce qu’ils voyaient et il leur dit : c’est pour moi que ce cheval descend ici-bas. Le moment est venu où je dois vous quitter et je ne serai plus jamais avec vous.

29 — Le cheval descendit à ce moment et se tint devant Hénoch. Tous les fils des hommes qui étaient avec lui le virent.

30 — Hénoch ordonna qu’un décret fût lancé disant : où est celui qui se réjouit de connaître les voies du Seigneur son Dieu ? Qu’il vienne aujourd’hui à Hénoch avant qu’il ne lui soit enlevé.

31 — Tous les fils des hommes s’assemblèrent pour aller vers Hénoch en ce jour. Tous les rois de la Terre avec leurs princes et leurs conseillers restèrent avec lui. Alors Hénoch enseigna la sagesse et la connaissance aux fils des hommes et leur donna des instructions venant de Dieu. Il les exhorta à servir le Seigneur et à marcher dans ses voies tous les jours de leur vie et il continua à maintenir la paix parmi eux.

32 — Après ceci, il se leva et monta sur le cheval et partit. Et tous les fils des hommes le suivirent, environ huit cent mille hommes ; ils l’accompagnèrent pendant une journée.

33 — Le deuxième jour, il leur dit : retournez à vos tentes, pourquoi venir ? Vous pourriez mourir. Certains s’en allèrent, ceux qui restèrent l’accompagnèrent pendant six jours. Hénoch leur disait tous les jours, retournez à vos tentes de peur de mourir, mais ils ne voulurent pas partir et ils continuèrent avec lui.

34 — Au sixième jour, certains restèrent avec lui et s’accrochèrent à lui et lui disaient, nous voulons aller avec toi là où tu vas ; comme le Seigneur vit, la mort seule nous séparera.

35 — Ils insistèrent tellement qu’il cessa de leur parler ; ils ne voulurent pas repartir et continuèrent de l’accompagner.

36 — Quand les rois revinrent, ils firent un recensement afin de connaître le nombre d’hommes qui étaient allés avec Hénoch. C’est le septième jour qu’Hénoch monta aux cieux avec des chevaux et des chariots de feu.

37 — Le huitième jour, tous les rois qui avaient été avec Hénoch demandèrent que l’on fasse le décompte des hommes qui avaient été avec Hénoch à l’endroit où il avait été enlevé aux cieux.

38 — Tous les rois y allèrent et ils trouvèrent qu’à cet endroit la Terre était couverte de neige et dessus il y avait de grands tas de neige. Ils se dirent l’un à l’autre, allons, cassons la neige et voyons si ceux qui sont restés avec Hénoch sont morts. Ils fouillèrent, mais ne trouvèrent rien, car il était monté aux cieux.


CHAPITRE 4

1 — Tous les jours qu’Hénoch vécut sur la Terre furent de trois cent soixante-cinq jours.

2 — Quand Hénoch fut enlevé aux cieux, tous les rois de la Terre élevèrent Mathusalem, son fils, comme roi et le prirent pour l’oindre et régner sur eux à la place de son père.

3 — Mathusalem agit avec justice aux yeux du Seigneur, comme son père Hénoch le lui avait enseigné et toute sa vie il enseigna aussi la sagesse et la connaissance et la crainte de Dieu aux enfants des hommes et il ne se détourna ni à droite ni à gauche du droit chemin.

4 — Mais dans les derniers jours de Mathusalem, les fils des hommes se détournèrent de Dieu, ils corrompirent la Terre, ils se volaient et se pillaient et se rebellèrent contre Dieu. Ils transgressèrent et corrompirent leurs voies et ne voulurent pas écouter la voix de Mathusalem, mais se rebellèrent contre lui.

5 — Le Seigneur fut extrêmement en colère contre eux et en ces jours il continua à détruire les semences de sorte qu’il n’y avait ni semailles ni récolte.

6 — Car lorsqu’ils semaient pour obtenir de la nourriture, voici que le sol produisait des ronces et des épines qu’ils n’avaient pas semées.

7 — Les fils des hommes ne se détournèrent quand même pas de leurs mauvaises voies et leurs mains étaient toujours tournées vers le mal devant Dieu. Ils provoquèrent le Seigneur à cause de leurs mauvaises voies et le Seigneur fut très en colère et se repentit d’avoir fait l’homme.

8 — Et il pensa à les détruire et les annihiler et c’est ce qu’il fit.

9 — En ces jours, quand Lamech, le fils de Mathusalem, eut cent soixante ans, Seth, le fils d’Adam, mourut.

10 — Tous les jours de Seth furent de neuf cent douze ans et il mourut.

11 — Lamech avait cent quatre-vingts ans quand il prit Ashmua, la fille d’Élisha le fils d’Hénoch ; son oncle, et elle conçut.

12 — En ces jours, les fils des hommes ensemencèrent le sol et il produisit un peu de nourriture, cependant, le fils des hommes ne se détournèrent pas de leurs mauvaises voies, ils transgressèrent et se rebellèrent contre Dieu.

13 — La femme de Lamech conçut et enfanta un fils à cette époque, à la fin de l’année.

14 — Mathusalem l’appela Noé, disant : la Terre, en ces jours, était au repos et débarrassée de la corruption. Lamech, son père l’appela Menahem, disant : celui-ci nous réconfortera dans nos œuvres et nos tristes labeurs sur la Terre que Dieu a maudite.

15 — L’enfant grandit et fut sevré. Il marcha dans les voies de son père Mathusalem, parfait et droit devant Dieu.

16 — En ces jours, les fils des hommes se détournèrent des voies du Seigneur alors qu’ils se multipliaient à la surface de la Terre en donnant des fils et des filles. Ils s’enseignaient leurs viles pratiques et continuèrent à pécher contre Dieu.

17 — Et chacun se fit un dieu. Ils se volaient et se pillaient mutuellement, leurs voisins comme leur parentèle et ils corrompirent la Terre qui fut remplie de violence.

18 — Leurs juges et leurs dirigeants allèrent vers les filles des hommes et arrachèrent les épouses à leurs maris par force, selon leur choix. En ces jours les fils des hommes prirent le bétail de la Terre, les bêtes des champs et les oiseaux de l’air et apprirent à mélanger la nature des animaux, d’une espèce avec une autre. Ce faisant, ils provoquèrent le Seigneur. Dieu vit que toute la Terre était corrompue, car toute chair avait corrompu sa voie sur la Terre, tous les hommes et tous les animaux.

19 — Le Seigneur dit : j’effacerai cet homme que j’ai créé à la surface de la Terre, oui, de l’homme aux oiseaux de l’air, avec le bétail et les bêtes qui sont dans les champs, car je me repens de les avoir faits.

20 — Et en ces jours, tous les hommes qui marchaient dans les voies du Seigneur moururent avant que le Seigneur n’amène le mal sur l’homme, car celui-ci venait du Seigneur, afin qu’ils ne soient pas témoins du mal que le Seigneur avait déclaré concernant les fils des hommes.

21 — Noé trouva grâce aux yeux du Seigneur et il le choisit avec ses enfants pour susciter une postérité à la surface de toute la Terre.


CHAPITRE 5

1 — Dans la quatre-vingt-quatrième année de la vie de Noé, Énos, le fils de Seth, mourut. Il avait neuf cent cinq ans à sa mort.

2 — Dans la cent soixante-dixième année de la vie de Noé, Kenan, le fils d’Énos, mourut et tous les jours de Kenan furent de neuf cent dix ans et il mourut.

3 — Dans la deux cent trente-quatrième année de la vie de Noé, Mahlaleel le fils de Kenan mourut et ses jours furent huit cent quatre-vingt-quinze ans et il mourut.

4 — Et Yared, le fils de Mahlaleel mourut en ces jours, dans la trois cent trente-sixième année de la vie de Noé ; et tous les jours de Yared furent de neuf cent soixante-deux ans et il mourut.

5 — Et tous ceux qui suivaient le Seigneur moururent en ces jours, avant de voir le mal que Dieu avait déclaré faire sur la Terre.

6 — Et après de nombreuses années, dans la quatre cent quatre-vingtième année de Noé, quand tous les hommes qui avaient suivi le Seigneur furent décédés parmi les fils des hommes, seul restait alors Mathusalem. Dieu dit à Noé et Mathusalem :

7 — Parlez et proclamez devant les fils des hommes, disant : ainsi dit le Seigneur, revenez de vos mauvaises voies et abandonnez vos œuvres, et le Seigneur se repentira du mal qu’il a déclaré vous faire, afin que cela n’arrive pas.

8 — Car ainsi dit le Seigneur, voici, je vous donne une période de cent vingt ans ; si vous revenez vers moi et abandonnez vos voies mauvaises, je me détournerai aussi du mal dont je vous ai parlé et il n’existera pas, dit le Seigneur.

9 — Noé et Mathusalem déclarèrent constamment, jour après jour, les paroles du Seigneur aux fils des hommes.

10 — Mais les fils des hommes ne voulurent pas écouter ni tendre l’oreille à leurs paroles et ils avaient le cou roide.

11 — Le Seigneur leur accorda une période de cent vingt ans, disant : s’ils reviennent, je me repentirai du mal, afin de ne pas détruire la Terre.

12 — En ces jours, Noé, le fils de Lamech ne prit pas femme afin d’engendrer des enfants, car disait-il, sûrement le Seigneur va détruire la Terre, alors pourquoi avoir des enfants ?

13 — Noé était un homme juste, parfait dans sa génération et le Seigneur le choisit pour susciter une postérité à la surface de la Terre.

14 — Le Seigneur dit à Noé, prend une femme pour engendrer des enfants, car j’ai vu que tu es juste devant moi dans cette génération.

15 — Tu te susciteras une postérité et tes enfants après toi, au milieu de la Terre ; et Noé prit une femme. Il choisit Naamah la fille d’Hénoch. Elle avait cinq cent quatre-vingts ans.

16 — Noé avait quatre cent quatre-vingt-dix-huit ans quand il prit Naamah pour femme.

17 — Naamah conçut et enfanta un fils. Il l’appela Japheth, disant : Dieu m’a fait prospérer sur la Terre ; elle conçut de nouveau et eut un fils. Il l’appela Sem, disant : Dieu m’a donné un reste, pour me susciter une postérité au milieu de la Terre.

18 — Noé avait cinq cent deux ans quand Naamah eut Sem et les enfants grandirent et suivirent la voie du Seigneur dans tout ce que Mathusalem et Noé leur père leur enseignait.

19 — Lamech, le père de Noé, mourut en ces jours. Cependant, en vérité, il ne suivit pas avec tout son cœur les voies de son père et il mourut dans la cent quatre-vingt-quinzième année de la vie de Noé.

20 — Et tous les jours de Lamech furent de sept cent soixante-dix ans et il mourut.

21 — Et tous les fils des hommes qui connaissaient le Seigneur moururent cette année-là avant que le Seigneur n’amène le mal sur eux ; car le Seigneur voulait qu’ils meurent, afin qu’ils ne voient pas le mal que Dieu allait amener sur leurs frères et leurs parents, comme il l’avait déclaré.

22 — À cette époque, le Seigneur dit à Noé et Mathusalem : levez-vous et proclamez aux fils des hommes toutes les paroles que je vous ai dites en ces jours, peut-être se détourneront ils de leurs mauvaises voies et je me repentirai du mal et ne l’enverrai pas.

23 — Et Noé et Mathusalem se levèrent et crièrent aux oreilles des fils des hommes tout ce que Dieu avait dit les concernant.

24 — Mais les fils des hommes ne voulurent pas écouter ni prêter l’oreille à toutes leurs déclarations.

25 — Suite à tout cela, le Seigneur dit à Noé, la fin de toute chair est arrêtée devant moi à cause de leurs mauvaises actions, voici je vais détruire la Terre.

26 — Prends du bois de gopher, va à un certain endroit et fais-y une grande arche.

27 — Tu la feras ainsi ; trois cents coudées de long, cinquante coudées de large et trente coudées de haut.

28 — Tu y feras une porte, sur le côté, à une coudée du haut et tu l’enduiras à l’intérieur et à l’extérieur de goudron.

29 — Voici, j’amènerai le Déluge d’eau sur la Terre et toute chair sera détruite, tout ce qui est dans les cieux et sur la Terre sera détruit.

30 — Toi et ta famille, vous rassemblerez deux couples de tous les animaux vivants, mâle et femelle et vous les ferez entrer dans l’arche afin de susciter une postérité sur la Terre.

31 — Rassemblez toute la nourriture mangée par tous les animaux, afin qu’il y ait de la nourriture pour toi et pour eux.

32 — Tu choisiras pour tes fils trois jeunes filles, des filles des hommes et elles seront les épouses de tes fils.

33 — Noé se leva et fit l’arche, là où Dieu le lui avait commandé et Noé fit comme Dieu lui avait ordonné.

34 — Dans sa cinq cent quatre-vingt-quinzième année, Noé commença à fabriquer l’arche selon le commandement du Seigneur et il la fit en cinq ans.

35 — Alors Noé prit les trois filles d’Eliakim, fils de Mathusalem, pour ses fils, comme le Seigneur le lui avait commandé.

36 — C’est en ces jours que Mathusalem, le fils d’Hénoch, mourut, il était âgé de neuf cent soixante ans à sa mort.


CHAPITRE 6

1 — En ces jours, après la mort de Mathusalem, le Seigneur dit à Noé, entre avec ta famille dans l'arche ; voici que je vais rassembler pour toi tous les animaux de la Terre, les bêtes des champs et les oiseaux de l'air pour qu'ils viennent entourer l'arche.


2 — Tu iras t’asseoir près des portes de l'arche, et toutes les bêtes, les animaux et les oiseaux s'assembleront et se placeront devant toi et tous ceux qui viendront se coucher devant toi, tu les prendras et les remettras entre les mains de tes fils qui les feront entrer dans l'arche et tous ceux qui se tiendront debout devant toi, tu les laisseras.

3 — Le Seigneur fit ceci le lendemain et les animaux, les bêtes et les oiseaux arrivèrent en grand nombre et entourèrent l'arche.

4 — Noé alla s’asseoir à la porte de l’arche, il faisait entrer dans l'arche toute chair qui se couchait devant lui et celle qui se tenait debout, il la laissait dehors.

5 — Une lionne vint avec ses deux lionceaux et les trois se couchèrent devant Noé. Les deux lionceaux agressèrent la lionne, la frappèrent et la firent s'enfuir de sa place. Elle s'en alla et ils retournèrent à leur place et se couchèrent devant Noé.

6 — La lionne s'enfuit et se mit avec les autres lions.

7 — Noé vit ceci et fut grandement étonné. Il se leva et fit entrer les deux lionceaux dans l'arche.

8 — Noé fit entrer dans l'arche toutes les créatures vivantes qui étaient sur Terre, et les autres continuèrent à rester à l’entour de l'arche.

9 — Elles entrèrent deux par deux dans l'arche, mais il fit entrer sept couples d'animaux et d'oiseaux purs, comme Dieu le lui avait commandé.

10 — Et tous les animaux et les bêtes et les oiseaux étaient toujours là. Ils entouraient l'arche de tous côtés et la pluie ne tomba pas avant sept jours.

11 — Et en ce jour, le Seigneur fit trembler la Terre, le soleil s'assombrit, et les fondations du monde s'ébranlèrent. Toute la Terre fut violemment secouée, il y eut des éclairs et le tonnerre gronda et toutes les fontaines de la Terre furent ouvertes comme on ne l'avait pas vu jusqu'alors. Dieu agit avec puissance afin de terrifier les fils des hommes, pour supprimer le mal sur la Terre.

12 — Mais les fils des hommes ne voulurent quand même pas se détourner de leurs voies mauvaises. En ces jours, ils augmentèrent la colère de Dieu et ne voulurent pas tourner leur cœur vers ce qui se passait.

13 — Au bout de sept jours, en la six centième année de la vie de Noé, les eaux du Déluge furent sur la Terre.

14 — Toutes les sources du grand abîme se déversèrent et les écluses des cieux furent ouvertes et la pluie fut sur la Terre quarante jours et quarante nuits.

15 — Noé, sa famille et toutes les créatures vivantes qui étaient avec lui entrèrent dans l'arche à cause des eaux du Déluge et le Seigneur ferma la porte sur eux.

16 — Et tous les fils des hommes qui étaient restés dehors étaient épuisés à cause de la pluie, car les eaux montaient de plus en plus violemment sur la Terre et les animaux et les bêtes entouraient encore l'arche.

17 — Les fils des hommes s'assemblèrent, environ sept cent mille hommes et femmes, et allèrent vers l'arche de Noé.

18 — Ils appelèrent Noé, disant : ouvre-nous pour que nous entrions avec toi dans l'arche, sinon nous allons mourir.

19 — De l'arche, Noé répondit d'une voix forte, disant : ne vous êtes-vous pas tous rebellés contre le Seigneur et dit qu'il n'existait pas ? C'est pour cela que le Seigneur vous a envoyé ce mal pour vous supprimer et vous effacer de la surface de la Terre.

20 — N'est-ce pas ce que je vous ai dit depuis cent vingt ans et vous n'avez pas voulu écouter la voix du Seigneur et maintenant vous voulez vivre sur Terre ?

21 — Ils dirent à Noé, nous sommes prêts à revenir au Seigneur ; seulement, ouvre-nous pour que nous vivions et ne mourions pas.

22 — Noé répondit : maintenant que vous voyez le trouble de vos âmes, vous voulez revenir à Dieu ; pourquoi n'êtes-vous pas revenus pendant ces cent vingt ans que le Seigneur vous a donnés comme temps fixé ?

23 — Mais maintenant vous venez me parler ainsi à cause du trouble de vos âmes, mais le Seigneur ne vous écoutera pas, ni ne vous entendra en ce jour, pour que vous ne puissiez avoir satisfaction.

24 — Les fils des hommes s'approchèrent afin de forcer l'arche pour y entrer à cause de la pluie, car elle était insupportable.

25 — Et le Seigneur envoya toutes les bêtes et les animaux qui se tenaient autour de l'arche. Elles les submergèrent et les chassèrent de l'endroit et tous les hommes s'en allèrent et se dispersèrent de nouveau à la surface de la Terre.

26 — La pluie tombait toujours sur la Terre, elle tomba pendant quarante jours et quarante nuits et les eaux montèrent très haut sur la Terre ; et toutes chairs qui étaient sur la Terre ou sur les eaux moururent, les hommes, les animaux, les bêtes, tout ce qui se meut ou les oiseaux de l'air, il n'y eut plus que Noé et ceux qui étaient avec lui dans l'arche.

27 — Et les eaux montèrent et se déversèrent sur la Terre, et elles soulevèrent l’arche et elle s’éleva du sol.

28 — Et l’arche flotta à la surface des eaux, et elle fut ballottée sur les eaux de sorte que toutes les créatures vivantes qui s’y trouvaient furent retournées comme un potage dans un chaudron.

29 — Une grande peur saisit toutes les créatures vivantes qui étaient dans l’arche qui semblait se briser.

30 — Toutes les créatures qui étaient dans l’arche étaient terrifiées. Le lion rugissait, le veau mugissait, les loups hurlaient, et toutes les créatures vivantes qui étaient dans l’arche s’exprimaient et se lamentaient dans leur langage, au point que leurs cris s’entendaient au loin ; Noé et ses fils criaient et pleuraient d’angoisse. Ils avaient grand-peur d’être arrivés aux portes de l’Enfer.

31 — C’est pourquoi Noé pria le Seigneur et l’appela et il dit : ô, Seigneur, aide-nous, car nous n’avons pas la force de supporter ce mal, car les vagues des eaux nous entourent, de terribles torrents nous terrifient, les griffes de la mort sont devant nous ; réponds-nous, ô, Seigneur, tourne ta face vers nous et fais-nous grâce, sauve-nous et délivre-nous.

32 — Le Seigneur entendit la voix de Noé et il se souvint de lui.

33 — Un vent passa sur la Terre, les eaux se calmèrent et l’arche se reposa.

34 — Les fontaines du grand abîme et les écluses des cieux se fermèrent et la pluie du ciel s’arrêta.

35 — En ces jours, les eaux diminuèrent et l’arche se posa sur les montagnes d’Ararat.

36 — Alors Noé ouvrit les fenêtres de l’arche et il pria le Seigneur et dit : ô, Seigneur, qui a formé la Terre et les cieux et tout ce qui s’y trouve, fais-nous sortir de ce confinement et de la prison dans laquelle tu nous a placés, car je suis fort épuisé de gémir.

37 — Le Seigneur entendit la voix de Noé et lui dit : quand tu auras passé une année entière, alors tu sortiras.

38 — Et au bout d’un an, quand Noé eut fini de vivre une année dans l’arche, les eaux se retirèrent de la Terre et Noé enleva le toit de l’arche.

39 — En ces jours, le vingt-septième jour du second mois, la Terre fut sèche, mais Noé et ses fils et ceux qui étaient avec lui, ne sortirent pas de l’arche tant que le Seigneur ne le dit pas.

40 — Et le jour arriva où le Seigneur leur dit de sortir et ils sortirent tous de l’arche.

41 — Ils partirent et chacun s’en alla vers son lieu et Noé et ses fils habitèrent dans le pays que Dieu leur avait désigné et ils servirent le Seigneur tous leurs jours, et le Seigneur bénit Noé et ses fils en sortant de l’arche.

42 — Et il leur dit : soyez féconds et remplissez la Terre ; devenez forts et développez-vous abondamment et multipliez-vous.


CHAPITRE 7

1 — Voici les noms des fils de Noé : Japhet, Cham et Sem ; des enfants leur furent nés après le Déluge.

2 — Voici les fils de Japhet: Gomer, Magog, Madai, Javan, Tubal, Méshech et Tiras, sept fils.

3 — Les fils de Gomer furent : Ashkenaz, Riphath, et Togarma.

4 — Les fils de Magog furent : Elichanaf et Lubal.

5 — Les enfants de Madai furent : Achon, Zeelo, Chazoni et Lot.

6 — Les fils de Javan furent : Elisha, Tarshish, Chittim et Dudomim.

7 — Les fils de Tubal furent : Ariphi, Kesed et Taari.

8 — Les fils de Meshech furent : Dedon, Zaron et Shebashni.

9 — Les fils de Tiras furent : Benib, Gera, Lupirion et Gilak ; ce sont les fils de Japheth selon leurs familles, et leurs nombres en ces jours étaient d’environ quatre cent soixante hommes.

10 — Voici les fils de Cham : Cush, Mitsraïm, Phut et Canaan, quatre fils. Les fils de Cush furent : Seba, Havila, Sabta, Raama et Satecha, et les fils de Raam furent Sheba et Dedan.

11 — Les fils de Mitsraïm furent : Lud, Anom et Pathros, Chasloth et Caphtor.

12 — Les fils de Phut furent : Gebul, Hadan, Benah et Adan.

13 — Les fils de Canaan furent : Sidon, Heth, Amori, Gergashi, Hivi, Arkee, Seni, Arodi, Zimodi et Chamothi.

14 — Voici les fils de Cham selon leurs familles, et leurs nombres en ces jours étaient d’environ sept cent trente hommes.

15 — Voici les fils de Shem : Elam, Assur, Arphachshad, Lud et Aram, cinq fils ; et les fils d’Elam furent : Shushan, Machu et Harmon.

16 — Les fils d’Assur furent Mirus et Mokil, et les fils d’Arpachshad furent Shelah, Anar et Ashcol.

17 — Les fils de Lud furent : Pethor et Bizayon, et les fils d’Aram furent : Uz, Chul, Gather et Mash.

18 — Voici les fils de Sem selon leurs familles ; et leurs nombres en ces jours étaient d’environ trois cents hommes.

19 — Voici les générations de Sem : Sem engendra Arpachshad qui engendra Shelah qui engendra Eber qui engendra deux fils, le nom de l’un fut Peleg, car en ces jours les fils des hommes furent divisés et dans les derniers jours, la Terre fut divisée.

20 — Le nom du second était Yoktan, ce qui signifie qu’en ces jours, la vie des fils des hommes fut diminuée et abaissée.

21 — Voici les fils de Yoktan : Almodad, Shelaf, Chazarmoveth, Yerach, Hadurom, Ozel, Diklh, Obal, Abimael, Sheba, Ophir, Havilah et Jobab ; tous ceux-là sont les fils de Yoktan.

22 — Peleg, son frère, engendra Yen qui engendra Serug qui engendra Nachor qui engendra Terah et Terah avait trente-huit ans quand il engendra Haran et Nachor.

23 — En ces jours, Cush, le fils de Cham, le fils de Noé, prit une femme dans son âge avancé et elle eut un fils qu’ils appelèrent Nemrod, disant : En ces jours, les fils des hommes ont recommencé à se rebeller et à transgresser contre Dieu. L’enfant grandit et son père l’aimait beaucoup, car c’était le fils de sa vieillesse.

24 — Les vêtements de peaux que Dieu avait faits pour Adam et a femme, quand ils sortirent du jardin d’Éden, furent donnés à Cush.

25 — Car après la mort d’Adam et de sa femme, les vêtements furent donnés à Hénoch, le fils de Yared, et quand il fut enlevé vers Dieu, il les donna à Mathusalem, son fils.

26 — A la mort de Mathusalem, Noé les prit et les emporta dans l’arche et ils étaient avec lui jusqu’à sa sortie de l’arche.

27 — En sortant de l’arche, Cham vola ces vêtements à Noé son père, il les emporta et les cacha à la vue de ses frères.

28 — Quand Cham engendra son premier-né Cush, il lui donna les vêtements en secret, qui les conserva de nombreux jours.

29 — Cush les dissimula à la vue de ses fils et de ses frères et quand il engendra Nemrod, il les lui donna par amour pour lui. Nemrod grandit et quand il eut vingt ans, il revêtit ces vêtements.

30 — Nemrod devint fort après avoir revêtu ces vêtements, et Dieu lui donna la puissance et la force et c’était un puissant chasseur dans le pays, oui, c’était un puissant chasseur dans les champs et il chassa les animaux et construisit des autels et il y offrait ces animaux devant le Seigneur.

31 — Nemrod se fortifia et il s’éleva au milieu de ses frères. Il batailla pour ses frères contre tous leurs ennemis qui les entouraient.

32 — Et le Seigneur livra tous les ennemis de ses frères entre ses mains et Dieu le fit prospérer de temps en temps dans ses batailles et il régna dans le pays.

33 — C’est pourquoi, on avait l’habitude de dire en ces jours que lorsque qu’un homme présentait ceux qu’il avait entraînés, il leur disait : De même que Dieu a fait pour Nemrod, qui était un puissant chasseur dans le pays et qui a vaincu dans les batailles qu’ont connues ses frères et les a délivrés des mains de leurs ennemis ; que Dieu puisse nous affermir et nous délivrer en ce jour.

34 — Quand Nemrod eut quarante ans, il y eut une guerre entre ses frères et les enfants de Japhet, de sorte qu’ils furent en leur pouvoir.

35 — A cette époque, Nemrod rassembla tous les fils de Cush et leurs familles, environ quatre cent soixante hommes et il engagea aussi certains de ses amis et connaissances, environ quatre-vingts hommes. Il leur donna leur solde et ils partirent avec lui à la bataille. Et quand il fut en chemin, Nemrod affermit le cœur des gens qui l’accompagnaient.

36 — Il leur dit : ne craignez point et ne soyez pas alarmés, car nos ennemis seront livrés entre nos mains et vous pourrez leur faire comme il vous plaira.

37 — Et tous les hommes qui allèrent avec lui, environ cinq cents combattirent leurs ennemis et ils les détruisirent et les soumirent. Nemrod plaça des officiers pour les surveiller dans leurs places respectives.

38 — Ils prirent de leurs enfants comme otages et ils furent tous serviteurs chez Nemrod et ses frères. Nemrod et tous ceux qui avaient été avec lui retournèrent chez eux.

39 — Quand Nemrod revint joyeusement de la bataille, après avoir conquis ses ennemis, tous ses frères avec ceux qui le connaissaient avant, s’assemblèrent pour le faire roi sur eux et ils placèrent la couronne royale sur sa tête.

40 — Et il plaça des princes, des juges, et des dirigeants sur ses sujets, comme c’est la coutume parmi les rois.

41 — Il nomma Terah, le fils de Nachor, chef de son armée, il lui accorda de la dignité et l’éleva au-dessus de tous les princes.

42 — Pendant qu’il régnait selon les désirs de son cœur, après avoir vaincu tous ses ennemis alentour, il consulta ses conseillers pour bâtir une ville pour son palais et ils firent ainsi.

43 — Ils trouvèrent une grande vallée opposée à l’Orient et ils lui bâtirent une grande ville. Nemrod donna à la ville qu’il construisit le nom de Shinar, car le Seigneur avait dispersé violemment et détruit ses ennemis.

44 — Nemrod vécut à Shinar et il y régna en sécurité. Il combattit ses ennemis et les soumit. Il réussit dans toutes ses batailles et son royaume devint très grand.

45 — Toutes les nations et toutes les langues apprirent sa renommée et elles se joignirent à lui. Elles se prosternèrent jusqu’à Terre et lui apportèrent des offrandes et il devint leur seigneur et roi. Et ils vécurent tous à Shinar. Nemrod régna dans le pays sur tous les fils de Noé et ils étaient tous sous son pouvoir et sa loi.

46 — Et tout le pays était uni par une même langue et avec les mêmes mots. Mais Nemrod ne marcha pas dans les voies du Seigneur et il fut plus méchant que tous les hommes qui avaient été avant lui, depuis les jours du Déluge jusqu’à ces jours.

47 — Il se fit des dieux de bois et de pierre et il se prosterna devant eux et se rebella contre le Seigneur. Il enseigna ses voies mauvaises à tous ces sujets et au peuple du pays ; et Mardon, son fils fut plus méchant que son père.

48 — Et tous ceux qui entendirent les actions de Mardon, le fils de Nemrod, disaient sur lui : « C’est du méchant que provient la méchanceté » ; c’est pourquoi cela devint un proverbe dans tout le pays : du méchant provient la méchanceté et cela a été habituel de le dire jusque maintenant.

49 — Et Terah, le fils de Nachor, prince de l’armée de Nemrod, était très grand en ces jours aux yeux du roi et de ses sujets, et le roi et les princes l’aimaient et ils l’élevèrent très haut.

50 — Terah prit une femme du nom d’Amthelo, fille de Cornebo. Elle conçut et enfanta un fils en ces jours.

51 — Terah avait soixante-dix ans quand il l’enfanta. Il appela son fils qui lui était né, Abram, parce que le roi l’avait élevé en ces jours et l’avait distingué au-dessus de tous les princes qui étaient avec lui.


CHAPITRE 8


1 — C’est dans la nuit où Abram naquit que tous les serviteurs de Terah et tous les sages de Nemrod et ses devins vinrent manger et boire dans sa maison et se réjouirent avec lui cette nuit.

2 — Quand tous les sages et les devins sortirent de la maison de Terah, ils levèrent les yeux vers le ciel, cette nuit, pour regarder les étoiles, et ils virent une très grande étoile venir de l’Est et parcourir les cieux et engloutir les quatre étoiles des quatre coins du ciel.

3 — Et les sages et les devins du roi furent étonnés à cette vue, et ils en comprirent la signification et ce que cela impliquait.

4 — Ils se dirent : Cela a un rapport avec l’enfant qui est né à Terah cette nuit, qui va grandir et sera fécond, il se multipliera et possédera toute la Terre, lui et ses enfants pour toujours, et ses enfants et lui massacreront de grands rois et hériteront de leurs Terres.

5 — Ce soir-là, les sages et les devins rentrèrent chez eux et tous ces sages et devins se levèrent tôt le matin et se réunir dans une maison,

6 — Ils se parlèrent et dirent : voici le roi ne sait pas ce que nous avons vu la nuit dernière. On ne lui a pas fait connaître,

7 — Et si plus tard, il apprenait la chose, il nous dirait : pourquoi m’avez-vous caché cette affaire et que nous souffririons de la mort ; c’est pourquoi, allons maintenant dire au roi ce que nous avons vu et son interprétation et nous serons tranquilles.

8 — Ils firent ainsi et ils allèrent tous voir le roi et se prosternèrent devant lui jusqu’au sol et ils dirent : vive le roi, vive le roi,

9 — Nous avons entendu qu’un fils est né à Terah, le fils de Nachor, le prince de ton armée et hier soir nous sommes allés chez lui, nous avons mangé et bu et nous sommes réjouis cette nuit.

10 — Et quand tes serviteurs sont sortis de la maison de Terah, pour rentrer chacun chez nous pour y dormir la nuit, nous avons levé les yeux vers le ciel et nous avons vu une grande étoile arrivant de l’Est et cette étoile se déplaçait à grande vitesse. Elle a englouti quatre grandes étoiles des quatre coins des cieux,

11 — Et tes serviteurs ont été étonnés de ce que nous avons vu et nous avons eu très peur et nous avons réfléchi sur cette vision et su par notre sagesse son interprétation correcte, que ces choses ont un rapport avec l’enfant qui est né chez Terah ; il grandira et se multipliera grandement, il deviendra puissant, tuera tous les rois de la Terre et héritera de leurs pays, lui et sa postérité pour toujours,

12 — Maintenant, notre seigneur, nous t’avons fidèlement informé de ce que nous avons vu à propos de cet enfant.

13 — S’il semble bon au roi de donner à son père la valeur de cet enfant, nous le tuerons avant qu’il ne grandisse et ne se multiplie dans le pays et que son mal n’augmente contre nous et que nous et nos enfants ne périssions à cause de sa méchanceté.

14 — Le roi écouta leurs paroles qui lui semblèrent bonnes à ses oreilles. Il envoya chercher Terah et celui-ci vint devant le roi.

15 — Le roi dit à Terah : On m’a dit qu’un fils t’est né hier soir et que ceci a été observé dans les cieux à sa naissance.

16 — Maintenant, donne-moi l’enfant, afin que nous le tuions, avant que son mal ne nous tombe dessus et pour ce qu’il vaut, je remplirai ta maison d’or et d’argent.

17 — Terah répondit au roi et dit : mon seigneur et roi, j’ai entendu tes paroles et ton serviteur fera tout ce que son roi désire.

18 — Mais mon seigneur et roi, je te dirai ce qui m’est arrivé hier soir afin de connaître l’opinion que le roi fera savoir à son serviteur et je répondrai au roi sur ce qu’il aura dit ; et le roi dit : parle.

19 — Terah dit au roi, Ayon fils de Mored est venu hier soir et m’a dit :

20 — Donne-moi le grand et magnifique cheval que le roi t’a donné et je te donnerai de l’or et de l’argent, de la paille et de la nourriture pour sa valeur. Je lui ai dit : attends jusqu’à ce que j’aie vu le roi à ce propos et ce que le roi dira, je le ferai.

21 — Maintenant, mon seigneur et roi, voici ce que je t’ai fait connaître et le conseil que donnera le roi à son serviteur, je le suivrai.

22 — Quand le roi entendit ces paroles, sa colère s’enflamma et il le prit pour un fou.

23 — Le roi répondit à Terah et lui dit : es-tu si idiot, ignorant ou manquant de compréhension pour donner ce magnifique cheval pour de l’or et de l’argent ou même pour de la paille et de la nourriture ?

24 — Manques-tu tellement d’or et d’argent que tu doives faire ceci, pare que tu ne peux obtenir de la paille et de la nourriture pour nourrir le cheval ? Et qu’est-ce, pour toi, l’or et l’argent ou la paille et la nourriture pour que tu doives abandonner ce magnifique cheval que je t’ai donné, comme s’il n’y en avait pas d’autre sur toute la Terre ?

25 — Le roi s’arrêta de parler et Terah lui répondit, disant : C’est ainsi que le roi a parlé à son serviteur ;

26 — Je t’implore, mon seigneur et mon roi, que m’as-tu dit : donne ton fils pour le tuer et je te donnerai de l’or et de l’argent pour sa valeur ; que ferai-je de l’or et de l’argent après la mort de mon fils ? Qui héritera de moi ? Surement, à ma mort, l’or et l’argent reviendront à mon roi qui les a donnés.

27 — Lorsque le roi eut entendu les paroles de Terah et la parabole qu’il avait donnée concernant le roi, celui-ci fut extrêmement fâché contre Terah et vexé de cette parabole et sa colère s’enflamma contre lui.

28 — Terah vit que la colère du roi s’était enflammée contre lui et il répondit au roi, disant : tout ce que j’ai est sous le pouvoir du roi ; tout ce que le roi veut faire à son serviteur, qu’il le fasse, oui, même mon fils, il est sous le pouvoir du roi, sans monnaie d’échange, lui et ses deux fils qui sont plus âgés.

29 — Le roi dit à Terah : Non, je t’achèterai ton jeune fils pour de l’argent.

30 — Terah répondit au roi, disant : je t’implore, mon seigneur et roi de laisser ton serviteur parler devant toi et que le roi écoute son serviteur et Terah dit : Que mon roi me donne trois jours le temps que je considère ce sujet en moi-même et que je consulte ma famille sur ce qu’a dit le roi ; et il insista fortement auprès du roi pour qu’il accepte.

31 — Le roi écouta Terah et il lui donna trois jours. Terah sortit de la présence du roi et rentra dans sa famille et lui répéta toutes les paroles du roi ; et les gens avaient très peur.

32 — Le troisième jour, le roi envoya quelqu’un chez Terah, disant : Envoie ton fils contre de l’argent comme je te l’ai dit ; et si tu ne le fais pas, j’enverrai des hommes et je massacrerai tout ce que tu as dans ta maison et il ne te restera pas même un chien.

33 — Terah se dépêcha, (car le message du roi était pressant) il prit l’enfant d’une de ses servantes qui avait accouché ce jour-là et il apporta l’enfant au roi et reçu l’argent en échange.

34 — Le Seigneur était avec Terah en cette affaire, afin que Nemrod ne puisse causer la mort d’Abram. Le roi prit l’enfant de Terah et de toute sa force il lui fracassa la tête sur le sol, car il croyait que c’était Abram. Il ne le sut pas et il oublia l’affaire car c’était la volonté de la Providence qu’Abram ne meure pas.

35 — Terah emmena secrètement Abram, son fils, avec sa mère et sa nourrice et il les cacha dans une caverne et leur apporta tous les mois de la nourriture.

36 — Le Seigneur était avec Abram dans la caverne et il grandissait. Il y fut dix ans et le roi, ses princes ses devins et ses sages pensèrent que le roi avait tué Abram.


CHAPITRE 9

1 — En ces jours, Haran, le fils de Terah, le frère ainé d’Abram, prit une femme.

2 — Haran avait trente-neuf ans quand il la prit. La femme d’Haran conçut et enfanta un fils et il l’appela Lot.

3 — Elle conçut de nouveau et enfanta une fille, elle l’appela Milca. Elle conçut de nouveau et enfanta une fille qu’elle appela Saraï.

4 — Haran avait quarante-deux ans quand il engendra Saraî ce qui était dans la dixième année de la vie d’Abram. En ces jours, Abram et sa mère et la nourrice sortirent de la caverne car le roi et ses sujets avaient oublié l’affaire d’Abram.

5 — Quand Abram sortit de la caverne, il partit chez Noé et son fils Sem. Il resta avec eux pour connaître les instructions du Seigneur et suivre ses voies et nul ne savait où était Abram et celui-ci servit Noé et Sem pendant longtemps.

6 — Abram resta chez Noé pendant trente-neuf ans. Abram connut le Seigneur à trois ans et il marcha dans les voies du Seigneur jusqu’au jour de sa mort. Et Noé et son fils Sem l’enseignaient. Et en ces jours, tous les fils de la Terre transgressèrent grandement contre le Seigneur ; ils se rebellèrent contre lui et ils servirent d’autres dieux. Ils oublièrent le Seigneur qui les avait créés sur la Terre. En ces jours, les habitants de la Terre se firent chacun des dieux ; des dieux de bois et de pierre qui ne parlaient pas, n’entendaient pas et ne sauvaient pas ; et les fils des hommes les servirent et ils devinrent leurs dieux.

7 — Le roi et tous ses serviteurs ainsi que Terah et toute sa maison étaient alors les premiers à servir des dieux de bois et de pierre.

8 — Et Terah avait douze dieux de grande taille, faits de bois et de pierre, selon les douze mois de l’année. Il en servait un tous les mois et apportait mensuellement ses offrandes de viande et de boisson à ses dieux. Terah faisait ainsi tous les jours.

9 — Et toute cette génération était méchante aux yeux du Seigneur, car chacun se faisait son dieu et ils abandonnèrent le Seigneur qui les avait créés.

10 — En ces jours, on ne trouvait personne sur la Terre entière qui connut le Seigneur (car chacun servait son propre dieu) sauf Noé, sa famille et tous ceux qui suivaient ses conseils connaissaient le Seigneur en ces jours.

11 — Et Abram, le fils de Terah, progressait dans la maison de Noé et personne ne le savait et le Seigneur était avec lui.

12 — Le Seigneur donna un cœur compréhensif à Abram et il sut que toutes les œuvres de cette génération étaient vaines, que tous leurs dieux étaient vains et inutiles.

13 — Abram vit que le soleil brillait sur la Terre et il se dit en lui-même : ce soleil qui brille actuellement sur la Terre, assurément c’est Dieu et je vais le servir.

14 — Abram servit le soleil ce jour-là et il le pria. Et lorsque le soir fut venu le soleil se coucha comme d’habitude et Abram se dit en lui-même : sûrement, ce ne peut être Dieu.

15 — Abram continua à se parler en lui-même : qui a fait les cieux et la Terre ? Qui a créé sur la Terre ? Où est-il ?

16 — La nuit l’enveloppa et il leva les yeux vers l’Ouest, le Nord, le Sud et l’Est et il vit que le soleil avait disparu de la Terre et que le jour était devenu la nuit.

17 — Abram vit les étoiles et la Lune devant lui et il dit : c’est sûrement le Dieu qui a créé la Terre entière ainsi que l’homme, celles-ci, ses servantes, sont des dieux qui l’entourent ; et Abram servit la Lune et la pria toute cette nuit.

18 — Et le matin quand il fit jour et que le soleil brillait sur la Terre comme d’habitude, Abram vit tout ce que le Seigneur Dieu avait fait sur la Terre.

19 — Et Abram se dit en lui-même : ce ne sont certainement pas ces dieux qui ont fait la Terre et toute l’humanité, mais ce sont des serviteurs de Dieu ; et Abram resta dans la maison de Noé et il y connut le Seigneur et ses voies et il servit le Seigneur tous les jours de sa vie et toute cette génération oublia le Seigneur et servit d’autres dieux de bois et de pierre et fut rebelle toute sa vie.

20 — Et le roi Nemrod régnait en sécurité et toute la Terre était sous son contrôle et avait une seule langue et les mêmes mots.

21 — Et tous les princes de Nemrod et ses grands hommes tinrent conseil ensemble ; Phut, Mitzraïm, Cush et Canaan et leurs familles. Et ils se dirent les uns aux autres : allons construisons une cité et nous y placerons une tour dont le sommet atteindra les cieux. Nous deviendrons fameux célèbres afin de régner sur le monde entier, et que le mal de nos ennemis cesse de nous accabler et que nous ne soyons pas dispersés sur la Terre en raison de leurs guerres.

22 — Et ils allèrent devant le roi et lui dirent ces choses et le roi fut d’accord avec eux sur cette affaire et il le fit.

23 — Et toutes les familles se réunirent environ six cent mille hommes et ils partirent à la recherche d’un terrain très grand pour établir la ville et la tour. Ils cherchèrent par toute la Terre et ils en trouvèrent une à l’est du pays de Shinar à deux jours de marche et ils y allèrent pour y vivre.

24 — Ils commencèrent à faire des briques et du feu pour bâtir la ville et la tour qu’ils s’étaient mis en tête de terminer.

25 — Le fait de construire la tour pour eux était une transgression et un péché. Ils commencèrent à la construire et pendant qu’ils la construisaient contre le Seigneur Dieu des cieux, ils songèrent en leur cœur de faire la guerre à Dieu et de monter jusqu’aux cieux.

26 — Tous les gens et toutes les familles se divisèrent en trois parties ; la première dit : nous monterons au ciel et nous le combattrons ; la seconde dit : nous monterons au ciel pour y placer nos dieux et les servir ; et la troisième dit : nous monterons au ciel et le frapperons avec des arcs et des épées ; et Dieu connut toutes leurs œuvres et leurs mauvais desseins et il vit la ville et la tour qu’ils étaient en train de bâtir.

27 — Et pendant qu’ils construisaient, ils se firent une grande ville et une tour très haute et très solide. Et en raison de sa hauteur, il fallait un an pour que ceux qui montaient les briques et le mortier les livrent aux bâtisseurs, et ceci journellement.

28 — Et voici, certains montaient et d’autres descendaient toute la journée ; et si une brique s’échappait de leurs mains et se brisait, tout le monde pleurait sur la brique, et si un homme tombait et mourait, personne ne s’en souciait.

29 — Et le Seigneur connut leurs pensées et il arriva que pendant qu’ils construisaient, ils jetassent des flèches vers les cieux et toutes les flèches leur retombèrent dessus tachées de sang et quand ils les virent, ils se dirent entre eux : Sûrement, nous avons tué tous ceux qui sont dans les cieux.

30 — Car ceci venait du Seigneur pour les égarer et pour les faire disparaître de la face de la Terre.

31 — Et ils construisirent la tour et la ville, et ils firent ceci journellement pendant de nombreux jours et d’années.

32 — Et Dieu dit aux soixante-dix anges qui étaient devant lui, à ceux qui étaient près de lui : venez, descendons et confondons leurs langues, afin qu’ils ne comprennent pas la langue de leur voisin et ils firent ainsi.

33 — Et à partir de ce jour, chacun oublia la langue de son voisin et quand ils se parlaient, ils ne se comprenaient pas. Et lorsqu’un bâtisseur recevait des mains de son voisin du goudron ou des pierres qu’il n’avait pas commandés, le bâtisseur le refusait et lui jetait dessus pour le tuer.

34 — Et ils agirent ainsi pendant de nombreux jours et beaucoup moururent de cette manière.

35 — Et le Seigneur frappa les trois parties qui étaient là. Il les châtia selon leurs œuvres et leurs desseins ; ceux qui avaient dit : nous monterons au ciel pour y servir nos dieux devinrent des singes et des éléphants ; ceux qui avaient dit : nous tirerons des flèches contre les cieux, le Seigneur les tua, un homme par la main de son voisin ; et la troisième division de ceux qui avaient dit : nous monterons au ciel pour lui faire la guerre, le Seigneur les dispersa sur toute la Terre.

36 — Et ils cessèrent de bâtir la ville et la tour ; c’est pourquoi on appela cet endroit Babel, car c’est là que le Seigneur confondit le langage de toute la Terre ; voici c’était à l’est du pays de Shinar.

38 — Et pour ce qui est de la tour que les hommes avaient construite, la Terre s’ouvrit et en engloutit un tiers, un feu descendit des cieux et en brûla un autre tiers et le dernier est resté à ce jour qui est visible et sa circonférence est de trois jours de marche.

39 — Et de nombreux fils des hommes moururent dans cette tour, un peuple sans nombre.


CHAPITRE 10

1 — Peleg, le fils d’Eber mourut en ces jours, dans la quarante-huitième année de la vie d’Abram fils de Téra et tous les jours de Peleg furent de deux cent trente-neuf ans.

2 — Lorsque le Seigneur eut dispersé les fils des hommes à cause de leur péché à la tour, voici, ils se séparèrent en de nombreuses divisions et tous les fils des hommes furent dispersés aux quatre coins de la Terre.

3 — Et toutes les familles se composèrent chacune selon sa langue, son pays ou sa ville.

4Et les fils des hommes construisirent de nombreuses villes selon leurs familles partout où ils allèrent et par toute la Terre où le Seigneur les avait dispersés.

5 — Et certains construisirent des villes dans des lieux d’où ils furent chassés ultérieurement et ils nommèrent leurs villes d’après leurs noms ou les noms de leurs enfants ou selon des évènements particuliers.

6 — Et les fils de Japhet, le fils de Noé, allèrent édifier des villes là où ils furent dispersés, et ils les nommèrent d’après leurs noms et les fils de Japhet furent divisés à la surface de la Terre en de nombreuses divisions et langues.

7 — Et voici les noms des fils de Japhet selon leurs familles : Gomer, Magog, Medai, Javan, Tubal, Meschech et Tiras ; ce sont les noms des enfants de Japhet selon leurs générations.

8 — Et les enfants de Gomer, selon leurs villes, étaient les Francum, qui vivent dans le pays de Franza près de la rivière Franza, près de la rivière Senah.

9 — Et les enfants de Rephath sont les Brtonim, qui vivent dans le pays de Bartonia près de la rivière Ledah, qui s’écoule dans la grande mer Gihon, c’est-à-dire l’océan.

10 — Et les enfants de Togarma sont composés de dix familles, dont voici les noms : Buzar, Parzunac, Balgar, Elicanum, Ragbib, Tarki, Bid, Zebuc, Ongal et Tilmaz ; tous ceux-ci se dispersèrent et s’installèrent dans le nord et s’y édifièrent des villes.

11 — Et ils appelèrent leurs villes d’après leurs noms, ce sont ceux qui vivent, à ce jour, près des rivières Hithlah et Italac.

12 — Mais les familles d’Angoli, Balgar et Parzunac, vécurent près de la grande rivière Dubnee ; et les noms de leurs villes sont aussi selon leurs noms.

13 — Et les enfants de Javan sont les Javanim qui vivent dans le pays de Makdonia. Et les enfants de Medai sont les Orelum qui vivent dans le pays de Curson, et les enfants de Tubal sont ceux qui vivent dans le pays de Tuskanah près de la rivière Pashiah.

14 — Et les enfants de Meschech sont les Shibashni et les enfants de Tiras sont les Rushash, les Cushni et les Ongolis ; ils partirent tous se bâtirent des villes ; ce sont les villes qui sont situées près de la mer Jabus près de la rivière Cura qui s’écoule dans la rivière Tragan.

15 — Et les enfants d’Elishah sont les Almanim. Ils partirent aussi se construire des villes ; ce sont les villes qui sont situées entre les montagnes Job et Shibathmo ; et c‘est d’eux que sont issus le peuple de Lumbardi qui vit à l’opposé des montagnes de Job et Shibathmo et ils conquirent le pays d’Italia et y séjournèrent jusqu’à ce jour.

16 — Et les enfants de Chittim sont les Romim qui vivent dans la vallée de Canopia près du fleuve Tibreu.

17 — Et les enfants de Dudonim sont ceux qui vivent dans les villes de la mer Gihon, dans le pays de Bordna.

18 — Ce sont les familles des enfants de Japhet, selon leurs villes et leurs langues, quand ils furent dispersés après la tour, et ils appelèrent leurs villes d’après leurs noms et leurs évènements ; et ce sont les noms de toutes leurs villes, selon leurs familles, qu’ils construisirent à cette époque après la tour.

19 — Et les enfants de Cham sont : Cush, MitzraIm, Phut et Canaan selon leurs générations et leurs villes.

20 — Et ils partirent tous se construire des villes là où ils trouvèrent des lieux qui leur convenaient et ils les appelèrent d’près les noms de leurs pères Cush, Mitzraïm, Phut et Canaan.

21 — Et les enfants de Mitzraïm sont les Lubim, Anamim, Lehabim, Naphtuchim, Pathrusim, Casluchim, et Caphturim, sept familles.

22 — Il vécurent tous près de la rivière Sihor, qui est le ruisseau d’Egypte, et ils se bâtirent des villes et le appelèrent d’après leurs propres noms.

23 — Les enfants de Pathros et de Casloch se marièrent entre eux et d’eux sont issus les Pelishtim, les Azathim, les Gerarim, les Githim et les Ekronim, en tout cinq familles ; eux aussi se bâtirent des villes et les nommèrent selon les noms de leurs pères jusqu’à maintenant.

24 — Les enfants de Canaan se bâtirent aussi des villes et les nommèrent d’après leurs propres noms, onze villes et d’autres sans nombre.

25 — Et quatre hommes de la famille de Cham s’établirent dans la plaine ; voici les noms des quatre hommes : Sodome, Gomorrhe, Admah et Zeboyim.

26 — Et ces hommes se bâtirent des villes dans le pays de la plaine et appelèrent leurs villes selon leurs noms.

27 — Et eux et leurs enfants et tout ce qui leur appartenait vécurent dans ces villes, et ils furent féconds et se multiplièrent grandement et vécurent paisiblement.

28 — Et Seir, le fils de Hur, fils de Hivi, fils de Canaan, partit et trouva une vallée à l’opposé du mont Paran et il y bâtit une ville et il y vécut avec ses sept fils, et sa maison. Il appela la ville qu’il bâtit Seir, selon son nom ; c’est le pays de Seir actuellement.

29 — Ce sont les familles des enfants de Cham, selon leurs langues et leurs villes, lorsqu’ils furent dispersés vers le pays de Seir à ce jour.

30 — Les enfants de Sem, fils de Noé, père de tous les enfants d’Eber, s’en allèrent aussi et se bâtirent des villes dans les lieux où ils furent dispersés et les nommèrent de leurs noms.

31 — Les enfants de Sem furent : Elam, Assur, Arpachshad Lud et Aram. Ils érigèrent des villes et les appelèrent selon leurs noms.

32 — Ashur et ses enfants et sa maison partirent à cette époque, ils étaient en très grand nombre. Ils partirent dans un pays lointain qu’ils découvrirent et ils y trouvèrent une très grande vallée et y bâtirent quatre villes qu’ils appelèrent de leurs noms et selon les évènements.

33 — Et voici les noms des villes que les enfants d’Ashur construisirent : Ninive, Resen, Calach et Rehobother. Les enfants d’Ashur y vivent jusqu’à maintenant.

34 — Les enfants d’Aram se construisirent aussi une ville qu’ils appelèrent Uz d’après le fils aîné et ils y vécurent. C’est le pays de Uz à ce jour.

35 — La deuxième année après la Tour, un homme de la maison d’Ashur, dont le nom était Bela, arriva du pays de Ninive pour séjourner avec sa famille là où il pourrait trouvait un endroit ; et ils s’installèrent à l’opposé des villes de la plaine contre Sodome et ils y vécurent.

36 — L’homme s’agrandit et bâtit une petite cité qu’il nomma Bela, d’après son nom ; à ce jour, c’est la cité de Zoar.

37 — Voici les familles des enfants de Sem, selon leurs langues et leurs cités, après qu’ils furent dispersés sur la Terre après la Tour.

38 — Et chaque royaume, ville et famille des familles des enfants de Noé se bâtirent de nombreuses villes après la Tour.

39 — Elles établirent des gouvernements dans toutes leurs villes gérées selon leur ordre, les familles des enfants de Noé firent ainsi.


CHAPITRE 11

1 — Nemrod, fils de Cush, était toujours dans le pays de Shinar où il y régna et y vécut. Il y bâtit des villes dans le pays de Shinar.

2 — Voici les noms des quatre villes qu’il bâtit et auxquelles il donna des noms selon les évènements qui sont arrivés lors de la construction de la Tour.

3 — Il appela la première Babel, car dit-il, c’est à cause du Seigneur qui a confondu les langues de toute la Terre et le nom de la seconde était Erech, car c’est de là que le Seigneur les dispersa.

4 — Il appela la troisième Eched, car il y eut une grande bataille en ce lieu ; et la quatrième il l’appela Calnach parce que ses princes et ses hommes puissants y furent consumés et qu’ils contrarièrent le Seigneur, qu’ils se rebellèrent et transgressèrent contre lui.

5 — Quand Nemrod eut construit ces villes dans le pays de Shinar, il y plaça le reste de son peuple, ses princes et ses hommes puissants qui étaient restés dans son royaume.

6 — Et Nemrod vécut à Babel et il recommença à régner sur le reste de ses sujets. Il y régna en sécurité et ses sujets et ses princes l’appelèrent Amraphel, car c’est à la Tour que ses princes et ses hommes ont chuté à cause de lui.

7 — Et malgré cela, Nemrod ne retourna pas vers le Seigneur et il continua dans la méchanceté et enseigna aux fils des hommes à être méchants ; et Mardon, son fils, fut pire que son père et continua d’ajouter aux abominations de son père.

8 — Et il fit pécher les fils des hommes, c’est pourquoi il est dit que du méchant sort la méchanceté.

9 — À cette époque, il y eut guerre entre les familles des enfants de Cham lorsqu’ils vivaient dans les villes qu’ils avaient bâties.

10 — Chedorlaomer, roi d’Elam, se sépara des familles des enfants de Cham. Il se battit contre eux et les vainquit. Il s’avança contre les cinq villes de la plaine pour se batte conte eux et les vaincre et elles furent sous son contrôle.

11 — Elles le servirent douze ans et lui donnèrent une taxe annuelle.

12 — C’est à cette époque que Nahor, fils de Serug, mourut dans la quarante-neuvième année d’Abram, fils de Téra.

13 — À cinquante ans, Abram, fils de Téra, quitta la maison de Noé pour aller dans la maison de son père.

14 — Abram connut le Seigneur, et il suivit ses voies et ses instructions et le Seigneur son Dieu était avec lui.

15 — Et en ces jours, Téra, son père, était toujours capitaine de l’armée du roi Nemrod et il suivait toujours des dieux étranges.

16 — Quand Abram arriva dans la maison de son père, il vit douze dieux érigés dans leurs temples et la colère d’Abram s’enflamma quand il vit ces images dans la maison de son père.
17 — Abram dit : comme le Seigneur vit, ces images ne resteront pas dans la maison de mon père ; que le Seigneur qui m’a créé me punisse si dans trois jours je ne les ai pas toutes brisées.

18 — Abram s’éloigna d’elles et sa colère brûlait en lui. Abram se hâta et sortit de la chambre et alla dans la cour extérieure où il trouva son père assis avec tous ses serviteurs. Abram alla s’asseoir devant lui.

19 — Et Abram demanda à son père, disant : Père, dis-moi où est le Dieu qui a créé les cieux et la Terre et tous les fils des hommes sur la Terre et qui t’a créé et moi qui m’a créé. Et Téra répondit à son fils et dit : voici, ceux qui nous ont créés sont tous avec nous dans la maison.

20 — Et Abram dit à son père : mon seigneur, montre-les-moi, je te prie ; et Téra amena Abram dans la chambre de la cour intérieure et Abram vit et voici toute la pièce était remplie de dieux de bois et de pierre, douze grandes images et d’autres, moindres, sans nombre.

21 — Et Téra dit à son fils : voici, ce sont ceux qui ont fait tout ce que tu vois sur la Terre et qui m’ont créé et t’ont créé et toute l’humanité.

22 — Et Téra se prosterna devant ses dieux, puis il les quitta et Abram, son fils, partit avec lui.

23 — Et quand Abram les eut quittés, il alla voir sa mère et s’assit devant elle et lui dit : voici, mon père m’a montré ceux qui ont fait les cieux et la Terre et tous les fils des hommes.

24 — Maintenant, dépêche-toi de me préparer un chevreau du troupeau et fais-en un mets savoureux afin que je l’apporte aux dieux de mon père en offrande pour qu’ils le mangent ; peut-être qu’ainsi je pourrais être acceptable devant eux.

25 — Et sa mère fit ainsi, elle prit un chevreau et prépara un mets savoureux et l’apporta à Abram et il prit le mets savoureux que sa mère avait fait et l’apporta devant les dieux de son père et il resta près d’eux pour qu’ils mangent et Téra, son père, ne le sut pas.

26 — Et Abram vit le jour où il s’assit devant eux qu’ils n’avaient pas de voix, ni d’oreille, ni mouvement et qu’aucun d’eux ne pouvait tendre la main pour manger.

27 — Et Abram se moqua d’eux et dit : assurément le savoureux mets que je leur ai préparé de ne leur a pas plu ou peut-être n’y en avait-il pas assez pour eux et pour cette raison n’ont-ils pas voulu en manger ; c’est pourquoi, demain, je leur préparerai un repas frais et savoureux, meilleur et Plus abondant que celui-ci afin de voir le résultat.

28 — Et le jour suivant il instruisit sa mère concernant le mets savoureux et sa mère se leva et prit trois beaux chevreaux dans le troupeau et elle en fit un excellent et savoureux plat, tel qu’il plut à son fils, et elle le donna à son fils Abram et Téra, son père, ne le sut pas.

29 — Et Abram prit le mets savoureux de sa mère et l’apporta devant les dieux de son père dans la chambre ; et il s’approcha d’eux pour qu’ils puissent manger et Abram s’assit devant eux toute la journée, pensant peut-être qu’ils pourraient manger.

30 — Et Abram les vit et voici, ils n’avaient ni voix ni oreille et aucun ne tendit la main vers le plat pour manger.

31 — Et le soir de ce jour, dans cette maison, Abram fut revêtu de l’Esprit de Dieu.

32 — Et il cria et dit : malheur à mon père et à cette génération, dont les cœurs sont tous tournés vers la vanité, qui servent des idoles de bois et de pierre qui ne peuvent manger, ni boire, ni sentir, ni écouter ou parler, des yeux qui ne voient pas, des oreilles qui n’entendent pas, des mains qui ne touchent pas et des jambes qui ne marchent pas ; tels sont ceux qui les ont faites et placent leur confiance en eux.

33 — Et quand Abram vit toutes ces choses, sa colère s’enflamma contre son père et il alla se saisir d’une hache, et revint dans la chambre des dieux et il brisa tous les dieux de son père.

34 — Et quand il eut fini de briser les images, il plaça la hache dans la main du plus grand dieu qui était devant les autres et il partit. Et Téra, son père, entra dans la maison, car il avait entendu le bruit à la porte des coups de hache ; aussi Téra entra dans la maison pour savoir ce qui se passait.

35 — Et Téra, ayant entendu le bruit de la hache dans la pièce des images, s’y précipita et rencontra Abram qui en sortait.

36 — Et Téra entra dans la pièce et trouva toutes les idoles tombées à Terre, brisées et la hache dans la main de la plus grande, qui n’était pas brisée et le mets savoureux qu’Abram, son fils, avait fait était toujours devant elles.

37 — Et quand Téra vit ceci, sa colère s’enflamma grandement, il sortit précipitamment de la pièce pour aller vers Abram.

38 — Et il trouva Abram assis dans la maison ; et il lui dit, qu’est-ce que tu as fait avec mes dieux ?

39 — Et Abram répondit à Téra, son père, et il dit : je n’ai rien fait, mon seigneur, car j’ai apporté un mets savoureux devant eux et quand je me suis approché d’eux avec le plat afin qu’ils mangent, ils ont tous tendu la main pour manger avant que le plus grand n'ait tendu la sienne pour manger.

40 — Et le plus grand a vu ce qu’ils avaient fait avant lui, et sa colère s’est enflammée violemment contre eux ; il a pris la hache qui se trouvait dans la maison et il les a tous brisés, et voici, la hache est encore dans sa main comme tu vois.

41 — Et Téra se mit en colère contre son fils Abram lorsqu’il parla de cette manière ; et il lui dit, dans sa colère, qu’est-ce que c’est que cette histoire que tu me racontes ? Tu me mens.

42 — Y a-t-il un esprit dans ces dieux, une âme ou un pouvoir pour agir comme tu m’as dit ? Ne sont-ils pas fait de bois et de pierre et n’est-ce pas moi-même qui les ai faits et tu oses dire de tels mensonges, en affirmant que le grand dieu qui était parmi eux les a frappés ? c’est toi qui a placé la hache dans ses mains et tu dis maintenant que c’est lui qui les a tous frappés.

43 — Et Abram répondit à son père et lui dit : Alors, comment peux-tu servir ces idoles dans lesquelles il ne réside aucun pouvoir ? Ces idoles dans lesquelles tu te confies peuvent-elles te délivrer ? Quand tu les pries, entendent-elles tes prières ? Peuvent-elles te délivrer de la main de tes ennemis, ou iront-elles à la bataille pour toi contre tes ennemis pour que tu doives servir du bois et de la pierre qui ne parle ni n’écoute ?

44 — Et maintenant, assurément, ce n’est pas bon pour toi ni pour les fils des hommes qui sont en relation avec toi de faire ces choses ; es-tu si stupide, si insensé ou manques-tu tellement de compréhension que tu veuilles servir du bois et de la pierre et agir de cette manière ?

45 — Et que tu oublies le Seigneur Dieu qui a fait les cieux et la Terre et qui t’a créé sur la Terre, et que tu apportes un grand malheur sur vos âmes à cause de ça en servant de la pierre et du bois ?*

46 — Nos pères, autrefois, n’ont-ils pas péché ainsi et le Seigneur Dieu de l’univers n’a-t-il pas apporté les eaux du déluge sur eux et détruit la Terre entière ?

47 — Et comment peux-tu continuer à faire ceci et servir des dieux faits de bois et de pierre, qui n’entendent pas, ne parlent pas, ou ne te délivrent pas de l’oppression, et par conséquent fait descendre la colère du Dieu de l’univers sur toi ?

48 — C’est pourquoi, mon père, abstiens-toi maintenant de ces choses et n’apporte pas le malheur sur ton âme et sur celles de ta maison.

49 — Et Abram se précipita devant son père, il prit la hache de la plus grande idole de son père avec laquelle il la brisa et se sauva.

50 — Et Téra, ayant vu tout ce qu’Abram avait fait, se précipita hors de chez lui pour aller voir le roi et il se tint devant Nemrod et se prosterna devant le roi et le roi dit : que veux-tu ?

51 — Et il dit : je te supplie, mon seigneur, de m’écouter. Il y a maintenant cinquante ans un enfant m’est né et ainsi a-t-il fait à mes dieux et voici ce qu’il a dit ; et maintenant donc, mon seigneur et roi, envoie-le chercher pour qu’il vienne devant toi et juge-le selon la loi afin que nous soyons délivrés de ce malheur.

52 — Et le roi envoya trois hommes de ses serviteurs et ils allèrent et menèrent Abram devant le roi. Et Nemrod et tous ses princes et serviteurs étaient ce jour-là assis devant lui et Téra s’assit aussi devant lui.

53 — Et le roi dit à Abram, qu’as-tu fait à ton père et à ses dieux ? Et Abram répondit au roi les mots qu’il avait dits à son père. Et il dit : le grand dieu qui était avec eux dans la maison leur a fait tout ce que tu as entendu.

54 — Et le roi dit à Abram : Avaient-ils le pouvoir de parler et de manger et de faire comme tu as dit ? Et Abram répondit au roi disant : et s’il n’y a aucun pouvoir en eux pourquoi les servez-vous et égarez-vous les fils des hommes par vos folies ?

55 — Penses-tu qu’elles puissent te délivrer ou faire des choses petites ou grandes pour que tu doives les servir ?


56 — O roi, insensé, simple et ignorant, malheur à toi pour toujours.

57 — J’avais pensé que tu enseignerais la voie droite à tes serviteurs, mais ce n’est pas ce que tu as fait, mais tu as rempli toute la Terre de tes péchés et des péchés de ton peuple qui a suivi tes voies.

58 — Ne sais-tu pas, ou n’a tu pas entendu, que ce mal que tu commets, nos ancêtres l’ont commis autrefois, et que le Dieu éternel a envoyé les eaux du Déluge sur eux et les a tous détruits et qu’il a aussi détruit la Terre entière à cause d’eux ? Et tu veux que toi et ton peuple vous vous leviez pour faire de même afin de susciter la colère du Seigneur Dieu de l’univers et amener le malheur sur toi et la Terre entière ?

59 — C’est pourquoi rejette ces mauvaises actions que tu fais et sert le Dieu de l’univers, car ton âme est dans sa main et ce sera bien pour toi.

60 — Et si ton cœur mauvais ne prête pas l’oreille à mes paroles afin d’abandonner tes voies mauvaises et servir le Dieu éternel, tu mourras dans la honte aux derniers jours, toi, ton peuple et tous ceux qui te suivent et écoutent ta parole ou marchent dans tes voies mauvaises.

61 — Et quand Abram eut cessé de parler devant le roi et les princes, il leva les yeux vers les cieux et dit : le Seigneur voit tous les méchants et il les jugera.


CHAPITRE 12

1 — Et quand le roi entendit les paroles d’Abram, il ordonna qu’on le jetât en prison ; et il y resta dix jours.

2 — Et à la fin de ces jours, le roi ordonna que tous les rois, princes et gouverneurs des différentes provinces et les sages viennent devant lui, et ils s’assirent devant lui, et Abram était toujours en détention.

3 — Et le roi dit aux princes et aux sages : avez-vous entendu ce qu’Abram, le fils de Téra, a fait à son père ? Ainsi a-t-il fait et j’ai ordonné qu’il soit amené devant moi et ainsi m’a-t-il parlé ; et il ne l’a pas craint et n’a pas non plus craint en ma présence et maintenant, voici qu’il est confiné en prison.

4 — Et c’est pourquoi, décider quelle sentence mérite cet homme qui a méprisé le roi ; qui a dit et fait toutes les choses que vous avez entendues.

5 — Et tous répondirent au roi en disant : l’homme qui a méprisé le roi doit être pendu à un arbre ; mais comme il a dit tout ce que tu as dit, et qu’il a méprisé nos dieux, il doit en conséquence être brûlé à mort, car c’est la loi en la matière.

6 — S’il plaît au roi de faire ainsi qu’il ordonne à ses serviteurs d’allumer un feu, jour et nuit dans ton four en briques et nous y jetterons cet homme dedans. Et le roi fit ainsi et commanda à ses serviteurs qu’ils préparent un feu pendant trois jours et trois nuits dans le four qui est à Casdim ; et le roi leur ordonna de sortir Abram de la prison et de l’amener pour le brûler.

7 — Et tous les serviteurs du roi, les princes, les seigneurs, les gouverneurs et les juges et tous les habitants du pays, environ neuf cent mille hommes, se placèrent devant le four pour voir Abram.

8 — Et toutes les femmes et les enfants s’amassèrent sur les toits et les tours pour voir ce que l’on faisait à Abram et ils se tinrent tous à distance ; et il ne resta personne qui ne vient pas ce jour pour voir la scène.

9 — Lorsqu’Abram arriva et que les mages du roi et les sages virent Abram, ils crièrent vers le roi et dirent : Notre seigneur souverain, assurément c’est celui que nous connaissons être l’enfant à la naissance duquel la grande étoile a avalé les quatre étoiles dont nous avons parlées au roi, il y a maintenant cinquante ans.

10 — Et voici, son père a aussi transgressé tes ordres et s’est moqué de toi en t’apportant un autre enfant que tu as tué.

11 — Et quand le roi entendit ces mots, il fut très en colère et ordonna qu’on amène Téra devant lui.

12 — Et le roi dit : As-tu entendu ce que les mages ont dit ? Maintenant, dis-moi en vérité comment tu as fait ; et si tu parle vrai tu seras acquitté.

13 — Et voyant que la colère du roi était tellement enflammée, Téra dit au roi : mon seigneur et roi, tu as entendu la vérité et ce que les sages ont dit est vrai. Et le roi dit : comment as-tu pu faire une telle chose, de transgresser mes ordres et de me donner un enfant que tu n’as pas engendré et d’en prendre le prix ?

14 — Et Téra répondit au roi : Parce que mes tendres sentiments étaient tournés vers mon fils à cette époque, et j’ai pris le fils de ma servante et je l’ai amené devant toi.

15 — Et le roi dit : Qui t’as conseillé en ceci ? Dis-moi, ne me cache rien et alors tu ne mourras pas.

16 — Et Téra était grandement terrifié en présence du roi, c’est Haran mon fils ainé qui m’a conseillé d’agir ainsi ; et à cette époque, quand Abram naquit Haran avait trente-deux ans.

17 — Haran n’avait rien conseillé à son père, mais Téra dit ceci afin de délivrer son âme du roi car il avait très peur ; et le roi dit à Téra, Haran, ton fils, qui t’a conseillé en ceci mourra par le feu avec Abram ; car en agissant ainsi, la sentence de mort est sur lui pour s’être rebellé contre le désir du roi.

18 — A cette époque, Haran avait envie de suivre les voies d’Abram, mais il gardait ceci en lui-même.

19 — Et Haran dit en son coeur, voici le roi a mis Abram en détention pour ce qu’il a fait, et il arrivera que si Abram triomphe du roi, je le suivrai, mais si c’est le roi je suivrai le roi.

20 — Et lorsque Téra eu dit ceci au roi concernant son fils Haran, le roi ordonna qu’on se saisisse d’Abram avec Abram.

21 — Et on emmena les deux, Abram et son frère Haran, afin de les jeter dans le feu ; et tous les habitants du pays, les serviteurs, les princes du roi et toutes les femmes et les enfants étaient là, à les regarder ce jour-là.

22 — Et les serviteurs du roi saisirent Abram et son frère ; ils les déshabillèrent à l’exception de leurs sous-vêtements qu’ils portaient sur eux.

23 — Et on leur lia les mains avec des cordes de lin et les serviteurs du roi les soulevèrent et les jetèrent tous les deux dans la fournaise.

24 — Et le Seigneur aima Abram et eu compassion de lui et le Seigneur descendit et délivra Abram du feu et il ne fut pas brûlé.

25 — Mais toutes les cordes avec lesquelles ils étaient liès furent brûlées, pendant qu’Abram resta et circula dans le brasier.

26 — Et Haran mourut quand il fut jeté dans le feu et fut réduit en cendres, car son coeur n’était pas parfait avec le Seigneur ; et ces hommes qui l’avaient jeté dans le feu, les flammes du brasier s’abattirent sur eux et ils furent brûlés et douze hommes d’entre eux moururent.

27 — Et Abram marcha au milieu du brasier pendant trois jours et trois nuits et tous les serviteurs du roi le virent qui marchait dans le feu et ils allèrent dirent au roi ; voici nous avons vu Abram marchait au milieu du feu et même ses sous-vêtements qui sont sur lui ne sont pas brûlés, mais la corde qui le liait est brûlée.

28 — Et quand le roi entendit ces paroles, son coeur défaillit et il refusa de les croire ; aussi il envoya d’autres princes fidèles pour constater la chose et ils y allèrent pour le voir et le rapportèrent au roi ; et le roi se leva pour y aller et le constater par lui-même. Et il vit Abram allant et venant au milieu du feu et il vit le corps d’Haran brûlé et il en fut grandement étonné.

29 — Et le roi ordonna que l’on sortît Abram du feu ; et ses serviteurs s’approchèrent pour s’en saisir et ils ne le purent, car le feu était partout et les flammes montaient vers eux de la fournaise.

30 — Et les serviteurs du roi s’enfuirent et il est réprimanda en disant : dépêchez-vous de faire sortir Abram du feu de peur que vous mourriez.

31 — Et les serviteurs du roi s’approchèrent de nouveau pour sortir Abram et les flammes les atteignirent et leur brûlèrent la figure de sorte que huit d’entre eux moururent.

32 — Et quand le roi vit que ses serviteurs ne pouvaient approcher pour sortir Abram, de peur d’être brûlé, il appela Abram, O serviteur du Dieu qui est dans les cieux, sors du milieu du feu et vient devant moi ; et Abram entendit la voix du roi et il sortit du feu et se tint devant le roi.

33 — Et quand Abram sortit, le roi et tous ses serviteurs virent Abram s’approcher du roi, avec ses sous-vêtements sur lui, car ils n’étaient pas brûlés, sauf le lien qui l’avait attaché était brûlé.

34 — Et le roi dit à Abram : comment se fait-il que tu n’aies pas été brûlé dans la fournaise ?

35 — Et Abram dit au roi : le Dieu des cieux et de la Terre dans lequel j’ai foi et qui a tout en son pouvoir, m’a délivré du feu dans lequel tu m’avais jeté.

36 — Et Haran le frère d’Abram fut réduit en cendres, on chercha son corps et on le trouva consumé.

37 — Et Haran avait quatre-vingt-deux ans quand il mourut dans le feu de Casdim. Et le roi, les princes et les habitants du pays, voyant qu’Abram avait été délivré du feu, vinrent se prosterner devant lui.

38 — Et Abram leur dit : ne vous prosternez pas devant moi, mais prosternez-vous devant le Dieu du monde qui vous a fait, et servez-le et suivez ses voies, car c’est lui qui m’a délivré du feu et c’est lui qui a créé les âmes et les esprits de tous les hommes et qui a formé l’homme dans le sein de sa mère et c’est lui qui délivrera de toutes douleurs ceux qui ont foi en lui.

39 — Et ceci semblait extrêmement étonnant aux yeux du roi et des princes qu’Abram fut sauvé du feu et qu’Haran fut brûlé ; et le roi donna de nombreux présents à Abram et il lui donna deux serviteurs principaux appartenant à la maison du roi ; le nom de l’un était Oni et celui de l’autre Eliezer.

40 — Et tous les rois, les princes et les serviteurs firent de nombreux dons d’or, d’argent et de perles à Abram et le roi et ses princes le renvoyèrent et il partit en paix.

41 — Et Abram quitta le roi en paix et de nombreux serviteurs du roi le suivirent, environ trois cents se joignirent à lui.

42 — Et Abram retourna ce jour dans la maison de son père, lui et les hommes qui le suivaient et Abram servit le Seigneur son Dieu tous les jours de sa vie et il marcha dans ses voies et suivit sa loi.

43 — Et à partir de ce jour, Abram incita le cœur des enfants des hommes à servir le Seigneur.

44 — E à cette époque, Nachor et Abram prirent une épouse, les filles du frère d’Haran ; la femme de Nahor s’appelait Milca et le nom de la femme d’Abram était Saraî. Et Saraî, la femme d’Abram, était stérile ; elle n’avait pas d’enfants en ces jours.
45 — Et deux ans après qu’Abram fut sorti de la fournaise, c’est à dire dans la cinquante-deuxième année de sa vie, voici le roi Nemrod était assis sur le trône à Babel et il s’endormit et rêva qu’il se tenait avec ses troupes et ses armées es dans une vallée face à la fournaise du roi.

46 — Et il leva les yeux et vit un homme qui ressemblait à Abram sortir de la fournaise, il vint se tenir devant le roi avec son épée tirée. Il sauta sur le roi avec son épée, et le roi s’enfuit loin de l’homme, car il avait peur ; et pendant qu’il courait, l’homme jeta un œuf sur la tête du roi et l’œuf devint un grand fleuve.

47 — Et le roi rêva que toutes ses troupes se noyaient dans ce fleuve et mouraient, et le roi s’enfuit avec trois hommes qui étaient devant lui et il s’échappa.

48 — Et le roi regarda ces trois hommes et ils étaient revêtus de vêtements princiers comme ceux des rois et avaient l’apparence et la majesté des rois.

49 — Et pendant qu’ils couraient, le fleuve se retransforma en œuf devant le roi et de l’œuf sortit un jeune oiseau qui s’approcha du roi, vola vers sa tête et lui arracha l’œil.

50 — Et le roi fut effrayé par ce qu’il voyait, il s’éveilla de son sommeil et son esprit fut agité et une grande Terreur le saisit.

51 — Et le matin, le roi, apeuré, se leva de sa couche et il ordonna que tous les sages et les magiciens viennent devant lui pour leur faire part de son rêve.

52 — Et un serviteur sage du roi dont le nom était Anuki répondit au roi en disant : ce n’est rien d’autre que le malheur d’Abram et de sa descendance qui se lèvera contre mon seigneur et roi dans les derniers jours.

53 — Et voici le jour viendra où Abram et sa descendance et les enfants de sa maison feront la guerre à mon roi et ils frapperont toutes les armées et les troupes du roi.

54 — Et en ce qui concerne ce que tu as dit à propos de trois hommes que tu as vus semblables à toi et qui s’échappent, cela signifie que tu t’échapperas seul avec trois des rois de la Terre qui seront avec toi dans la bataille.

55 — Et ce que tu as vu du fleuve qui se transforme en œuf au début et le jeune oiseau qui t’arrache l’œil, cela signifie simplement que la descendance d’Abram frappera le roi dans les derniers jours.

56 — Ceci est le rêve de mon roi et c’en est son interprétation et le rêve est véritable et l’interprétation que ton serviteur t’a donnée est vraie.

57 — C’est pourquoi, maintenant, mon roi, tu sais bien qu’il y a cinquante-deux ans, tes sages ont vu ce qui s’est passé à la naissance d’Abram et si mon roi daigne qu’Abram vive sur la Terre ce sera pour le malheur de mon seigneur et roi, car on le savait déjà à sa naissance ; et pourquoi mon roi ne le tuera-tu pas afin d’empécher que ce malheur tombe pas sur toi dans les derniers jours ?

58 — Et Nemrod écouta la voix d’Anuki et envoya en secret des serviteurs se saisir d’Abram pour l’amener devant le roi pour qu’il souffre la mort.

59 — Et Éliezer, le serviteur d’Abram, que le roi lui avait donné, était à ce moment en présence du roi et il entendit ce qu’Anuki conseillait au roi, et ce qu’avait dit le roi pour faire mourir Abram.

60 — Et Éliezer dit à Abram : dépêche-toi, lève-toi et sauve ton âme afin que tu ne meures par les mains du roi, car voici ce qu’il a vu en rêve et comment Anuki l’a interprété et les conseils qu’Anuki a donnés au roi te concernant.

61 — Et Abram écouta la voix d’Éliezer et se dépêcha et courut se réfugier dans la maison de Noé et de son fils Seml s’y cacha et y trouva une place en sécurité ; et les serviteurs du roi allèrent chez Abram, mais ne le trouvèrent pas. Ils le cherchèrent partout dans le pays et on ne le trouva pas et on le chercha dans toutes les directions et on ne le retrouva pas.

62 — Et lorsque les serviteurs du roi ne purent trouver Abram, ils retournèrent chez le roi, mais sa colère s’était calmée, comme ils ne le trouvèrent pas le roi chassa de son esprit cette affaire à propos d’Abram.

63 — Et Abram se cacha chez Noé pendant un mois jusqu’à ce que le roi ait oublié cette affaire, mais Abram avait toujours peur du roi et Téra vint en secret le voir chez Noé et Téra était très important aux yeux du roi.

64 — Et Abram dit à son père : ne sais-tu pas que le roi a pensé à me tuer et à supprimer mon nom de la surface de la Terre en suivant les conseils de son mauvais conseiller ?

65 — Maintenant qui as-tu ici et qu’as-tu dans ce pays ? Lève-toi et partons ensemble au pays de Canaan afin d’être délivrés de sa main de peur qu’il nous fasse périr dans les derniers jours.

66 — Ne sais-tu pas ou n’as-tu pas entendu que ce n’est pas par amour que Nemrod d’accorde tout cet honneur, mais c’est seulement pour son profit qu’il t’accorde tout ce bien ?

67 — Et s’il te fait un bien plus grand que celui-ci, assurément ce n’est que vanités du monde, car l’abondance et la richesse sont inutiles au jour de la fureur et de la colère.

68 — C’est pourquoi écoute maintenant ma voix, levons-nous et partons au pays de Canaan, hors d’atteinte du mal de Nemrod ; et sers le Dieu qui t’a créé sur la Terre et tu t’en trouveras bien ; et rejette les choses vaines que tu poursuis.

69 — Et Abram cessa de parler quand Noé et Sem répondirent à Téra disant : les paroles qu’Abram a prononcées sont vraies.

70 — Et Téra écouta la voix de son fils Abram, et fit tout ce qu’Abram avait dit, car cela venait du Seigneur, afin que le roi ne puisse causer la mort d’Abram.


CHAPITRE  13

1 — Et Téra prit son fils Abram et son petit-fils Lot, le fils d’Haran, et Saraï sa belle-fille, la femme de son fils Abram et toutes les âmes de sa maison et quittèrent Ur Casdim pour aller au pays de Canaan. Et quand ils arrivèrent à Haran, ils y restèrent, car c’était une Terre excessivement bonne pour le pâturage et suffisamment grande pour ceux qui l’accompagnaient.

2Et les gens du pays d’Haran virent qu’Abram était bon et juste envers Dieu et les hommes et que le Seigneur son Dieu était avec lui et des gens du pays d’Haran vinrent se joindre à Abram et il leur enseigna les instructions du Seigneur et ses voies ; et ils restèrent avec Abram dans sa maison et ils se joignirent à lui.

3 — Et Abram resta trois ans dans le pays et à l’issue des trois ans, le Seigneur lui apparut et lui dit : je suis le Seigneur qui t’a fait sortir de Ur Casdim et t’ai délivré des mains de tous tes ennemis.

4 — Et c’est pourquoi si tu veux écouter maintenant ma voix et garder mes commandements, mes statuts et mes lois, je ferais en sorte que tes ennemis tombent devant toi et je multiplierai ta descendance comme les étoiles des cieux et je déverserai ma bénédiction sur toutes les œuvres de tes mains et tu ne manqueras de rien.

5 — Maintenant, lève-toi, prends ta femme et tous ceux qui t’appartiennent et va au pays de Canaan et restes-y et j’y serai ton Dieu et je te bénirai. Et Abram se leva, prit sa femme et tout ce qui lui appartenait et partit pour le pays de Canaan comme le Seigneur le lui avait dit ; et Abram avait cinquante ans quand il partit de Haran.

6 — Et Abram arriva au pays de Canaan et demeura au milieu de la ville et il planta sa tente parmi les enfants de Canaan, les habitants du pays.

7 — Quand il arriva au pays de Canaan, le Seigneur lui apparut et lui dit : voici le pays que je t’ai donné, à toi et à ta postérité après toi pour toujours et je rendrai ta postérité comme les étoiles des cieux et je donnerai comme héritage à ta descendance toutes les Terres que tu vois.

8 — Et Abram érigea un autel à l’endroit où Dieu lui avait parlé et il y invoqua le nom du Seigneur.

9 — En ce temps-là, après les trois ans de séjour d’Abram dans le pays de Canaan, en cette année qui était la cinquante-huitième de la vie d’Abram, Noé mourut ; et tous les jours de Noé furent de neuf cent cinquante ans et il mourut.

10 — Et Abram vécut dans le pays de Canaan, lui, sa femme et tout ce qui lui appartenait et tous ceux qui l’accompagnaient, avec ceux qui s’étaient joints à lui parmi les gens du pays ; mais Nahor, le frère d’Abram et Téra son père, et Lot le fils d’Haran et tous ceux qui leur appartenaient vécurent à Haran.

11 — Dans la cinquième année du séjour d’Abram dans le pays de Canaan, les gens de Sodome et Gomorrhe et toutes les cités de la plaine, se révoltèrent contre l’autorité de Chedorlaomer, roi d’Élam ; car tous les rois des cités de la plaine avaient servi Chedorlaomer pendant douze ans et lui avaient payé un impôt annuellement, mais en ces jours dans la treizième année, ils se rebellèrent contre lui.

12 — Et dans la dixième année du séjour d’Abram dans le pays de Canaan, il y eut une guerre entre Nemrod, roi de Shinar, et Chedorlaomer, roi d’Élam, et Nemrod vint pour l’attaquer et le vaincre.

13 — Car à cette époque, Chedorlaomer était un des généraux des armées de Nemrod et quand les gens de la tour furent dispersés et que ceux qui restaient furent aussi dispersés à la surface de la Terre, Chedorlaomer partit au pays d’Élam et il y régna et se rebella contre son seigneur.

14 — Et à cette époque, lorsque Nemrod vit que les cités de la plaine s’étaient rebellés, il arriva rempli d’orgueil et de colère pour faire la guerre à Chedorlaomer. Nemrod avait réuni tous ses princes et ses sujets, environ sept cent mille hommes, et alla contre Chedorlaomer et Chedorlaomer vint le rencontrer avec cinq mille hommes et ils se préparèrent à la bataille dans la vallée de Babel qui est entre Élam et Shinar.

15 — Et tous ces rois combattirent là et Nemrod et son peuple furent battus par le peuple de Chedorlaomer, et environ six cent mille hommes de Nemrod tombèrent et Mardon, le fils du roi tomba parmi eux.

16 — Et Nemrod s’enfuit dans son pays, couvert de honte et de déshonneur et fut soumis à Chedorlaomer pendant longtemps et Chedorlaomer retourna dans son pays et délégua des généraux de son armée vers les rois qui vivaient autour de lui, vers Arioch, roi d’Élaar, et vers Tidal, roi de Goyim, et fit alliance avec eux et ils furent tous soumis à ses ordres.

17 — Et c’est dans la quinzième année du séjour d’Abram dans le pays de Canaan, qui est la soixante-dixième année de sa vie que le Seigneur apparu à Abram en cette année et lui dit : je suis le Seigneur qui t’ai fait sortir d’Ur en Chaldée pour te donner cette Terre en héritage.

18 — C’est pourquoi, marche maintenant devant moi et sois parfait et garde mes commandements, car je te donnerai, à toi et à ta descendance, ce pays comme héritage, de la rivière d’Égypte au grand fleuve Euphrate.

19 — Et tu retourneras à tes pères en paix et bien âgé, et la quatrième génération retournera ici dans ce pays et en héritera pour toujours ; et Abram construisit un autel et invoqua le nom du Seigneur qui lui était apparu et il fit des sacrifices sur l’autel du Seigneur.

20 — En ces jours, Abram retourna vers Haran pour voir son père et sa mère et la maison de son père et Abram et sa femme et tous ceux qui lui appartenaient, retournèrent à Haran et Abram y vécut cinq ans.

21 — Et beaucoup parmi les gens d’Haran, environ soixante-douze hommes, suivirent Abram et il les instruisit dans les voies du Seigneur et il leur enseigna à connaître le Seigneur.

22 — En ces jours, le Seigneur apparut à Abram à Haran et il lui dit : je t’ai parlé il y a vingt ans disant :

23 — Pars de ton pays, du lieu de ta naissance et de la maison de ton père pour le pays que je t’ai montré que je te donnerai à toi et à tes enfants, car c’est dans ce pays que je te bénirai et ferai de toi une grande nation et rendrai ton nom grand et en toi toutes les familles de la Terre seront bénies.

24 — C’est pourquoi, lève-toi maintenant, pars de cet endroit, toi, ta femme et tout ce qui t’appartient ainsi que tous ceux qui sont nés dans ta maison et toutes les âmes que tu as gagnées à Haran et emmène-les avec toi d’ici, lève-toi et retourne au pays de Canaan.
25 — Et Abram se leva, prit sa femme et tous ses biens et tous ceux qui lui étaient nés dans sa maison et les âmes qu’il avait gagnées à Haran et ils partirent vers le pays de Canaan.

26 — Et Abram retourna au pays de Canaan selon la parole du Seigneur. Et Lot, le fils de son frère Haran, partit avec lui et Abram avait soixante-quinze ans quand il partit d’Haran pour retourner au pays de Canaan.

27 — Et il arriva au pays de Canaan selon la parole du Seigneur à Abram ; et il planta sa tente et vécut dans la plaine de Mamré et Lot, le frère d’Haran, était avec lui et tous ses biens.

28 — Et le Seigneur apparu de nouveau à Abram et lui dit : je donnerai ce pays à ta descendance ; et il érigea un autel au Seigneur qui lui était apparu, autel qui est encore à ce jour dans les plaines de Mamré.


CHAPITRE 14

1 — À cette époque, dans le pays de Shinar, il y avait un homme intelligent qui avait de la compréhension en toute sagesse et de belle apparence, mais il était pauvre et indigent ; son nom était Rikayon et il avait des difficultés à subvenir à ses besoins.

2 — Il décida d’aller en Égypte chez Osiris le fils d’Anom roi d’Égypte, afin de lui montrer sa sagesse ; en espérant qu’il trouverait grâce à ses yeux, afin de l’élever et de lui donner des moyens de subsistance ; et c’est ce que Rikayon fit.

3 — Et quand Rikayon arriva en Égypte, il s’enquit auprès des habitants au sujet du roi et ils lui parlèrent de ses habitudes, Il avait l’habitude de sortir de son palais royal pour qu’on le voie une seule fois l’an et après cela, il retournait dans son palais pour y rester .

4 — Et le jour où le roi sortait, il exécutait les jugements dans le pays, et tous ceux qui avaient un procès venaient ce jour devant le roi pour présenter leurs requêtes.

5 — Et quand Rikayon entendit parler de cette habitude en Égypte et qu’il ne pourrait pas venir en présence du roi, il en fut très peiné et très désolé.

6 — Et le soir, Rikayon partit et trouva une maison en ruine, autrefois une boulangerie en Égypte, et il y resta toute la nuit son âme pleine d’amertume et souffrant de la faim et il ne put dormir.

7 — Et Rikayon réfléchit en lui-même ce qu’il devrait faire dans la ville en attendant l’apparition du roi et comment il pourrait subvenir à ses besoins.

8 — Et il se leva le matin et sortit et rencontra sur son chemin ceux qui vendaient des légumes et toutes sortes de grains avec lesquels ils fournissaient les habitants.

9 — Et Rikayon voulut faire de même afin de subvenir à ses besoins dans la ville, mais il ne connaissait pas les us du peuple et il était comme un aveugle au milieu d’eux.

10 — Et il alla se procurer des légumes pour les vendre afin de vivre et la populace s’assembla autour de lui et se moqua, elle lui prit ses légumes et le laissa sans rien.

11 — Et il partit de là rempli d’amertume et alla en gémissant dans la boulangerie où il avait passé la veille et il y dormit une deuxième nuit.

12 — Et cette nuit il réfléchit de nouveau en lui-même comment il pouvait se sauver de la famine et il élabora un plan d’action.

13 — Et il se leva le matin et agit avec ingéniosité. Il alla embaucher trente hommes forts dans la populace, portant des armes de guerre et il les amena en haut du cimetière égyptien et les y posta.

14 — Et il leur commanda, disant : ainsi dit le roi : soyez forts et vaillants et ne permettez que nul ne soit enterré ici s’il n’a pas été payé deux cents pièces d’argent pour qu’il soit enterré ; et ces hommes agirent toute l’année selon l’ordre de Rikayon vis-à-vis des Égyptiens.

15 — Et en huit mois, Rikayon et ses hommes amassèrent de grandes richesses d’argent et d’or et Rikayon acquit un grand nombre de chevaux et d’autres animaux, et il embaucha plus d’hommes et il leur donna des chevaux et ils restèrent avec lui.

16 — Et quand l’année s’acheva au moment où le roi sortait dans la ville, tous les habitants d’Égypte se réunirent pour lui parler de ce qu’avaient fait Rikayon et ses hommes.

17 — Et le roi sortit au jour fixé et tous les Égyptiens vinrent devant lui et crièrent disant :

18 — Que le roi vive toujours, quelle est cette chose que tu fais à tes serviteurs dans la ville, interdire qu’un cadavre soit enterré sans que l’on donne de l’argent et de l’or ? A-t-on jamais vu sur Terre faire une telle chose, dès les jours des Rois d’antan, oui, même dès les jours d’Adam, jusqu’à ce jour, que l’on doive payer pour enTerrer les morts ?

19 — Nous savons qu’il est de coutumier pour les rois de faire payer un impôt annuel aux vivants, mais tu ne te contentes pas de cela, tu fais payer un impôt jour après jour sur les morts.

20 — Maintenant, ô roi, nous ne pouvons plus supporter ceci, car toute la ville en est ruinée et ne le sais-tu pas ?

21 — Et quand le roi eut entendu tout ce qui avait été dit, il en fut très en colère et sa colère brûla en lui, car il n’en avait rien su.

22 — Et le roi dit : qui est celui qui ose faire cette méchante chose dans mon pays sans mon ordre  et où est-il ? Vous allez me le dire certainement.

23 — Et ils lui parlèrent de tout ce que faisaient Rikayon et ses hommes et la colère du roi s’enflamma et il commanda que l’on amène Rikayon et ses hommes devant lui.

24 — Et Rikayon prit environ mille enfants, des garçons et des filles et les revêtit de soie et de broderie et les mit sur des chevaux et les envoya au roi par ses hommes et il prit aussi une grande quantité d’argent et d’or et de pierres précieuses et un fort et magnifique cheval comme présent pour le roi et il se prosterna devant lui. Et le roi, ses serviteurs et tous les habitants de l’Égypte furent étonnés de ce qu’avait fait Rikayon et ils virent les richesses et le présent qu’il avait apporté au roi.

25 — Et cela plut énormément au roi et en fut étonné ; et quand Rijayon se fut assis devant le roi, celui-ci lui posa des questions sur tout ce qu’il avait fait et Rikayon parla intelligemment de toutes ses œuvres devant le roi, ses serviteurs et tous les Égyptiens.

26 — Et quand le roi eut entendu ce que disait Rikayon et vu sa sagesse, celui-ci trouva grâce à ses yeux et il trouva grâce et bonté parmi tous les serviteurs du roi et de tous les Égyptiens à cause de sa sagesse et de ses paroles excellentes et à partir de ce moment, ils l’aimèrent beaucoup.

27 — Et le roi dit à Rikayon : ton nom ne sera plus Rikayon, mais Pharaon sera ton nom, puisque tu as levé un impôt sur les morts et il l’appela du nom de Pharaon.

28 — Et le roi et ses sujets aimèrent Rikayon pour sa sagesse et l’on consulta tous les habitants de l’Égypte pour faire de lui gouverneur sous l’autorité du roi.

29 — Et tous les habitants de l’Égypte et ses hommes sages firent ainsi et ce fut une loi en Égypte.

30 — Et ils firent Rikayon gouverneur Pharaon sous Osiris roi d’Égypte et Rikayon Pharaon gouverna l’Égypte, administrant tous les jours la justice dans toute la ville, mais Osiris le roi jugeait le peuple du pays une fois l’an quand il sortait pour se montrer.

31 — Et Rikayon Pharaon usurpa avec ruse le gouvernement de l’Égypte et il exigea un impôt de tous les habitants de l’Égypte.

32 — Et tous les habitants de l’Égypte aimaient beaucoup Rikayon Pharaon et on décréta que tous les rois qui régneraient sur eux et sur leur postérité en Égypte seraient appelés pharaon.

33 — C’est pourquoi, tous les rois qui ont régnaient sur l’Égypte à partir de ce moment furent appelés pharaon jusqu’à ce jour.


CHAPITRE  15

1 — Cette année il y eut une grande famine dans tout le pays de Canaan et les habitants ne purent y rester à cause de celle-ci, car elle était très pénible.

2 — Abram et tout ce qui lui appartenait se levèrent et descendirent en Égypte à cause de la famine et quand ils arrivèrent à la rivière Mitsraïm ils y restèrent quelque temps pour se reposer de la fatigue de la route.

3 — Abram et Saraï se promenaient le long de la rivière et Abram vit que sa femme Saraï était très belle.

4 — Abram dit à sa femme : puisque Dieu t’a créé de si belle apparence, j’ai peur que les Égyptiens me tuent et t’enlèvent, car la crainte de Dieu n’est pas en ce lieu.

5 — Assurément, tu vas faire ainsi : dis que tu es ma sœur à tous ceux qui te demanderont, afin que tout se passe bien pour moi, et que nous vivions et ne soyons pas mis à mort.

6 — Et Abram commanda la même chose à tous ceux qui l’accompagnaient en Égypte à cause de la famine ; il commanda de même à son neveu Lot et dit : si les Égyptiens te demandent à propos de Saraï, dis qu’elle est la sœur d’Abram.

7 — Cependant, en dépit de tous ces ordres Abram n’avait pas confiance en eux, alors il prit Saraï et la plaça dans un coffre et le cacha au milieu de ses vaisselles, car Abram se faisait beaucoup de soucis pour Saraï à cause de la méchanceté des Égyptiens.

8 — Et Abram et tous ceux qui l’accompagnaient se levèrent, passèrent la rivière Mitsraïm et entrèrent en Égypte. Ils avaient à peine passé les portes de la cité que les gardes les arrêtèrent et leur dirent : donnez un dixième au roi de tout ce que vous avez et vous pourrez entrer dans la ville ; et Abram et ceux qui le suivaient firent ainsi.

9 — Et Abram et ceux qui le suivaient étaient arivés en Égypte en emportant avec eux le coffre où Saraï était cachée et les Égyptiens virent le coffre.

10 — Les officiers du roi s’approchèrent d’Abram et dirent : qu’y a-t-il dans ce coffre que nous n’avons pas inspecté ? Ouvre-le maintenant et donne le dixième au roi de tout ce qu’il contient.

11 — Et Abram dit : je n’ouvrirai pas ce coffre, mais tout ce que vous demanderez pour lui, je vous le donnerai. Et les officiers de Pharaon répondirent à Abram et dirent : c’est un coffre qui contient des pierres précieuses, donne-nous le dixième de ce qu'il contient.

12 — Abram dit : tout ce que vous voulez je vous le donnerai, mais vous ne devez pas ouvrir le coffre.

13 — Et les officiers du roi pressèrent Abram, ils prirent le coffre et l’ouvrirent de force et ils virent et voici une très belle femme était dans le coffre.

14 — Et quand les officiers du roi virent Saraï, ils furent frappés d’admiration par sa beauté et tous les princes et les officiers de Pharaon s’assemblèrent pour voir Saraï, car elle était très belle. Et les officiers du roi coururent lui dirent ce qu’ils avaient vu et ils firent l’éloge de Saraï au roi. Le roi ordonna qu’on la lui amenât et la femme arriva devant le roi.

15 — Et Pharaon vit Saraï et elle lui plut énormément et il fut frappé par sa beauté et se réjouit beaucoup à cause d’elle et fit des présents à ceux qui lui avaient apporté la nouvelle la concernant.

16 — Et la femme fut amenée dans la maison de Pharaon et Abram était affligé à cause de sa femme et il priat le Seigneur de la délivrer des mains de Pharaon.

17 — Et Saraï priat aussi à ce moment et dit : ô Seigneur Dieu tu as dit à mon seigneur Abram de partir de son pays et de la maison de son père au pays de Canaan, et tu lui as promis que tout se passerait bien pour lui s’il suivait tes commandements ; maintenant nous avons fait ce que tu nous as commandé et nous avons quitté notre pays et nos familles et nous sommes allés dans un pays étranger et vers un peuple que nous ne connaissions pas auparavant.

18 — Nous sommes arrivés dans ce pays pour éviter la famine et ce malheur m’est tombée dessus ; c’est pourquoi, ô Seigneur Dieu délivre nous maintenant et sauve nous de la main de l’oppresseur et accorde-moi faveur par ta miséricorde.

19 — Et le Seigneur entendit la voix de Saraï et il envoya un ange pour la délivrer du pouvoir de Pharaon.

20 — Le roi vint s’asseoir devant Saraï et voici un ange du Seigneur se tenait au-dessus d’eux, et il apparut à Saraï et lui dit : Ne crains pas, car le Seigneur a entendu ta prière.

21 — Le roi s’approcha de Saraï et lui dit : qui est cet homme pour toi qui t’a amené ici ? Et elle répondit : c’est mon frère.

22 — Et le roi dit : il est de notre devoir de le faire grand, de l’élever et de lui faire tout le bien que tu nous commanderas ; et à ce moment, le roi envoya à Abram de l’argent et de l’or et des pierres précieuses en abondance et un troupeau, des serviteurs et des servantes ; et le roi ordonna que l’on amène Abram, et il s’assit dans la cour de la maison du roi, et il exalta grandement Abram cette nuit-là.

23 — Le roi s’approcha de Saraï pour lui parler, il tendit la main pour la toucher quand l’ange le fit tomber à Terre en le frappant, il fut effrayé et se retint de la toucher.

24 — Et lorsque le roi s’approchait de Saraï, l’ange le faisait tomber à Terre en le frappant et il fit ainsi toute la nuit et le roi fut terrifié.

25 — Et cette nuit, l’ange frappa violemment tous les serviteurs du roi et toute sa maison à cause de Saraï, et on se lamenta grandement cette nuit parmi les gens de la maison de Pharaon.

26 — Pharaon, voyant le malheur qui lui était tombé dessus dit : certainement c’est à cause de cette femme que cette chose m’est arrivée et il s’éloigna à quelques distances d’elle et lui parla gentiment.

27 — Le roi dit à Saraï ; parle-moi, je te prie, de l’homme avec qui tu es venue ici ; et Saraï dit : cet homme est mon mari et je t’ai dit qu’il était mon frère, car j’avais peur que tu le mettes à mort par méchanceté.

28 — Et le roi se tint loin de Saraï, et les plaies de l’ange du Seigneur qui étaient lui et sa maison cessèrent ; et Pharaon sut qu’il avait été frappé à cause de Saraï, et il en fut extrêmement étonné.

29 — Le matin, le roi appela Abram et lui dit : qu’est-ce que tu m’as fait ? Pourquoi as-tu dit : c’est ma sœur en raison de quoi je l’ai prise pour épouse et cette terrible plaie est tombée sur moi et ma maison.

30 — Alors, maintenant, voici ta femme, prend-la et pars de notre pays que nous ne mourrions pas à cause d’elle. Et Pharaon prit davantage de troupeaux, de serviteurs et de servantes, d’argent et d’or qu’il donna à Abram et il lui rendit Saraï, sa femme.

31 — Et le roi prit une jeune fille qu’il avait eue avec une concubine et il la donna à Saraï comme servante.

32 — Et le roi dit à la jeune fille : il vaut mieux pour toi, ma fille, d’être servante dans la maison de cet homme que maîtresse dans ma maison après avoir vu le malheur s’abattre sur nous à cause de cette femme.

33 — Et Abram se leva, lui et tout ce qui lui appartenait, et partit d’Égypte ; et Pharaon ordonna que quelques hommes l’accompagnent lui et tous ceux qui partaient avec lui.

34 — Et Abram retourna au pays de Canaan, là où il avait érigé l’autel, et avait planté sa tente en premier.

35 — Et Lot, le fils d’Haran, le frère d’Abram, avait énormément de bétail, de troupeaux et de tentes, car le Seigneur avait été bon pour eux, grâce à Abram.

36 — Quand Abram vivait dans le pays, les gardiens de troupeaux de Lot se querellèrent avec ceux d’Abram, car leurs biens étaient trop importants pour qu’ils restent ensemble dans le pays et la Terre ne pouvait les supporter à cause des troupeaux.

37 — Et quand les gardiens d’Abram venaient faire paître leurs troupeaux, ils n’allaient pas dans les champs des gens du pays, mais les gardiens des troupeaux de Lot faisaient autrement, car ils les laissaient paître dans les champs des gens du pays.

38 — Et les gens du pays voyaient cela tous les jours, et ils vinrent voir Abram pour se quereller avec lui à cause des gardiens de Lot.

39 — Et Abram dit à Lot : qu’est-ce que tu me fais, à me rendre odieux aux yeux des habitants du pays que tu ordonnes à tes gardiens de faire paître tes troupeaux dans les champs des autres ? Ne sais-tu pas que je suis un étranger au milieu des enfants de Canaan, pourquoi me fais-tu ceci ?

40 — Et Abram se querellait tous les jours avec Lot à cause de cela, mais Lot ne voulait pas écouter Abram et il continuait à faire de même et les habitants du pays vinrent parler à Abram.

41 — Et Abram dit à Lot : Jusques à quand me seras-tu une pierre d’achoppement pour les habitants du pays ? Je te prie maintenant qu’il n’y ait plus de querelles entre nous, car nous sommes parents.

42 — Mais je te prie de te séparer de moi et de choisir un endroit où tu pourras vivre avec tes troupeaux et tous tes biens, mais garde-toi loin de moi, toi et ta maison.

43 — Et n’aie pas peur de t’éloigner de moi, car si quelqu’un te fais du mal, fais-le-moi savoir et je te vengerai, seulement éloigne-toi de moi.

44 — Et quand Abram eut dit tout ceci à Lot, celui-ci se leva et tourna les yeux vers la plaine du Jourdain.

45 — Il vit que tout cet endroit était bien arrosé et bon pour l’homme et offrant aussi du pâturage pour les troupeaux.

46 — Et Lot quitta Abram pour aller y planter sa tente. Il vécut à Sodome et ils furent séparés l’un de l’autre.

47 — Et Abram vécut dans la plaine de Mamré, il y planta sa tente et y resta de nombreuses années.


CHAPITRE   16

1 — A cette époque Chedorlaomer, roi d’Elam, envoya un message à tous les rois environnants, à Nemrod, roi de Shinar, qui était sous sa dépendance, à Tidal, roi de Goyim et à Arioch, roi d’Elasar avec lequel il avait conclut une alliance, message qui disait : venez à moi pour m’assister afin de pouvoir frapper toutes les villes de Sodome et ses habitants, car ils se sont rebellés contre moi depuis treize ans.

2 — Ces quatre rois montèrent avec toutes leurs armées, environ huit cent mille hommes, et ils vinrent comme ils étaient et tuèrent tous ceux qu’ils trouvaient sur leur route.

3 — Et les cinq rois de Sodome et Gomorrhe, Shinab, roi d’Admah, Shemeber, roi de Zebohim, Bera, roi de Gomorrhe et Bela, roi de Zoar, sortirent pour les rencontrer et ils se retrouvèrent tous ensemble dans la vallée de Siddim.

4 — Et ces neuf rois firent la guerre dans la vallée de Siddim ; et les rois de Sodome et Gomorrhe furent battus par les rois d’Elam.

5 — La vallée de Siddim était pleine de puits de bitume et les rois d’Elam poursuivirent les rois de Sodome et ceux-ci avec leurs troupes s’enfuirent et tombèrent dans les puits de bitume. Et tous ceux qui étaient avec eux allèrent dans les montagnes s’y réfugier. Les cinq rois d’Elam leur coururent après et les poursuivirent jusqu’aux portes de Sodome et ils prirent tous ceux qui étaient à l’intérieur.

6 — Et ils pillèrent toutes les cités de Sodome et Gomorrhe, ils prirent aussi Lot, le fils du frère d’Abram, avec ses biens et saisirent toutes les marchandises des cités de Sodome et s’en allèrent. Unic, le serviteur d’Abram, qui était au combat vit ce qui se passait et rapporta à Abram tout ce qu’avaient fait les rois aux cités de Sodome et qu’ils détenaient Lot captif.

7 — Abram ayant appris cela se leva avec environ trois cent dix-huit hommes qui étaient avec lui et il poursuivit cette nuit les rois et les frappa. Et ils tombèrent tous devant Abram et ses hommes et il ne resta que les quatre rois qui s’enfuirent et partirent chacun de leur côté.

8 — Abram récupéra tous les biens de Sodome ainsi que Lot et ses biens, ses femmes et ses petits enfants et tout ce qui lui appartenait de sorte qu’il ne lui manquait rien.

9 — Et quand il revint du combat avec ces rois, lui et ses hommes passèrent par la vallée de Siddim où les rois s’étaient battus entre eux.

10 — Bera le roi de Sodome et le reste de ses hommes qui étaient avec lui sortirent des puits de bitume dans lesquels ils étaient tombés pour rencontrer Abram et ses hommes.

11 — Et Adonizedek, roi de Jérusalem, le même est Sem, sortit avec ses hommes à la rencontre d’Abram et de ses gens, avec du pain et du vin, et ils restèrent ensemble dans la vallée de Melech.

12 — Et Adonizedek bénit Abram et Abram lui donna la dîme de tout ce qu’il avait pris comme pillage de ses ennemis, car Adonizedek était prêtre devant Dieu.

13 — Et tous les rois de Sodome et Gomorrhe qui étaient là, avec leurs serviteurs, s’approchèrent d’Abram et le supplièrent de leur rendre leurs serviteurs qu’il avait capturés et de garder pour lui tous les biens.

14 — Abram répondit aux rois de Sodome en leur disant : comme le Seigneur vit qui a fait les cieux et la Terre et a rédimé mon âme de toutes les afflictions et m’a délivré ce jour de mes ennemis et les a reis en ma main, je ne prendrai rien qui vous appartient, de peur que vous ne vous vantiez demain en disant : Abram s’est enrichi de nos biens qu’il a sauvés.

15 — Car le Seigneur mon Dieu, en qui j’ai confiance, m’a dit : tu ne manqueras de rien, car je te bénirai dans toutes les œuvres de tes mains.

16 — C’est pourquoi, voici, tout ce qui vous appartient, prenez-les maintenant et partez ; comme le Seigneur vit, je ne vous prendrai ni une âme vivante ni un lacet de chaussure ni un fil, si ce n’est pour les frais de nourriture de ceux qui sont venus avec moi pour faire la guerre ainsi que la part des hommes qui sont venus avec moi, Anar, Ashcol et Mambré, eux et leurs hommes ainsi que ceux qui sont restés pour garder les bagages, ils prendront leur part du pillage.

17 — Et les rois de Sodome donnèrent à Abram tout selon ce qu’il avait dit et insistèrent pour qu’il prenne ce qu’il voulait, mais refusa.

18 — Et il renvoya les rois de Sodome et le reste de leurs hommes et leur donna des ordres concernant Lot et ils allèrent chacun dans leur lieu respectif.

19 — Et Lot, le fils de son frère, il le renvoya aussi avec ses biens et il partit avec eux, et Lot retourna chez lui, à Sodome, et Abram et ses gens retournèrent chez eux dans la plaine de Mambré, qui est Hébron.

20 — À cette époque, le Seigneur reparut à Abram à Hébron et lui dit : ne crains point, ta récompense est très grande devant moi, car je ne te laisserai pas jusqu’à ce que je t’ai multiplié et béni et rendu ta postérité comme les étoiles des cieux que l’on ne peut mesurées ni comptées.

21 — Et je donnerai à ta descendance toutes ces Terres que tu vois de tes yeux, je leur donnerai en héritage pour toujours, seulement sois fort et ne crains pas, marche devant moi et sois parfait.

22 — En la soixante-dix-huitième année de la vie d’Abram, en cette année mourut Réu, le fils de Peleg , et tous les jours de Réu furent de deux cent trente-neuf ans et il mourut.

23 — Et Saraï, la fille d’Haran, la femme d’Abram, était toujours stérile en ces jours ; elle n’avait pas donné de fils ou de fille à Abram.

24 — Et lorsqu’elle vit qu’elle ne portait pas d’enfant, elle prit sa servante Hagar que Pharaon lui avait donnée et elle la donna à Abram son mari comme femme.

25 — Car Hagar avait appris toutes les voies de Saraï comme Saraï les lui avait enseignées, elle n’était en aucune façon négligente à suivre ses bonnes voies.

26 — Et Saraï dit à Abram : voici ma servante Hagar, vas vers elle afin qu’elle accouche sur mes genoux pour que je puisse obtenir des enfants par elle.

27 — Et après dix ans de séjour dans le pays de Canaan, qui est la quatre-vingt-cinquième année de la vie d’Abram, Saraï lui donna Hagar.

28 — Et Abram écouta la voix de sa femme Saraï, il prit sa servante Hagar et il vint vers elle et elle conçut.

29 — Et quand Hagar vit qu’elle avait conçu, elle se réjouit grandement et sa maîtresse était méprisable à ses yeux. Elle se dit en elle-même : ce ne peut être que je suis meilleure devant Dieu que ma maîtresse, car tous les jours que ma maîtresse a été avec mon seigneur, elle n’a pas conçu, mais moi le Seigneur m’a fait concevoir par lui en si peu de temps.

30 — Et quand Saraï vit que Hagar avait conçu par Abram, Saraï fut jalouse de sa servante et Saraï se dit en elle-même : ce n’est surement rien d’autre qu’elle doit être meilleure que je le suis.

31 — Et Saraï dit à Abram : que mon malheur soit sur toi, car quand tu priais devant le Seigneur pour avoir des enfants, pourquoi n’as-tu pas prié pour moi afin que le Seigneur m’accorde une postérité de toi ?

32 — Et quand je parle à Hagar en ta présence, elle méprise mes paroles parce qu’elle a conçu et tu ne dis rien ; que le Seigneur juge entre toi et moi pour ce que tu m’as fait.

33 — Et Abram dit à Saraï : voici ta servante est entre tes mains, fais-lui comme il semble bon à tes yeux, et Saraï affligea Hagar et elle se sauva d’elle dans le désert.

34 — Et un ange du Seigneur la trouva là où elle s’était enfuie, près d’un puits et il lui dit : ne crains point, car je multiplierai ta postérité, car tu enfanteras un fils et tu l’appelleras Ismaël ; maintenant retourne vers Saraï ta maîtresse et humilie-toi sous sa main.

35 — Et Hagar appela l’endroit de ce puits Beer-lahai-roi, c’est entre Kadesh et le désert de Bered.

36 — Et Hagar retourna alors dans la maison de son maître et à la fin des jours, Hagar conçut un fils pour Abram et il l’appela Ismaël ; et Abram avait quatre-vingt-six ans quand il l’engendra.


CHAPITRE 17

1 — À cette époque, dans la quatre-vingt-onzième année de la vie d’Abram, les enfants de Kittim firent la guerre aux enfants de Tubal, car lorsque le Seigneur avait dispersé les fils des hommes à la surface de la Terre, les enfants de Kittim partirent s’installer dans la plaine de Canopie, où ils bâtirent des villes et ils vécurent près du Tibre.

2 — Les enfants de Tubal vivaient en Toscane et leurs frontières allaient jusqu’au Tibre et ils construisirent une cité en Toscane et ils l’appelèrent Sabine d’après le nom de Sabina le fils de Tubal leur père et ils vivaient là jusqu’à ce jour.

3 — Et c’est à cette époque que les enfants de Kittim firent la guerre aux enfants de Tubal, et les enfants de Tubal furent battus par les enfants de Kittim et ceux-ci tuèrent trois cent soixante-dix hommes des enfants de Tubal.

4 — Alors les enfants de Tubal jurèrent aux enfants de Kittim en disant : il n’y aura pas d’intermariages entre nous et personne ne donnera sa fille aux fils de Kittim.

5 — Car toutes les filles de Tubal étaient belles en ces jours, car on ne trouvait alors aucune femme sur la Terre entière aussi belle que les filles de Tubal.

6 — Et tous ceux qui se réjouissaient de la beauté des femmes allaient vers les filles de Tubal et prenaient femme parmi elles, et les fils des hommes, les rois et les princes, qui appréciaient beaucoup la beauté des femmes, prenaient femme en ces jours parmi les filles de Tubal.

7 — Au bout de trois ans après que les enfants de Tubal avaient juré aux enfants de Kittim de ne pas leur donner leurs filles pour femmes, une vingtaine d’hommes des enfants de Kittim allèrent prendre des filles de Tubal, mais ils n’en trouvèrent pas.

8 — Car les enfants de Tubal respectaient leur serment de ne pas se marier avec eux et ne voulaient pas briser leurs vœux.

9 — Et au moment de la moisson, les enfants de Tubal allèrent dans leurs champs pour ramasser la moisson, quand les jeunes gens de Kittim s’assemblèrent pour aller à la cité de Sabine et tous enlevèrent une jeune fille de Tubal et rentrèrent dans leurs cités.

10 — Les enfants de Tubal le surent et partirent leur faire la guerre, mais ils ne purent les vaincre, car les montagnes étaient très hautes pour eux et quand ils virent qu’ils ne pouvaient pas les vaincre, ils retournèrent dans leur pays.

11 — À la fin de l’année, les enfants de Tubal engagèrent environ dix mille hommes dans les cités avoisinantes et partirent faire la guerre aux enfants de Kittim.

12 — Et les enfants de Tubal firent la guerre aux enfants de Kittim afin de détruire leur pays et de les tourmenter et les enfants de Tubal eurent le dessus dans cet engagement contre les enfants de Kittim et ceux-ci voyant qu’ils étaient en grande difficulté, placèrent sur les murailles les enfants qu’ils avaient eus avec les filles de Tubal pour les montrer aux enfants de Tubal.

13 — Et les enfants de Kittim leur dirent : êtes-vous venus faire la guerre à vos propres fils et filles et ne sommes-nous pas considérés comme votre chair et vos os depuis lors jusqu’à maintenant ?

14 — Et quand les enfants de Tubal entendirent ceci, ils cessèrent de faire la guerre contre les enfants de Kittim et se retirèrent.

15 — Ils repartirent dans leurs villes et les enfants de Kittim se réunirent à ce moment pour construire deux cités près de la mer qu’ils appelèrent l’une Purtu et l’autre Ariza.

16 — Abram, le fils de Téra, avait alors quatre-vingt-dix-neuf ans.

17 — À cette époque, le Seigneur lui apparut et lui dit : je ferai mon alliance entre moi et toi et je multiplierai grandement ta postérité et voici l’alliance que je fais entre moi et toi, que chaque enfant mâle soit circoncis, toi et ta postérité après toi.

18 — À huit jours, il sera circoncis et cette alliance sera dans votre chair comme une alliance éternelle.

19 — C’est pourquoi tu ne seras plus appelé maintenant Abram, mais Abraham et ta femme ne sera plus Saraï, mais Sarah.

20 — Car je vous bénirai tous deux et je multiplierai votre postérité après vous de sorte que vous deviendrez une grande nation et des rois sortiront de vous.


CHAPITRE 18

1 — Et Abraham se leva et fit tout ce que Dieu lui avait ordonné, il prit les hommes de sa maison et ceux qu’il avait achetés à prix d’argent et les circoncit comme le Seigneur lui avait commandé.
 
2 — Il n’en resta pas un seul qu’il n’ait pas circoncis. Abraham et son fils Ismaël furent circoncis dans la chair de leur prépuce ; Ismaël avait treize ans quand il fut circoncis dans la chair de son prépuce.

3 — Et à la fin de la journée, Abraham sortit de sa tente et s’assit à la porte pour profiter de la chaleur du soleil pendant qu’il souffrait dans sa chair.

4 — Et le Seigneur lui apparut dans la plaine de Mambré et il lui envoya trois de ses messagers servants pour le voir. Il était assis à la porte de la tente et leva les yeux et vit, et voici, trois hommes arrivaient au loin, il se prosterna devant eux et les amena dans sa maison.

5 — Et il leur dit : si maintenant, j’ai trouvé grâce à vos yeux, entrez et mangez un morceau de pain ; et il les pressa d’entrer et leur donna de l’eau pour qu’ils se lavent les pieds et les plaça sous un arbre à la porte de la tente.

6 — Et Abraham courut prendre un veau, tendre et bon, et se dépêcha de le tuer et le donna à son serviteur Eliezer pour le préparer.

7 — Abraham entra dans la tente pour voir Sarah et lui dit : prépare rapidement trois mesures de farine raffinée et fais-en des gâteaux pour couvrir le pot contenant la viande et elle fit ainsi.

8 — Et Abraham se hâta d’apporter du beurre et du lait, du bœuf et du mouton et les plaça devant eux pour qu’ils les mangent en attendant que la viande du veau soit suffisamment cuite et ils mangèrent.

9 — Quand ils eurent fini de manger, l’un d’eux lui dit : je reviendrai à toi selon le temps de la vie et Sarah, ta femme, aura un fils.

10 — Ensuite les hommes reprirent leur chemin vers là où ils avaient été envoyés.

11 — En ces jours, tous les gens de Sodome et Gomorrhe et ceux des cinq cités étaient extrêmement méchants et pécheurs contre le Seigneur et ils provoquaient le Seigneur avec leurs abominations et ils devenaient de plus en plus abominables et indignes devant le Seigneur et leur méchanceté et leurs crimes étaient grands en ces jours devant le Seigneur.

12 — Ils avaient dans leur pays une très large vallée, environ une demi-journée de marche ; il y avait des sources d’eau et beaucoup de pâtures près de l’eau.

13 — Et tous les gens de Sodome et Gomorrhe venaient là quatre fois l’an, avec leurs femmes et leurs enfants et tous ceux qui leur appartenaient et ils faisaient la fête avec des tambourins et des danses.

14 — Et pendant les réjouissances, ils se levaient et prenaient l’épouse de leur voisin et certains d’entre eux prenaient les vierges de leurs voisins et ils prenaient plaisir avec elles et chacun voyait sa femme et sa fille dans les mains de son voisin et ne disait rien.

15 — Et ils faisaient ainsi du matin au soir, ensuite ils revenaient chez eux, chaque homme dans sa maison et chaque femme dans sa tente ; ils faisaient donc ainsi quatre fois l’an.

16 — Et aussi, quand un étranger arrivait dans leurs cités et apportait des marchandises qu’il avait achetées en vue de les vendre, les gens se rassemblaient, les hommes, les femmes et les enfants, jeunes et vieux ils allaient vers l’homme pour lui prendre de force ses marchandises, en en donnant une petite partie à chacun jusqu’à ce que le propriétaire n’ait plus rien de ce qu’il avait apporté dans le pays.

17 — Et si le propriétaire protestait en disant : quel est ce travail que vous m’avez fait ? Alors ils s’approchaient de lui l’un après l’autre, et chacun lui montrait le peu qu’il avait pris et le narguait en disant : j’ai seulement pris ce peu que tu m’as donné ; et quand il entendait dire cela de tous, il se levait et partait l’âme pleine de tristesse et d’amertume, alors ils se levaient tous et le suivaient et le chassaient de la cité en faisant grand bruit et tumulte.
 
18 — Il y avait un Élamite qui allait lentement sur la route, assis sur son âne, qui portait un beau manteau de plusieurs couleurs et celui-ci était fixé par une corde sur l’âne.

19 — Et lors de son voyage, il passa dans la rue de Sodome quand le soleil se couchait le soir. Il s’arrêta pour y passer la nuit, mais personne ne le laissa entrer chez soi ; à ce moment, il y avait dans Sodome, un homme méchant et perfide, rusé dans le mal et son nom était Hedad.

20 — Il leva les yeux et vit le voyageur dans la rue de la cité, il s’approcha et lui dit : d’où viens-tu et où vas-tu ?

21 — Et l’homme lui dit : je viens d’Hébron et je vais à Elam d’où je suis. Et comme je passai, le soleil s’est couché et personne n’a voulu m’héberger, bien que j’aie du pain et de l’eau et aussi de la paille et de la nourriture pour mon âne et je ne manque de rien.

22 — Hedad lui répondit et dit : Tout ce que tu voudras je te le fournirai, mais tu ne dormiras pas dans la rue toute la nuit.

23 — Hedad l’amena chez lui et il ôta le manteau fixé avec la corde sur l’âne et les amena dans sa maison. Il donna de la paille et de la nourriture à l’âne pendant que le voyageur mangeait et buvait dans sa maison et le voyageur passa la nuit ici.

24 — Et le voyageur se leva tôt le lendemain pour continuer son voyage Hedad lui dit : Attends, réchauffe-toi le cœur en mangeant un morceau de pain et ensuite va et l’homme fit ainsi. Il resta avec lui et ils mangèrent et burent ensemble pendant la journée quand l’homme se leva pour partir.

25 — Et Hedad lui dit : voici que maintenant le jour décline, tu ferais mieux de rester pour la nuit pour que ton cœur soit conforté ; et il insista pour qu’il resta et le deuxième jour il se leva tôt pour partir quand Hedad insista en disant : réchauffe ton cœur avec un morceau de pain et ensuite tu partiras. Et il resta, mangea et but aussi avec lui le deuxième jour, puis l’homme se leva pour continuer son voyage.

26 — Et Hedad lui dit : voici que le jour baisse, reste avec moi pour réchauffer ton cœur et demain tu te lèveras tôt pour continuer ton voyage.

27 — Mais l’homme ne voulut pas rester, il se leva et sella son âne et pendant qu’il sellait son âne, la femme d’Hedad dit à son mari : voici cet homme est resté chez nous pendant deux jours à manger et à boire et il ne nous a rien donné et maintenant va-t-il s’en aller sans rien nous donner ? Hedad lui dit : tais-toi.

28 — L’homme sella son âne pour partir et il demanda à Hedad de lui donner la corde et le manteau pour le fixer sur l’âne.

29 — Hedad lui dit : que dis-tu ? Que mon seigneur me donne la corde et le manteau de plusieurs couleurs que tu as cachés par-devers toi dans ta maison pour en prendre soin.

30 — Hedad répondit à l’homme : voici l’interprétation de ton rêve, la corde que tu as vue signifie que ta vie sera allongée comme une corde et le fait d’avoir vu le manteau avec toutes sortes de couleurs signifie que tu auras un verger où tu planteras des arbres de tous fruits.

31 — Le voyageur répondit disant : non, ce n’est pas ainsi, mon seigneur, car j’étais éveillé quand je t’ai donné la corde et aussi le manteau tissé de différentes couleurs, que tu as ôté de dessus l’âne pour le garder par-devers toi ; et Hedad répondit et dit : assurément je t’ai donné l’interprétation de ton rêve et c’est un vrai rêve et c’en est l’interprétation.

32 — Maintenant, les fils des hommes me donnent quatre pièces d’argent, qui est mon salaire pour que j’interprète les rêves, mais pour toi, je ne te demanderai que trois pièces.

33 — Et l’homme fut choqué par les paroles d’Hedad il pleura amèrement, il amena Hedad à Serak le juge de Sodome.

34 — Et l’homme présenta sa cause devant Serak, le juge, et Hedad répondit disant : ce n’est pas ainsi, mais voici comment l’affaire se présente ; et le juge dit au voyageur : cet homme, Hedad, dit la vérité, car il est connu dans les villes pour l’interprétation exacte des rêves.

35 — A ces mots, l’homme s’écria et dit : ce n’est pas ainsi, mon seigneur, car c’était pendant le jour que je lui ai donné la corde et le manteau qui se trouvaient sur l’âne pour qu’il les dépose chez lui ; et ils se disputèrent devant le juge, l’un disant : c’est ainsi qu’est l’affaire et l’autre disant autrement.

36 — Hedad dit à l’homme : donne-moi quatre pièces d’argent que je demande pour l’interprétation des rêves ; je ne ferai aucune concession ; et défraie-moi des quatre repas que tu as mangés chez moi.

37 — Hedad répliqua devant le juge et dit à l’homme : ne t’ai-je pas donné l’interprétation de ton rêve ? La corde signifie que tes jours seront allongés comme une corde et le manteau que tu auras un verger dans lequel tu planteras toutes sortes d’arbres fruitiers.

38 — Aux paroles d’Hedad, l’homme se récria et ils se querellèrent devant le juge, et le juge ordonna à ses serviteurs qu’on les chasse de la maison.

39 — C’est l’interprétation correcte de ton rêve, maintenant donne-moi les quatre pièces d’argent que je demande comme compensation car je ne te ferai pas de réduction.

40 — Et l’homme s’écria aux paroles d’Hedad et ils se querellaient tous les deux devant le juge et celui-ci donna des ordres à ses serviteurs de les jeter hors de la maison.

41 — Et ils continuèrent à se quereller à propos du juge lorsque les gens de Sodome les entendirent. Ils se réunirent autour d’eux et crièrent près l’étranger et l’expulsèrent promptement de la ville.

42 — Et l'homme continua son voyage sur son âne son âme plein d’amertume, se lamentant et pleurant.

43 — Et pendant qu’il partait il pleura sur ce qui lui était arrivé dans la ville corrompue de Sodome.


CHAPITRE 19

1 — Dans les cités de Sodome, il y avait quatre juges pour les quatre cités. Et voici leur nom : Serak pour la cité de Sodome, Sharkad dans Gomorrhe, Zabnac dans Admah et Menon dans Zeboyim.

2 — Mais Eliezer, le serviteur d’Abraham, leur donnait des noms différents, il convertissait Serak en Shakra, Sharkad en Shakrura, Zebnac en Kezobim et Menon en Matzlodin.

3 — Et par ordre de leurs quatre juges, les gens de Sodome et Gomorrhe avaient placé des lits dans les rues des cités et si un homme arrivait en ces endroits, il s’en saisissait et l’amenait à l’un de leurs lits et le forcer à s’y étendre.

4 — Et une fois couché, trois hommes se tenaient à sa tête et trois à ses pieds et ils le mesuraient par rapport à la longueur du lit. Et si l’homme était plus court que le lit, ces six hommes l’étiraient par les deux bouts et quand il criait ils ne lui répondaient pas.

5 — Et s’il était plus grand que le lit, ils le pressaient des deux côtés du lit jusqu’à ce que l’homme atteigne les portes de la mort.

6 — Et s’il continuait de protester, ils lui répondaient : c’est ainsi que l’on fait à celui qui vient dans notre pays.

7 — Et lorsque les gens entendirent toutes ces choses faites par les gens des cités de Sodome, ils s’abstinrent d’y aller.

8 — Et lorsqu’un pauvre arrivait dans leur pays, ils lui donnaient de l’argent et de l’or et faisaient une proclamation dans toute la cité interdisant de lui donner un morceau de pain à manger et si l’étranger devait rester là quelques jours, et mourait de faim, n’ayant pas pu obtenir un morceau de pain, tous les gens de la cité venaient et reprenaient leur argent et leur or qu’ils lui avaient donnés.

9 — Et ceux qui pouvaient reconnaître l’argent et l’or qu’ils lui avaient donné, ils le récupéraient et quand il était mort, ils le dépouillaient aussi de ses vêtements et ils se les disputaient et celui qui gagnait sur son voisin, les prenait.

10 — Ensuite, ils l’emportaient et l’enterraient sous un buisson dans le désert ; et c’est ainsi qu’ils agissaient tous les jours avec celui qui arrivait chez eux et mourait dans le pays.

11 — Après quelque temps, Sarah envoya Eliezer à Sodome pour voir Lot et s’enquérir de son état.

12 — Eliezer partit à Sodome et il rencontra un Sodomite qui se battait avec un étranger et le Sodomite dépouilla le pauvre homme de tous ses vêtements et s’en alla.

13 — Le pauvre homme appela Eliezer et le supplia de lui accorder son aide après ce que le Sodomite lui avait fait.

14 — Il lui dit : pourquoi agis-tu ainsi envers le pauvre homme qui est venu dans ton pays ?

15 — Et le Sodomite répondit à Eliezer et dit : cet homme est-il ton frère, ou les gens de Sodome t’ont-ils fait juge aujourd’hui pour que tu parles ainsi de cet homme ?

16 — Eliezer se battit avec le Sodomite à cause du pauvre homme et quand Eliezer s’approcha pour récupérer les vêtements du pauvre homme que lui avait pris le Sodomite, celui-ci se précipita et frappa Eliezer au front avec une pierre.

17 — Et le sang coupa à flot du front d’Eliezer et quand l’homme vit le sang il saisit Eliezer en disant : donne-moi mon salaire pour t’avoir débarrassé de ce mauvais sang qui était dans ton front, car telle est la coutume dans notre pays.

18 — Et Eliezer lui dit : tu m’as fait une blessure et tu veux que je te paie ton salaire ; et Eliezer ne voulut pas écouter les paroles du Sodomite.

19 — L’homme se saisit d’Eliezer et l’amena devant Shakra le juge de Sodome pour être jugé.

20 — L’homme parla au juge : je te supplie mon seigneur, voici ce qu’a fait cet homme, car je l’ai frappé avec une pierre afin que le sang sorte de son front, et il ne veut pas me payer mon salaire.

21 — Le juge dit à Eliezer : cet homme te dit la vérité, donne-lui son salaire ; car c’est la coutume dans notre pays. Quand Eliezer eut entendu ce qu’avait dit le juge, il se saisit d’une pierre et en frappa le juge, la pierre l’atteint au front et le sang coula à flots du front du juge et Eliezer lui dit : puisque c’est la coutume dans votre pays, donne donc à cet homme ce que je lui aurais donné, puisque c’était sa décision et c’est ce que tu as décrété.

22 — Et Eliezer quitta l’homme et le juge et s’en alla.

23 — Quand les rois d’Elam avaient fait la guerre aux rois de Sodome, ils avaient capturé tous les biens de Sodome et avaient capturé Lot avec ses biens et quand on l’avait dit à Abraham, il était parti faire la guerre aux rois d’Elam et avait repris de leurs mains tous les biens de Lot ainsi que ceux de Sodome.

24 — À cette époque, la femme de Lot eut une fille qu’il appela Paltith, disant : parce que Dieu l’a délivré lui et toute sa maison des rois d’Elam ; et Paltith, fille de Lot, grandit et un des hommes de Sodome la prit pour femme.

25 —Un pauvre homme arriva dans la cité pour y trouver de la nourriture, il y resta quelques jours et tous les gens de Sodome émirent, comme de coutume, une proclamation de ne pas donner un morceau de pain à manger à cet homme jusqu’à ce qu’il tombe mort à Terre et c’est ce qu’ils firent.

26 — Paltith, la fille de Lot, vit cet homme couché dans la rue, affamé et personne ne voulait rien lui donner pour le maintenir en vie, car il était sur le point de mourir.

27 — Son âme fut remplie de pitié pour cet homme et elle le nourrit de pain secrètement pendant de nombreux jours et l’âme de cet homme fut ravivée.

28 — Car lorsqu’elle allait chercher de l’eau, elle plaçait le pain dans la cruche et quand elle passait là où se trouvait le pauvre homme, elle prenait le pain dans la cruche et le lui donnait à manger ; elle fit ainsi de nombreux jours.
29 — Et les gens de Sodome et Gomorrhe se demandaient comment cet homme pouvait supporter la faim aussi longtemps.

30 — Il se dirent : la seule explication c’est qu’il mange et boit, car personne ne peut supporter la faim pendant si longtemps ou vivre comme vit cet homme, sans même que son allure change ; les trois hommes se cachèrent dans l’endroit où se situait le pauvre homme pour savoir qui lui apportait du pain à manger.

31 — Et Paltith, fille de Lot, sortit ce jour-là pour aller chercher de l’eau. Elle passa près de l’endroit où se trouvait pauvre homme pour tirer de l’eau. Elle sortit le pain du pichet, le donna au pauvre homme qui le mangea.

32 — Et les trois hommes virent ce qu’avait fait Paltith pour le pauvre homme et ils lui dirent : c’est donc toi qui l’as nourri et c’est pour cela qu’il n’était pas affamé, n’a pas changé d’apparence et n’est pas mort comme les autres.

33 — Les trois hommes sortirent de l’endroit où ils s’étaient cachés et se saisirent de Paltith et du pain qui était dans la main du pauvre homme.

34 — Ils prirent Paltith et l’amenèrent devant leurs juges et leur dirent : voici ce qu’elle a fait et c’est elle qui a donné du pain au pauvre homme, c’est pourquoi il n’est pas mort pendant tout ce temps : c’est pourquoi dites-nous maintenant la punition que mérite cette femme pour avoir transgressé notre loi.

35 — Les gens de Sodome et de Gomorrhe se réunirent et allumèrent un feu dans la rue de la cité et ils prirent la femme et la jetèrent dans le feu et elle fut réduite en cendre.

36 — Et dans la cité d’Admah, il y eut une femme à laquelle on fit de même.

37 — Car un voyageur arriva dans la cité d’Admah pour y passer toute la nuit avec l’intention de rentrer chez lui le lendemain. Il s’assit en face de la porte de la maison du père de la jeune femme pour y rester, car le soleil déclinait quand il était arrivé là. La jeune femme l’avait vu près de la porte de la maison.

38 — Il lui demanda à boire de l’eau et elle lui dit : qui es-tu ? Il lui dit : j’étais aujourd’hui sur la route et je suis arrivé ici au coucher du soleil, je vais y passer la nuit et demain je me lèverai tôt et continuerai mon voyage.

39 — Et la jeune femme rentra dans la maison pour chercher du pain et de l’eau pour que l’homme mange et boive.

40 — Mais cette affaire fut connue des gens d’Admah, ils s’assemblèrent et amenèrent la jeune femme devant les juges afin qu’ils la jugent pour cet acte.

41 — Le juge décréta : la peine de mort doit passer sur cette femme parce qu’elle a transgressé notre loi, et ceci est donc la décision qui la concerne.

42 — Les gens de ces cités s’assemblèrent et sortirent la jeune femme ; ils l’enduisirent de miel de la tête au pied, selon le décret du juge et ils la placèrent devant un essaim d’abeilles qui se trouvaient alors dans leurs ruches et les abeilles se précipitèrent sur elles et tout son corps en fût tuméfié.

43 — La jeune femme criait sous les piqûres des abeilles, mais personne n’en tenait compte ou n’avait pitié d’elle et ses cris montaient jusqu’aux cieux.

44 — Tout ceci provoqua le Seigneur et aussi toutes les œuvres des cités de Sodome, car ils avaient en abondance et jouissaient de la paix entre eux et ils ne voulaient quand même pas aider les pauvres et les nécessiteux et en ces jours, leurs méfaits et leurs péchés devinrent grands devant le Seigneur.

45 — C’est pourquoi le Seigneur envoya deux des anges qui étaient venus chez Abraham, afin de détruire Sodome et ses cités.

46 — Et les anges se levèrent de devant la porte de la tente d’Abraham après avoir mangé et bu et atteignirent Sodome au soir. Lot était alors assis à la porte de Sodome et quand il les vit, il se leva pour les accueillir et il se prosterna au sol.

47 — Et il insista beaucoup et les fit entrer chez lui et il leur donna des victuailles pour manger et ils restèrent là toute la nuit.

48 — Les anges dirent à Lot : lève-toi, sors de cet endroit, toi et tous ceux qui t’appartiennent, de peur que tu sois consumé au milieu de l’iniquité de cette cité, car le Seigneur va détruire cet endroit.

49 — Ils prirent Lot, sa femme et ses enfants par la main et tout ce qui lui appartenait et ils les amenèrent hors de la cité.

50 — Ils dirent à Lot : sauve ta vie et il s’enfuit avec les siens.

51 — Puis le Seigneur fit pleuvoir du ciel sur Sodome et Gomorrhe et toutes ces cités du soufre et du feu.

52 — Et il renversa ces cités, toute la plaine et tous les habitants de ces cités et ce qui poussait sur le sol ; mais Ado la femme de Lot regarda en arrière pour voir la destruction des cités, car elle avait compassion de ses filles qui étaient restées à Sodome, car elles n’étaient pas venues avec elle.

53 — Quand elle regarda en arrière elle devint une statue de sel qui se trouve encore à cet endroit aujourd’hui.

54 — Et les bœufs, qui se trouvaient là, léchaient le sel au bout de ses pieds, et le lendemain il exsude de nouveau, et ils le lèchent jusqu’à ce jour.

55 — Lot et deux de ses filles qui étaient restées avec lui coururent se réfugier dans la caverne d’Adullam où ils restèrent quelque temps.

56 — Abraham se leva tôt le lendemain pour voir ce qui avait été fait aux cités de Sodome ; il regarda et vit la fumée monter sur les cités comme la fumée d’une fournaise.

57 — Lot et ses deux filles restèrent dans la caverne, elles firent boire du vin à leur père et elles couchèrent avec lui, car dirent-elles, il n’y avait aucun homme sur Terre pour leur susciter une postérité, car elles pensaient que toute la Terre avait été détruite.

58 — Et elles couchèrent toutes les deux avec leur père, elles conçurent et eurent des fils. Le premier à naître fut appelé Moab, disant : de mon père je l’ai conçu ; il est le père des Moabites à ce jour.

59 — Le plus jeune fut appelé Benami ; il est le père des enfants d’Ammon à ce jour.

60 — Après ces événements, Lot et ses deux filles et leurs enfants partirent de là et vécurent de l’autre côté du Jourdain et les fils de Lot grandirent, ils partirent et prirent femme dans le pays de Canaan et ils engendrèrent des enfants et ils fructifièrent et se multiplièrent.


CHAPITRE 20
 
1 — A cette époque, Abraham partit de la plaine de Mambré pour aller au pays des Phiistins. Il vécut à Gérar ; c’était dans la vingt-cinquième année du séjour d’Abraham au pays de Canaan et la centième année de sa vie qu’il arriva à Gérar au pays des Philistins.

2 — Quand ils arrivèrent dans le pays, il dit à Sarah, sa femme : dis que tu es ma sœur à qui te le demandera, pour éviter le malheur des habitants du pays.

3Et comme Abraham vivait au pays des Philistins, les serviteurs d’Abimelech, roi des Philistins, virent que Sarah était vraiment très belle et ils interrogèrent Abraham la concernant et il leur dit : c’est ma sœur.

4 — Les serviteurs d’Abimelech allèrent le voir et dirent : un homme du pays de Canaan est venu vivre dans le pays et il a une sœur qui est vraiment très belle.

5 — Abimelech écouta les paroles de ses serviteurs qui louangeaient Sarah, et il envoya ses officiers pour la lui ramener.

6 — Sarah arriva chez Abimelech et le roi vit que Sarah était belle et elle lui plut beaucoup.

7 — Il s’approcha d’elle et lui dit : quel est cet homme pour toi avec qui tu es venue dans notre pays ? Sarah répondit : c’est mon frère et nous sommes venus du pays de Canaan pour vivre là où nous pourrons trouver un endroit.

8 — Abimelech dit à Sarah : voici mon pays est devant toi, installe ton frère là où il te plaît et nous aurons à cœur de l’exalter et de l’élever au-dessus de tous dans le pays puisqu’il est ton frère.

9 — Abimelech envoya chercher Abraham qui vint vers lui.

10 — Abimelech dit à Abraham : voici j’ai donné des ordres afin que l’on t’honore comme tu le désires à cause de ta sœur Sarah.

11 — Abraham quitta le roi suivi des présents qu’il lui avait faits.

12 — Le soir, avant que les hommes se couchent pour se reposer, le roi était assis sur son trône et un profond sommeil tomba sur lui, il resta sur son trône et dormit jusqu’au matin.

13 — Et il rêva qu’un ange du Seigneur venait à lui avec une épée à la main et celui-ci se tenait au-dessus d’Abimelech avec l’intention de le tuer avec son épée. Il dit à l’ange : en quoi ai-je péché contre toi que tu viennes me tuer avec ton épée ?

14 — L’ange répondit à Abimelech : voici tu vas mourir à cause de la femme que tu as fait venir hier soir dans ta maison, car c’est une femme mariée, la femme d’Abraham qui est venu chez toi, car elle est sa femme ; et si tu ne la renvoies pas, saches que tu mourras sûrement, toi et tous ceux qui t’appartiennent.

15 — Et cette nuit il y eut une grande clameur dans le pays des Philistins ; les habitants du pays virent la figure d’un homme qui se tenait debout une épée à la main et il frappait les habitants du pays avec l’épée, oui, il continuait à les frapper.

16 — L’ange du Seigneur frappa les Philistins toute la nuit, et il y eut une grande confusion cette nuit et le lendemain matin.

17 — Chaque sein et chaque issue furent fermés, et la main du Seigneur était sur eux à cause de Sarah, la femme d’Abraham, qu’avait pris Abimelech.

18 — Au matin, Abimelech se leva dans la Terreur et la confusion et en grand désarroi. Il envoya et appela ses serviteurs et il leur relata son rêve et les gens eurent grand-peur.

19 — Un homme qui était parmi ses serviteurs répondit au roi, disant : ô, roi souverain, rend cette femme à son mari, c’est son mari, car il est arrivé la même chose au roi d’Égypte quand cet homme est allé là-bas.

20 — Il avait dit concernant sa femme : c’est ma sœur, car ainsi agit-il quand il arrive pour vivre dans le pays dans lequel il est étranger.

21 — Pharaon avait envoyé chercher cette femme pour être son épouse et le Seigneur a fait tomber sur lui de graves fléaux jusqu’à ce qu’il renvoie la femme à son mari.

22 — C’est pourquoi, maintenant ô roi souverain, sache que ce qui est arrivé la nuit passée à tout le pays, car il y a eu une grande consternation et une grande douleur et des lamentations, et nous savons que c’était à cause de la femme que tu as prise.

23 — C’est pourquoi, rends maintenant cette femme à son mari, de peur qu’il nous arrive ce qui est arrivé à Pharaon, roi d’Égypte, et à ses sujets et que nous ne mourrions pas ; Abimelech se hâta d’appeler et de faire appeler Sarah et celle-ci vint devant lui et il fit appeler Abraham et il vint devant lui.

24 — Abimelech leur dit : qu’est-ce que vous avez fait en disant que vous êtes frère et sœur et que j’ai pris cette femme pour épouse ?

25 — Et Abraham répondit : parce que je pensais que je serais tué à cause de ma femme ; et Abimelech prit des troupeaux, des serviteurs et des servantes et mille pièces d’argent et il les donna à Abraham et lui rendit Sarah.

26 — Abimelech dit à Abraham : voici tout le pays est devant toi, installe-toi où tu veux.

27 — Abraham et Sarah, sa femme, sortirent de la présence du roi honorés et respectés et vécurent dans le pays, à Gérar.

28 — Et tous les habitants du pays des Philistins et les serviteurs du roi souffraient toujours à cause de la plaie que l’ange leur avait infligée toute la nuit à cause de Sarah.

29 — Et Abimelech envoya chercher Abraham pour lui dire : prie maintenant le Seigneur ton Dieu pour ton serviteur afin qu’il ôte cette mort de parmi nous.

30 — Abraham pria pour Abimelech et ses sujets et le Seigneur entendit la prière d’Abraham et guérit Abimelech et tous ses sujets.


CHAPITRE 21

1 — Abraham vivait depuis seize mois dans le pays des Philistins à Gérar. Dieu visita Sarah et le Seigneur se souvint d’elle et elle conçut et engendra un fils pour Abraham.

2 — Et Abraham appela le fils qui lui était né Isaac que Sarah avait engendré.

3 — Abraham circoncit son fils Isaac à huit jours, comme Dieu le lui avait commandé de faire à sa postérité après lui ; et Abraham avait cent ans et sa femme quatre-vingt-dix ans quand Isaac leur fut né.

4 — L’enfant grandit et fut sevré et Abraham fit une grande fête le jour où Isaac fut sevré.

5 — Sem, Éber et tous les grands du pays, Abimelech, roi des Philistins, et ses serviteurs et Phicol, capitaine de son armée, vinrent pour boire et manger et se réjouir à la fête qu’Abraham avait faite le jour du sevrage de son fils Isaac.

6 — Téra, le père d’Abraham et Nachor son frère vinrent d’Haran, eux et tous les leurs, car ils se réjouirent grandement en apprenant la naissance d’un fils à Sarah.

7 — Ils vinrent chez Abraham et burent et mangèrent à la fête qu’avait fait Abraham le jour du sevrage d’Isaac.

8 — Et Téra et Nachor se réjouirent avec Abraham et restèrent longtemps avec lui au pays des Philistins.

9 — A cette époque, Serug, le fils de Reu mourut, dans la première année de la naissance d’Isaac, le fils d’Abraham.

10 — Tous les jours de Serug furent de deux cent trente-neuf ans et il mourut.

11 — Et Ismaël, le fils d’Abraham, avait grandi en ces jours ; il avait quatorze ans quand Sarah accoucha d’Isaac, le fils d’Abraham.

12 — Et Dieu était avec Ismaël, le fils d’Abraham, et il vieillit et il apprit à tirer à l’arc et devint archer.

13 — Et quand Isaac avait cinq ans, il était assis à la porte de la tente avec Ismaël.

14 — Ismaël vint s’asseoir en face d’Isaac, il prit l’arc, mit une flèche et le banda avec l’intention de tuer Isaac. 

15 — Sarah vit ce qu’Ismaël voulait faire à son fils Isaac et cela lui fit beaucoup de peine à cause de son fils. Elle alla voir Abraham et lui dit : chasse cette servante et son fils, car son fils n’héritera pas avec le mien, car voici ce qu’il a cherché à lui faire aujourd’hui.

16 — Abraham écouta la voix de Sarah, il se leva tôt le matin, il prit douze miches de pain et une gourde d’eau qu’il donna à Hagar et la renvoya avec son fils. Hagar partit dans le désert avec son fils et ils vécurent dans le désert de Paran avec les habitants du désert. Et Ismaël fut archer et il vécut longtemps dans le désert.

17 — Ensuite, lui et sa mère partirent pour l’Égypte où ils y vécurent. Hagar prit une femme pour son fils en Égypte et son nom était Meribah.

18 — La femme d’Ismaël conçut et donna quatre fils et deux filles, ensuite Ismaël, sa mère et les enfants repartirent dans le désert.

19 — Ils se firent des tentes dans le désert où ils vécurent et continuèrent à voyager et se reposaient mensuellement et annuellement.

20 — Et Dieu donna des troupeaux et des tentes à Ismaël à cause d’Abraham son père et l’homme développa son cheptel.

21 — Et Ismaël vivait dans les déserts et sous des tentes, il voyageait et se reposait longtemps et il ne voyait pas la face de son père.

22 — Quelque temps après, Abraham dit à Sarah, sa femme : je veux aller voir mon fils Ismaël, car je désire le voir, car je ne l’ai pas vu depuis longtemps.

23 — Abraham monta sur un de ses chameaux pour aller voir son fils Ismaël, car il avait entendu qu’il séjournait sous la tente dans le désert avec tous les siens.

24 — Abraham partit dans le désert et il arriva à la tente d’Ismaël vers midi et demanda Ismaël. Il trouva sa femme assise sous la tente avec ses enfants et Ismaël et sa mère n’étaient pas avec eux.

25 — Abraham parla à la femme d’Ismaël disant : où est parti Ismaël ? Elle répondit : il est parti dans les champs pour chasser et Abraham était toujours sur le chameau il ne voulait pas descendre au sol, car il avait promis à sa femme Sarah qu’il n’en descendrait pas.

26 — Abraham dit à la femme d’Ismaël, ma fille donne-moi un peu d’eau que je puisse boire, car je suis las du voyage.

27 — La femme d’Ismaël répondit à Abraham en disant : nous n’avons ni eau ni pain et elle resta assise sous la tente et ne s’occupa pas d’Abraham sans même lui demander qui il était.

28 — Mais elle battait ses enfants sous la tente et elle les maudissait et maudissait aussi son mari Ismaël et faisait des reproches à son encontre. Abraham entendit ce que disait la femme d’Ismaël sur ses enfants et il en fut très fâché et contrarié.

29 — Abraham dit à la femme de sortir de la tente, elle vint se placer face à Abraham, car il était toujours sur le chameau.

30 — Abraham dit à la femme d’Ismaël : quand Ismaël reviendra ici, dis-lui ces mots :

31 — Un vieil homme est venu du pays des Philistins et son apparence et sa figure étaient comme ceci et comme cela et voyant que tu n’étais pas là il m’a parlé et dit : quand Ismaël, ton mari, reviendra dis-lui tel que cet homme a dit : quand tu reviendras à la maison, retire le pieu que tu as placé dans ta tente et remplace-le par un autre.

32 — Et Abraham finit de donner ses instructions à la femme, il fit demi-tour et rentra chez lui à dos de chameau.

33 — Après qu’Ismaël fut rentré de la chasse, lui et sa mère, et qu’il retourna à la tente, sa femme lui dit ces mots :

34 — Un très vieil homme du pays des Philistins est venu pour te voir et voici son apparence et sa figure étaient comme ceci et cela ; je ne lui ai pas demandé qui il était et voyant que tu n’étais pas là, il m’a dit : quand ton mari rentrera dis-lui, ainsi a parlé le vieil homme : retire le pieu que tu as placé dans ta tente et remplace-le par un autre.

35 — Quand Ismaël entendit les paroles de sa femme, il sut que c’était son père et que sa femme ne l’avait pas honoré.

36 — Ismaël comprit les paroles que son père avait dites à sa femme. Il écouta la voix de son père et il chassa cette femme et elle partit.

37 — Ensuite, Ismaël partit pour Canaan où il prit une autre femme et l’amena dans sa tente là où il vivait.

38 — Au bout de trois ans, Abraham dit : je vais retourner voir mon fils Ismaël, car il y a longtemps que je ne l’ai vu.

39 — Il monta sur son chameau et partit dans le désert et arriva à la tente de son fils à midi.

40 — Il demanda après Ismaël et sa femme sortit de la tente et lui dit : il n’est pas ici mon seigneur, car il est parti chasser dans les champs et pour nourrir les chameaux. La femme dit à Abraham : entre dans la tente pour manger un morceau de pain, car ton âme doit être épuisée à cause du voyage.

41 — Abraham lui dit : je ne m’arrêterai pas, car je suis pressé de continuer mon voyage. Mais donne-moi un peu d’eau à boire, car j’ai soif. La femme se hâta de rentrer dans la tente et de lui rapporter de l’eau qu’elle plaça devant lui et elle insista pour qu’il mangeât, il but et mangea et son cœur fut réconforté et il bénit son fils Ismaël.

42 — Il finit son repas, il bénit le Seigneur et dit à la femme d’Ismaël : quand Ismaël reviendra dis-lui ces paroles :

43 — Un très vieil homme est venu du pays des Philistins et a demandé après toi et tu n’étais pas là. Je lui ai porté du pain et de l’eau, il a mangé et bu et son cœur a été réconforté.

44 — Et il m’a dit ces mots : quand Ismaël, ton mari, rentrera, dis-lui : le pieu de ta tente que tu as posé est très bon, ne l’en rejette pas.

45 — Quand Abraham eut fini de donner ses instructions à la femme, il repartit chez lui au pays des Philistins. Quand Ismaël revint à la tente, sa femme sortit pour l’accueillir d’un cœur joyeux.

46 — Elle lui dit : un vieil homme est venu ici du pays des Philistins et son apparence et sa figure sont comme ceci et cela. Il a demandé après toi mais tu n’étais pas là, aussi je lui ai apporté du pain et de l’eau, il a mangé et bu et son cœur en a été réconforté.

47 — Et voici ce qu’il m’a dit : le pieu de ta tente que tu as posé est très bon, ne l’en rejette pas.

48 — Ismaël sut que c’était son père et que sa femme l’avait honoré et le Seigneur bénit Ismaël.


CHAPITRE 22

1 — Puis Ismaël se leva, prit sa femme et ses enfants, son cheptel et tous ses biens et partit pour aller chez son père au pays des Philistins.

2 — Et Abraham relata à son fils Ismaël ce qui s’était passé avec la première femme qu’Ismaël avait prise selon ce qu’elle avait fait.

3 — Ismaël et ses enfants vécurent longtemps avec Abraham dans ce pays et Abraham vécut longtemps dans le pays des Philistins.

4 — Et les jours s’écoulèrent jusqu’à atteindre vingt-six ans et Abraham et ses serviteurs et tous ses biens partirent du pays des Philistins et s’éloignèrent. Ils allèrent près d’Hébron et y restèrent. Les serviteurs d’Abraham creusèrent des puits et Abraham et tous les siens vécurent près de l’eau et les serviteurs d’Abimelech, roi des Philistins apprirent que les serviteurs d’Abraham avaient creusé des puits à la limite du pays.

5 — Et ils vinrent se quereller avec les serviteurs d’Abraham et s’approprièrent le grand puits qu’ils avaient creusé.

6 — Et Abimelech eut vent de cette affaire et avec Phicol le capitaine de son armée et vingt de ses hommes il vint chez Abraham. Abimelech parla à Abraham au sujet de ses serviteurs, mais Abraham réprimanda Abimelech concernant le puits que ses serviteurs s’étaient approprié.

7 — Abimelech dit à Abraham : comme vit le Seigneur qui a créé toute la Terre, je ne savais pas jusqu’à maintenant ce qu’avaient fait mes serviteurs à tes serviteurs.

8 — Et Abraham prit sept brebis et les donna à Abimelech en disant : Prends ceci, je te prie, de mes mains que ce soit un témoignage de moi que j’ai creusé ce puits.

9 — Abimelech prit les sept brebis qu’Abraham lui avait données, car il lui avait aussi donné des troupeaux en abondance et il jura à Abraham concernant le puits, c’est pourquoi il appela ce puits Beersheba, car c’est là qu’ils ont prêté serment tous les deux.

10 — Ils conclurent tous les deux une alliance à Beersheba et Abimelech se leva avec Phicol le capitaine de son armée et tous ses hommes et retournèrent au pays des Philistins. Abraham et tous les siens vécurent à Beersheba et y séjournèrent longtemps.

11 — Abraham planta un grand verger à Beersheba avec quatre entrées aux quatre coins de la Terre. Il y planta une vigne de sorte que si un voyageur arrivait par l’entrée qui était sur sa route, il y séjournait, mangeait, buvait, se réconfortait et repartait.

12 — Car la maison d’Abraham était toujours ouverte aux fils des hommes qui passaient et repassaient, qui venaient journellement y boire et y manger.

13 — Et qui avait faim venait chez Abraham et il lui donnait du pain pour manger et de l’eau pour qu’il se réconforte. Et qui venait chez lui nu, il l’habillait de vêtements de son choix et il lui donnait de l’argent et de l’or et lui faisait connaître le Seigneur qui l’avait créé sur la Terre ; Abraham fit ceci toute sa vie.

14 — Abraham et ses enfants et tous les siens vécurent à Beersheba et il planta sa tente loin d’Hébron.
15 — Et Nachor, son père et tous les leurs vivaient à Haran, car ils n’étaient pas venus avec Abraham au pays de Canaan.

16 — Et Nachor eut des enfants avec Milca, sœur d’Haran et sœur de Sarah, la femme d’Abraham.

17 — Voici les noms de ceux qu’il engendra : Uz, Buz, Kemuel, Kesed, Chazo, Pildash, Tidlaf, et Bethuel, soient huit fils. Ce sont les enfants que Milca donna à Nachor, le frère d’Abraham.

18 — Nachor avait une concubine du nom de Reumah et elle lui donna aussi Zebach, Gachash, Tachash et Macha, soient quatre fils.

19 — Nachor eut douze fils hormis ses filles et ils ont eu aussi des enfants nés à Haran.

20 — Et les enfants de Uz, le premier-né de Nachor, furent Abi, Cheref, Gadin, Melus et Deborah leur sœur.

21 — Les fils de Buz furent Berachel, Naamath, Sheva et Madonu.

22 — Les fils de Kemuel furent Aram et Rechob.

23 — Les fils de Kesed furent Anamlech, Meshai, Benon et Yifi ; et les fils de Chazo furent Pildash, Mechi et Opher.

24 — Les fils de Pildash furent Arud, Chamum, Mered et Moloch.

25 — Les fils de Tidlaf furent Mushan, Cushan et Mutzi.

26 — Les enfants de Bethuel furent Sechzt, Laban et leur sœur Rebecca.

27 — Ce sont les familles des enfants de Nachor qui naquirent à Haran ; et Aram le fils de Kemuel et Rechob son frère partirent d’Haran et ils trouvèrent une vallée située près de l’Euphrate.

28 — Ils y construisirent une cité et l’appelèrent du nom de Pethor le fils d’Aram, il s’agit d’Aram Naherayim à ce jour.

29 — Les enfants de Kesed partirent vivre là où ils purent trouver un endroit. Ils trouvèrent une vallée à l’opposé du pays de Shinar et ils vécurent là.

30 — Ils s’y construisirent une cité qu’ils appelèrent du nom de Kesed, leur père, c’est, à ce jour, le pays des Casdim et les Casdim vécurent dans ce pays où ils prospérèrent et se multiplièrent grandement.

31 — Téra, le père de Nachor et d’Abraham, prit une autre femme dans son vieil âge. Son nom était Pelilah. Elle conçut et lui donna un fils qu’il nomma Zoba.

32 — Téra vécut vingt-cinq ans après avoir engendré Zoba.

33 — Et Téra mourut à ce moment, c’est-à-dire dans la trente-cinquième année d’Isaac, le fils d’Abraham.

34 — Les jours de Téra furent de deux cent cinq ans et fut enterré à Haran.

35 — Zoba, le fils de Téra, vécut trente ans et il engendra Aram, Achlis et Merik.

36 — Aram, fils de Zoba, fils de Téra, avait trois femmes et il engendra douze fils et trois filles ; et le Seigneur donna à Aram, le fils de Zoba, des richesses et des biens, du bétail en abondance, des troupeaux et du cheptel et l’homme prospéra grandement.

37 — Aram, le fils de Zoba et son frère et toute sa maison partirent d’Haran pour aller vivre là où ils pouvaient trouver un endroit, car leur bien était trop grand pour rester à Haran ; car ils ne pouvaient rester à Haran avec leurs frères, les enfants de Nachor.

38 — Et Aram, le frère de Zoba, partit avec ses frères et trouva un endroit au-delà du pays d’Orient et ils vécurent là.

39 — Ils y construisirent aussi une cité qu’ils appelèrent du nom d’Aram, d’après le nom de leur frère aîné ; c’est Aram Zoba à ce jour.

40 — Et Isaac, le fils d’Abraham, grandissait à cette époque, et Abraham, son père, lui enseignait les voies du Seigneur afin de connaître le Seigneur et le Seigneur était avec lui.

41 — Isaac avait trente-sept ans et Ismaël son frère se trouvait dans la tente avec lui.

42 — Ismaël se vanta devant Isaac : j’avais treize ans quand le Seigneur a dit à mon père de nous circoncire et j’ai fait selon ce qu’avait dit le Seigneur à mon père et j’ai donné mon âme au Seigneur et je n’ai pas transgressé le commandement qu’il avait donné à mon père.

43 — Isaac répondit à Ismaël disant : pourquoi te vantes-tu de ça, un petit bout de ta chair que tu as pris de ton corps que le Seigneur t’avait commandé ?

44 — Comme le Seigneur vit, le Dieu de mon père Abraham, si le Seigneur devait dire à mon père : prends maintenant ton fils Isaac et offre-le-moi en offrande devant moi, je n’hésiterai pas, encore mieux j’accepterais avec joie.

45 — Le Seigneur entendit ce qu’avait dit Isaac à Ismaël et cela fut agréable aux yeux du Seigneur et il envisagea de mettre Abraham à l’épreuve en cette matière.

46 — Le jour arriva où les fils de Dieu s’assemblèrent devant le Seigneur et Satan vint aussi avec les fils de Dieu devant le Seigneur.

47 — Le Seigneur dit à Satan : d’où viens-tu ? Satan répondit au Seigneur et dit : je suis allé errer ici et là sur la Terre.

48 — Le Seigneur dit à Satan : qu’as-tu à me dire sur tous les enfants de la Terre ? Satan répondit au Seigneur et dit : j’ai vu tous les enfants de la Terre qui te servent et se souviennent de toi quand ils ont besoin de toi.

49 — Et quand tu leur donnes ce qu’ils te demandent, ils s’assoient tranquillement, t’abandonnent et ne se souviennent plus de toi.

50 — As-tu vu Abraham, le fils de Téra, qui, d’abord, n’avait pas d’enfant et qui te servait et érigeait des autels partout où il allait et où il t’offrait des sacrifices et proclamait continuellement ton nom à tous les enfants de la Terre.

51 — Maintenant que son fils Isaac est né, il t’a abandonné, il a fait une grande fête avec tous les habitants du pays et il a oublié le Seigneur.

52 — Car après tout ce que tu lui as fait il ne t’a fait aucun sacrifice ; ni un holocauste, ni une offrande de propitiation, ni un bœuf, ni un agneau, ni un bouc de tout ce qu’il a tué le jour où son fils a été sevré.

53 — Même depuis la naissance de son fils jusqu’à maintenant, il n’a construit aucun autel devant toi, car il a vu que tu lui avais accordé ce qu’il t’avait demandé et maintenant il t’a oublié.

54 — Le Seigneur dit à Satan : considères-tu ainsi mon serviteur Abraham ? Car il n’en est aucun sur Terre comme lui, parfait et droit devant moi, il craint Dieu et évite le mal ; comme je vis, si je devais lui dire : apporte ton fils Isaac devant moi, il ne me le retiendrait pas, beaucoup plus que si je lui demandais d’apporter un holocauste devant moi de son troupeau ou de son cheptel.

55 — Satan répondit au Seigneur et dit : alors, parle à Abraham maintenant comme tu as dit et tu verras si, ce jour, il ne transgresse pas et rejette tes paroles.


CHAPITRE 23

1 — À cette époque, la parole du Seigneur parvint à Abraham et il lui dit : Abraham. Il répondit : me voici.

2 — Il lui dit : prends maintenant ton fils, ton fils unique que tu aimes, à savoir Isaac, et pars au pays de Morija pour l’offrir en holocauste sur une montagne que je te montrerai, car tu y verras une nuée et la gloire du Seigneur.

3 — Et Abraham se dit en lui-même : comment vais-je séparer mon fils Isaac de Sarah, sa mère, afin de l’amener en holocauste devant le Seigneur ?

4 — Abraham entra dans la tente et s’assit devant Sarah, sa femme, et lui dit ces mots :

5 — Mon fils Isaac est grand et cela fait quelque temps qu’il n’a pas étudié le service de son Dieu, maintenant, demain je l’emmènerai chez Sem et Éber son fils, et là il apprendra les voies du Seigneur, car ils lui enseigneront à connaître le Seigneur et aussi pour savoir que quand il priera continuellement devant le Seigneur, il saura comment servir le Seigneur son Dieu.

6 — Et Sarah répondit : tu as bien parlé, va mon seigneur, et fais comme tu as dit, mais ne t’éloigne pas beaucoup de lui et ne le laisse pas là-bas trop longtemps, car mon âme est liée à la sienne.

7 — Abraham dit à Sarah : ma fille, prions le Seigneur, notre Dieu qu’il nous protège.

8 — Sarah prit son fils Isaac et il resta toute la nuit avec elle. Elle l’embrassa et le serra contre elle et lui donna des instructions jusqu’au matin.

9 — Elle lui dit : ô, mon fils, comment mon âme peut-elle se séparer de toi ? Et elle l’embrassait encore et le serrait contre elle et elle donnait des instructions à Abraham concernant Isaac.

10 — Sarah dit à Abraham : ô, mon seigneur, je te prie de prendre soin de ton fils, veille sur lui, car je n’ai pas d’autres fils ni de filles que lui.

11 — Ô, ne l’oublie pas. S’il a faim, donne-lui du pain et s’il a soif donne-lui de l’eau à boire ; ne le laisse pas marcher et ne le laisse pas s’asseoir au soleil.

12 — Ne le laisse pas partir seul sur la route, ne le contredis pas, mais fais tout ce qui lui plaira selon ce qu’il te demandera.

13 — Et Sarah pleura amèrement toute la nuit à cause d’Isaac et lui donna des instructions jusqu’au matin.

14 — Au matin, Sarah choisit un beau vêtement très fin qu’Abimelech lui avait donné parmi ceux qu’elle avait dans la maison.

15 — Et elle revêtit Isaac son fils, posa un turban sur sa tête et agrafa une pierre précieuse au sommet du turban. Elle lui donna des provisions pour la route et ils partirent. Isaac partit avec son père Abraham et quelques serviteurs les accompagnaient pour les voir partir sur la route.

16 — Sarah partit avec eux et elle les accompagna sur la route pour les voir s’éloigner et ils leur disaient : retourne à la tente.

17 — Et quand Sarah entendit les paroles de son fils Isaac, elle pleura amèrement et Abraham pleura avec elle et son fils pleura avec eux avec de grands sanglots ; et ceux qui les accompagnaient pleuraient aussi beaucoup.

18 — Sarah retenait son fils et le tenait dans ses bras et elle l’embrassait et continuait à pleurer avec lui, et elle disait : qui sait si après ce jour je ne te reverrai jamais ?

19 — Et ils continuaient à pleurer ensemble, Abraham, Sarah et Isaac et tous ceux qui les accompagnaient sur la route pleuraient avec eux. Puis Sarah se sépara de son fils en pleurant très fort et tous ses serviteurs et servantes retournèrent avec elle à la tente.

20 — Abraham partit avec Isaac, son fils, pour l’amener comme holocauste devant le Seigneur comme il le lui avait commandé.

21 — Abraham emmena avec lui deux de ses jeunes hommes, Ismaël, le fils d’Hagar, et Eliezer son serviteur. Ils partirent ensemble et pendant qu’ils marchaient sur la route, les jeunes gens parlaient entre eux :

22 — Ismaël dit à Eliezer : mon père Abraham va maintenant avec Isaac pour l’offrir en holocauste au Seigneur comme il le lui a commandé.

23 — Maintenant quand il reviendra, il me donnera tous ses biens pour hériter après lui, car je suis le fils aîné.

24 — Eliezer répondit à Ismaël en disant : Abraham t’a chassé certainement avec ta mère et a juré que tu n’hériteras de rien de ce qu’il possède et à qui donnera-t-il tout ce qu’il a, avec tous ses trésors, si ce n’est à moi son serviteur, qui a été fidèle dans sa maison, qui l’a servi nuit et jour et qui a fait tout ce qu’il désirait que je fasse ? C’est à moi qu’il léguera à sa mort tout ce qu’il possède.

25 — Et pendant qu’Abraham continuait avec son fils Isaac, Satan lui apparut sous la forme d’un vieil homme humble et d’esprit contrit et lui dit : es-tu fou ou une brute pour que tu ailles faire cette chose aujourd’hui à ton fils unique ?

26 — Car Dieu t’a donné un fils dans ta vieillesse et irais-tu le tuer aujourd’hui alors qu’il n’a commis aucune violence, et ferais-tu périr l’être de ton seul fils sur la Terre ?

27 — Ne sais-tu pas et ne comprends-tu pas que ceci ne vient pas du Seigneur ? Car le Seigneur ne peut faire à l’homme un tel mal sur Terre de lui dire : va tuer ton fils.

28 — En entendant ceci, Abraham sut que c’était les paroles de Satan qui essayait de le détourner de la voie du Seigneur, mais Abraham n’écouta pas la voix de Satan et il le repoussa de sorte qu’il s’en alla.

29 — Et Satan revint pour voir Isaac ; il apparut à Isaac sous la forme d’un jeune homme élégant et beau de figure.

30 — Il s’approcha d’Isaac et lui dit : ne sais-tu pas et ne comprends-tu que ton vieux fou de père t’emmène aujourd’hui à l’abattoir pour rien ?

31 — C’est pourquoi, maintenant, mon fils, ne l’écoute pas et ne reste pas avec lui, car c’est un vieux fou et ne laisse pas ton âme précieuse et ta belle apparence disparaître de la Terre.

32 — Isaac écouta ce qu’il disait et demanda à son père : as-tu entendu, mon père, ce que cet homme a dit ? voici ce qu’il a dit.

33 — Abraham répondit à son fils et lui dit : prends garde à lui et n’écoute pas ses paroles, et oublie-le, car c’est Satan qui essaie de nous détourner aujourd’hui des commandements de Dieu.

34 — Et Abraham repoussa de nouveau Satan et celui-ci partit. Voyant qu’il ne pouvait pas les vaincre, il se cacha d’eux et les dépassa sur la route. Il se transforma en un large ruisseau sur la route et Abraham, Isaac et ses deux jeunes garçons arrivèrent à cet endroit. Ils virent un large et puissant ruisseau comme les eaux puissantes.

35 — Ils entrèrent dans le ruisseau et s’y avancèrent ; les eaux, au début, n’atteignaient que leurs jambes.

36 — En avançant dans le ruisseau l’eau leur monta jusqu’au cou, ils étaient terrifiés à cause de l’eau ; et alors qu’ils s’avançaient dans l’eau, Abraham reconnut cet endroit et sut qu’il n’y avait jamais eu d’eau là avant.

37 — Abraham dit à son fils Isaac : je sais que cet endroit n’a jamais eu de ruisseau ni d’eau ; donc c’est Satan qui fait tout ceci pour nous détourner maintenant des commandements de Dieu.

38 — Et Abraham le réprimanda et lui dit : le Seigneur te réprimande, ô, Satan, éloigne-toi de nous, car nous suivons les commandements de Dieu.

39 — Et Satan fut terrifié à la voix d’Abraham et il les quitta et l’endroit redevint de la Terre sèche comme auparavant.

40 — Et Abraham partit avec Isaac vers l’endroit que Dieu leur avait dit.

41 — Le troisième jour, Abraham leva les yeux et vit au loin l’endroit dont Dieu lui avait parlé.

42 — Une colonne de feu lui apparut qui descendait des cieux jusque sur la Terre et une nuée de gloire se trouvait sur la montagne et la gloire du Seigneur était dans la nuée.

43 — Abraham dit à Isaac : vois-tu sur cette montagne que nous percevons au loin, ce que je vois ?

44 — Isaac répondit à son père et dit : je vois une colonne de feu et une nuée et la gloire du Seigneur est sur la nuée.

45 — Et Abraham sut que son fils était agréé devant le Seigneur comme holocauste.

46 — Abraham demanda à Eliezer et à Ismaël son fils : voyez-vous aussi ce que nous voyons sur la montagne qui est au loin ?

47 — Ils répondirent en disant : nous ne voyons rien de plus que les autres montagnes de la Terre. Abraham sut qu’ils n’étaient pas agréés par le seigneur pour aller avec eux. Abraham leur dit : restez ici avec l’âne pendant que moi et Isaac irons là-bas sur la montagne pour y adorer le Seigneur et ensuite nous reviendrons.

48 — Et Eliezer et Ismaël restèrent là comme Abraham l’avait commandé.

49 — Abraham prit du bois pour l’holocauste et le mit sur Isaac. Il prit le feu et le couteau et partirent pour cet endroit.

50 — En chemin, Isaac dit à son père : je vois le feu et le bois, mais où est l’agneau que l’on doit offrir en holocauste devant le Seigneur ?

51 — Abraham répondit à son fils Isaac : le Seigneur t’a choisi mon fils pour être un holocauste parfait à la place de l’agneau.

52 — Isaac dit à son père : je ferai tout ce que le Seigneur t’a dit avec joie et allégresse au cœur.

53 — Et Abraham redemanda à son fils : existe-t-il dans ton cœur quelques pensées ou avis contraires ? Je te prie, ô, mon fils, de me le dire, ne me cache rien.

54 — Isaac répondit à son père Abraham et lui dit : ô, mon père, comme le Seigneur vit et comme mon âme vit, il n’y a rien dans mon cœur qui me ferait dévier à droite ou à gauche de ce qu’il t’a dit.

55 — De même, ni un muscle ni un membre n’a tremblé à cause de ceci et il n’y a rien dans mon cœur aucune pensée ou mauvais conseil à ce propos.

56 — Mais j’ai le cœur joyeux et plein d’allégresse pour ceci et je dis : bénis soit le Seigneur qui m’a choisi aujourd’hui comme holocauste devant lui.

57 — Abraham se réjouit grandement aux paroles d’Isaac, ils continuèrent et arrivèrent ensemble à l’endroit dont le Seigneur avait parlé.

58 — Abraham s’approcha pour ériger l’autel à cet endroit, et il pleurait, Isaac prit des pierres et du mortier pour finir de construire l’autel.

59 — Abraham prit le bois et l’organisa sur l’autel qu’il avait construit.

60 — Il prit Isaac, son fils, et l’attacha afin de le placer sur le bois qui se trouvait sur l’autel pour le tuer en holocauste devant le Seigneur.

61 — Isaac dit à son père : attache-moi bien et ensuite place-moi sur l’autel de peur que je me tourne et qu’en bougeant je me détache et j’évite le coup du couteau sur ma chair et que j’en profane l’holocauste ; et Abraham fit ainsi.

62 — Isaac dit encore à son père : ô, mon père quand tu m’auras tué et brûlé en holocauste, prends ce qui restera de mes cendres et apporte-les à Sarah, ma mère et dis-lui : Voici la douce odeur d’Isaac ; mais ne le lui dis pas si elle est assise près d’un puits ou sur un lieu élevé de peur qu’elle ne se jette en bas et meurt.

63 — Abraham écouta les paroles d’Isaac, il éleva la voix et pleura quand Isaac eut dit ces paroles. Les larmes d’Abraham coulaient sur Isaac, son fils, et Isaac pleurait amèrement. Il dit à son père : hâte-toi, ô, mon père, et accomplis sur moi la volonté du Seigneur, notre Dieu, comme il te l’a commandé.

64 — Et Abraham et Isaac avaient le cœur réjoui pour ce que le Seigneur leur avait commandé ; mais leurs yeux pleuraient fort alors que leur cœur se réjouissait.

65 — Abraham lia son fils Isaac et le plaça sur le bois de l’autel. Isaac tendit son cou sur l’autel devant son père et Abraham tendit la main pour se saisir du couteau pour tuer son fils en holocauste devant le Seigneur.

66 — À ce moment, les anges de la miséricorde vinrent devant le Seigneur et lui parlèrent d’Isaac en disant :

67 — Ô, seigneur, tu es un roi miséricordieux et compatissant sur tout ce que tu as créé dans les cieux et sur la Terre et tu supportes tout. C’est pourquoi donne rançon et rédemption en lieu de ton serviteur Isaac, et aie pitié et compassion d’Abraham et d’Isaac, son fils, qui obéissent aujourd’hui à tes commandements.

68 — As-tu vu, ô, Seigneur, comment Isaac le fils d’Abraham ton serviteur est lié pour être tué comme un animal ? C’est pourquoi montre ta pitié envers eux aujourd’hui, ô, Seigneur.

69 — À ce moment, le Seigneur apparu à Abraham, il l’appela du haut des cieux : ne pose pas la main sur l’enfant, car je sais maintenant qu’en agissant ainsi tu crains Dieu et que tu n’as pas éloigné ton fils, ton fils unique, de moi.

70 — Abraham leva les yeux et vit un bouc dont les cornes étaient retenues dans un buisson ; c’était le bouc que le Seigneur avait créé sur la Terre le jour où il avait fait la Terre et les cieux.

71 — Car le Seigneur l’avait préparé pour ce jour afin d’être offert en holocauste à la place d’Isaac.

72 — Et ce bouc s’était avancé vers Abraham mais, Satan l’avait retenu et avait coincé ses cornes dans le buisson pour l’empêcher d’avancer vers Abraham afin qu’il tue son fils.

73 — Abraham, voyant que le bouc s’avançait vers lui et que Satan voulait le retenir, s’avança et l’amena devant l’autel. Il détacha son fils Isaac de ses liens et mit le bouc à sa place.

74 — Abraham aspergea l’autel de quelques gouttes, et s’exclama : celui-ci est à la place de mon fils et qu’il soit considéré ce jour comme le sang de mon fils devant le Seigneur.

75 — Et à chaque fois qu’Abraham agit en cette occasion sur l’autel, il s’exclamait : celui-ci remplace mon fils et puisse-t-il être considéré devant le Seigneur comme remplaçant mon fils ; et Abraham finit tout le service à l’autel et celui-ci fut accepté devant le Seigneur et compté comme si cela avait été Isaac ; et ce jour, le Seigneur bénit Abraham et sa postérité.

76 — Satan alla voit Sarah et lui apparut sous la forme d’un vieil homme très humble et modeste et Abraham était toujours occupé par l’holocauste devant le Seigneur.

77 — Et il lui dit : ne sais-tu pas tout ce qu’a fait Abraham avec ton fils unique aujourd’hui ? Car il a pris Isaac et érigé un autel et il l’a tué, il l’a sacrifié sur l’autel, et Isaac criait et pleurait devant son père, mais il ne l’a pas regardé et n’a pas eu non plus de compassion pour lui.

78 — Satan répéta ces paroles et la quitta. Sarah entendit tout ce qu’avait dit Satan et pensait que c’était un vieillard de parmi les hommes qui avaient été avec son fils et il était venu lui dire ces choses.

79 — Sarah se lamenta, pleura et cria à cause de son fils ; elle se laissa tomber au sol et se jeta de la poussière sur la tête et dit : ô, mon fils, Isaac, mon fils, ô, si je fusse morte à ta place en ce jour. Et elle continua à pleurer et dit : j’ai de la peine pour toi, ô, mon fils, mon fils Isaac, ô, si je fusse morte à ta place en ce jour.

80 — Elle continuer de pleurer et dit : j’ai de la peine pour toi après t’avoir élevé et je t’ai éduqué et maintenant ma joie se tourne en chagrin sur toi ; moi qui t’ai espéré, crié et prié Dieu jusqu’à ce que je te porte à quatre-vingt-dix ans. Et maintenant tu as servi en ce jour par le couteau et le feu comme holocauste.

81 — Mais je me console avec toi, mon fils, en ce que c’était la parole du Seigneur, tu as accompli le commandement de ton Dieu, car qui peut transgresser la parole de notre Dieu, dans la main duquel se trouve l’âme de toute créature vivante ?

82 — Tu es juste, ô, Seigneur notre Dieu, car toutes tes œuvres sont bonnes et justes ; car je me réjouis aussi dans ta parole que tu nous as donnée ; alors que mes yeux pleurent amèrement, mon cœur se réjouit.

83 — Et Sarah posa sa tête sur le sein d’une de ses servantes et elle devint comme de la pierre.

84 — Elle se leva ensuite et partit faire des recherches jusqu’à ce qu’elle arrive à Hébron. Elle demandait à tous ceux qu’elle rencontrait sur le chemin, mais personne ne pouvait lui dire ce qui était arrivé à son fils.

85 — Elle arriva avec ses servantes et ses serviteurs à Kiriath Arba qui est Hébron, elle s’enquit sur son fils, elle resta là pendant que ses servantes partent rechercher où se trouvaient Abraham et Isaac. Elles allèrent chez Sem et Eber et ne purent le trouver, elles cherchèrent dans tout le pays et ne le trouvèrent pas.

86 — Voici, Satan vint voir Sarah sous la forme d’un vieillard. Il se tint devant elle et lui dit : je t’ai menti, car Abraham n’a pas tué son fils et celui-ci n’est pas mort ; et quand elle entendit ces paroles, sa joie fut si violente à cause de son fils que son âme sortit de joie ; elle mourut et fut ramenée parmi ses gens.

87 — Quand Abraham eut fini son service, il retourna avec son fils Isaac vers ses jeunes gens, ils se levèrent et partir vers Beersheba pour rentrer chez eux.

88 — Abraham chercha Sarah, et ne la trouva pas. Il s’enquit d’elle et on lui dit : elle est allée jusqu’à Hébron pour vous chercher tous les deux là où vous étiez allés, car voilà ce qu’on lui avait dit.

89 — Abraham et Isaac allèrent la chercher à Hébron, mais ils ne la trouvèrent pas et quand ils découvrirent qu’elle était morte, ils s’écrièrent et pleurèrent amèrement sur elle ; Isaac tomba sur sa mère et pleura, il dit : ô, ma mère, comment m’as-tu laissé et où t’en es-tu allée, ô comment m’as-tu laissé ?

90 — Abraham et Isaac pleurèrent beaucoup ainsi que tous leurs serviteurs à cause de Sarah et ils firent pour elle un grand deuil.


CHAPITRE 24

1 — Sarah vécut cent vingt-sept ans et elle mourut. Abraham se leva de devant son épouse décédée pour lui rechercher un lieu de sépulture. Il alla parler aux enfants de Heth, les habitants du pays et leur dit :

2 — Je suis un étranger qui séjourne avec vous dans votre pays ; donnez-moi une possession comme lieu de sépulture afin que j’enTerre mon épouse décédée de devant moi.

3 — Les enfants de Heth dirent à Abraham, voici le pays est devant toi, choisis le lieu pour enterrée ton épouse, car personne ne t’empêchera de l’enTerrer.

4 — Abraham leur dit : si cela vous plaît, allez parler à Ephron, le fils de Zochar, pour lui demander de me donner la caverne de Machpelah qui est au bout de son champ et je la lui achèterai pour le prix qu’il voudra.

5 — Ephron vivait parmi les enfants de Heth ; ils allèrent et l’appelèrent. Il vint devant Abraham et Ephron dit à Abraham : voici que tout ce que tu demanderas, ton serviteur le fera. Abraham lui dit : non, mais j’achèterai la caverne et le champ que tu possèdes pour sa valeur, afin qu’ils m’appartiennent comme lieu de sépulture pour toujours.

6 — Ephron lui répondit : Voici le champ et la caverne sont devant toi, donne ce que tu veux, et Abraham dit : je te l’achèterai de ta main seulement pour son vrai prix et des mains de ceux qui se tiennent à la porte de ta cité et des mains de ta descendance, et ce pour toujours.

7 — Ephron et tous ses frères entendirent ceci et Abraham pesa quatre cents sicles d’argent et les remit dans les mains d’Ephron et de tous ses frères. Et Abraham rédigea cette transaction, il l’écrivit et quatre témoins la signèrent.

8 — Voici les noms des témoins : Apigal, fils d’Abishna le Hittite, Adichorom, fils d’Ashunah le Hivite, Abdon, fils d’Achiram le Gomerite, Bakdil, le fils d’Abudish le Sidonite.

9 — Abraham prit le registre d’achat et le plaça dans ses trésors et voici les mots qu’Abraham y rédigea :

10 — Que la caverne et le champ qu’Abraham a acheté pour toujours, à Ephron le Hittite et à sa descendance et à ceux qui sortent de la cité et à leur descendance soit un achat fait pour Abraham et sa descendance et pour tous ceux qui sortiront de ses reins, afin de posséder une sépulture pour toujours, et il y plaça un signet et en témoigna avec les témoins.

11 — Et le champ et la caverne qui s’y trouvaient et tout cet endroit furent garantis à Abraham et à sa descendance après lui, par les enfants de Heth, voici ils se trouvent devant Mambré à Hébron ; qui est le pays de Canaan.

12 — Ensuite, Abraham enterra sa femme Sarah et tout cet endroit et tout ce qui l’entourait devint la propriété d’Abraham et de ses descendants pour être un lieu de sépulture.

13 — Abraham enterra Sarah en grande pompe comme l’on fait lors d’enTerrement royaux et elle fut enterrée avec de beaux vêtements fins.

14 — Et derrière son cercueil, il y avait Sem, ses fils Eber et Abimelech avec Anar, Ashcol et Mamré et tous les grands du pays suivaient derrière.

15 — Sarah vécut cent vingt-sept ans et elle mourut. Et Abraham fit un grand deuil et accomplit les rites de deuil pendant sept jours.

16 — Et tous les habitants du pays consolèrent Abraham et Isaac, son fils à cause de Sarah.

17 — Et quand les jours de deuil furent passés, Abraham envoya son fils Isaac chez Sem et Eber pour y apprendre les voies du Seigneur et recevoir ses instructions et Abraham resta là pendant trois ans.

18 — À ce moment, Abraham se leva avec tous ses serviteurs et repartit à Beersheba où ils y restèrent.

19 — Et à la fin de l’année, Abimelech, le roi des Philistins mourut. Il avait cent quatre-vingt-treize ans à sa mort ; Abraham alla au pays des Philistins pour consoler toute sa maison et tous ses serviteurs, puis il retourna chez lui.

20 — Au décès d’Abimelech, les gens de Gerar prirent Benmalech son fils, il avait seulement douze ans, et le firent roi à la place de son père.

21 — Et ils l’appelèrent Abimelech d’après le nom de son père, car c’était la coutume de faire ainsi à Gerar et Abimelech régna à la place d’Abimelech, son père et il s’assit sur son trône.

22 — Lot, le fils d’Haran, mourut aussi en ces jours, dans la trente-neuvième année d’Isaac et tous les jours de Lot furent de cent quarante ans et il mourut.

23 — Voici les enfants de Lot qui naquirent de ses filles : le nom du premier était Moab, et le second Benami.

24 — Les deux fils de Lot partirent et prirent des femmes dans le pays de Canaan. Ils eurent des enfants, et les enfants de Moab furent : Ed, Mayon, Tarsus et Kanvil, quatre fils, ce sont les pères des enfants de Moab à ce jour.

25 — Et toutes les familles des enfants de Lot partirent là où ils trouvèrent de la place, car ils étaient féconds et se multipliaient beaucoup.

26 — Ils partirent construire des cités dans le pays où ils vivaient et nommèrent celles-ci de leurs propres noms.

27 — En ces jours, Nachor, le fils de Taré, frère d’Abraham, mourut dans la quarantième année de la vie d’Isaac et tous les jours de Nachor furent de cent soixante-dix ans et il mourut et fut enterré à Haran.

28 — À la nouvelle du décès de son frère, Abraham fut extrêmement triste et il porta le deuil de son frère pendant de nombreux jours.

29 — Et Abraham appela son serviteur en chef, Eliezer, pour lui donner des ordres concernant sa maison, il vint et se tint devant lui.

30 — Abraham lui dit : voici, je suis âgé, je ne connais pas le jour de ma mort ; car je suis avancé en âge ; c’est pourquoi, lève-toi maintenant, va et ne prends pas de femme pour mon fils dans ce lieu et dans ce pays, parmi les filles des Canaanites chez qui nous vivons.

31 — Mais pars dans mon pays et mon lieu de naissance et prends là-bas une femme pour mon fils. Le Seigneur Dieu des cieux et de la Terre qui m’a enlevé de la maison de mon père et m’a fait venir ici m’a dit : je donnerai ce pays comme héritage à perpétuité à ta postérité. Il enverra son ange devant toi et protégera ta route, afin que tu puisses obtenir une épouse pour mon fils de ma famille et de la maison de mon père.

32 — Le serviteur répondit à son maître Abraham et dit : voici, je vais à ton lieu de naissance et dans la maison de ton père pour y prendre une femme pour ton fils. Mais si la femme ne veut pas me suivre jusqu’ici, devrais-je ramener ton fils au lieu de ta naissance ?

33 — Abraham lui dit : prends garde de ne pas ramener mon fils ici, car le Seigneur devant lequel j’ai marché enverra son ange devant toi et te fera réussir dans ton entreprise.

34 — Eliezer fit comme Abraham lui avait ordonné. Eliezer en fit serment devant Abraham. Il se leva, prit dix chameaux de son maître et dix hommes des serviteurs de son maître avec lui, ils se levèrent et partirent pour Haran, la cité d’Abraham et de Nachor afin de chercher une femme pour Isaac, le fils d’Abraham. Et pendant qu’ils étaient partis, Abraham envoya chercher Isaac chez Sem et Eber pour le ramener.

35 — Isaac rentra chez son père à Beersheba pendant qu’Eliezer et ses hommes allèrent à Haran. Ils s’arrêtèrent dans la cité près du point d’eau, firent s'agenouiller les chameaux près de l’eau et y restèrent.

36 — Eliezer, le serviteur d’Abraham, pria et dit : ô, Dieu d’Abraham mon maître ; fais-moi, je te prie, rencontrer aujourd'hui ce que je désire, et use de bonté envers mon seigneur Abraham afin que tu désignes aujourd’hui une épouse de sa famille pour le fils de mon maître.

37 — Le Seigneur écouta favorablement la voix d’Eliezer le serviteur d’Abraham et il rencontra la fille de Bethuel, le fils de Milca, la femme de Nachor, frère d’Abraham, et Eliezer arriva à sa maison.

38 — Eliezer leur fit part de tous ses soucis et qu’il était le serviteur d’Abraham et ils se réjouirent grandement ensemble.

39 — Ils bénirent tous le Seigneur qui avait suscité cet évènement. Ils lui donnèrent Rebecca, la fille de Bethuel, comme femme pour Isaac.

40 — La jeune fille était très belle d’apparence, elle était vierge, et Rebecca avait dix ans à cette époque.

41 — Bethuel et Laban et ses enfants firent une fête cette nuit-là et Eliezer et ses hommes vinrent manger, boire et se réjouir cette nuit.

42 — Eliezer se leva le lendemain lui et les hommes qui étaient avec lui et il s’adressa à toute la famille de Bethel en disant : permettez-moi de partir pour que j’aille chez mon maître ; ils se levèrent et firent partir Rébecca et sa nourrice Deborah, la fille de Uz et ils lui donnèrent de l’argent et de l’or, des serviteurs et des servantes et ils les bénirent.

43 —Et ils renvoyèrent Eliezer et ses hommes. Les serviteurs emmenèrent Rébecca. Et il partit pour revenir chez son maître au pays de Canaan.

44 — Isaac prit Rébecca, elle devint sa femme et il l’emmena dans la tente.

45 — Isaac avait quarante ans quand il prit Rébecca, la fille de son oncle Bethuel, pour femme.


CHAPITRE 25

1 — À cette époque, Abraham prit une femme dans sa vieillesse. Son nom était Kéturah du pays de Canaan.

2 — Elle lui donna Zimran, Jokshan, Medan, Midian, Ishbak et Shuach, six fils. Les enfants de Zimran furent Abihen, Molich et Narim.

3 — Les fils de Jokshan furent Sheba et Dedan et les fils de Medan furent Amida, Joab, Gochi, Elisha et Nothach ; et les fils de Midian furent Ephah, Epher, Chanoch, Abida et Eldaah.

4 — Les fils de Ishbak furent Makiro, Beyodua et Tator.

5 — Les fils de Shuach furent Bildad, Namdad, Munan et Meban ; voici toutes les familles des enfants de Kéturah la Canaanite qu’elle eut d’Abraham l’Hébreu.

6 — Abraham les envoya tous au loin. Il leur fit des cadeaux et ils s’éloignèrent de son fils Isaac pour aller vivre là où ils pourraient trouver un endroit.

7 — Ils partirent tous vers les montagnes de l’Est et ils y bâtirent six villes où ils continuent de vivre à ce jour.

8 — Mais les enfants de Sheba et de Dodan, les enfants de Jokshan avec leurs enfants, ne vécurent pas avec leurs frères dans leurs villes ; ils partirent camper dans les campagnes et les déserts jusqu’à ce jour.

9 — Les enfants de Midian, les fils d’Abraham, allèrent à l’Orient du pays de Cush, et ils y trouvèrent une grande vallée dans le pays de l’Orient, ils y séjournèrent et bâtirent une cité pour y vivre, c’est le pays de Midian jusqu’à ce jour.

10 — Et Midian vécut dans la cité qu’il avait bâtie, lui et ses cinq fils et tous ses biens.

11 — Voici les noms des fils de Midian, selon leurs noms dans leurs cités : Ephah, Epher, Chanoch, Abida et Eldaah.

12 — Les fils d’Ephah furent : Methach, Meshar, Avi et Tzanua ; les fils de Epher furent : Ephron, Zur, Alirum et Medin ; les fils de Chanoch furent Réuel, Rekem, Aszi, Alyoshub et Alad.

13 — Les fils d’Abida furent : Chur, Melud, Kerury, Molchi ; les fils d’Eldaah furent : Miker, Reba, Malchiyah et Gabol ; voici les noms des Midianites selon leurs familles ; ensuite les familles de Midian se dispersèrent dans le pays de Midian.

14 — Voici les générations d’Ismaël, le fils d’Abraham, dont Hagar, la servante de Sarah donna à Abraham.

15 — Ismaël prit une femme dans le pays d’Égypte, son nom était Ribah ou Meribah, c’est idem.

16 — Ribah donna à Ismaël Nebayoth, Kedar, Abdeel, Mibsam et leur sœur Bosmath.

17 — Ismaël renvoya sa femme Ribah, elle retourna en Égypte dans la maison de son père où elle y vécut, car elle s’était mal conduite envers Ismaël et son père Abraham.

18 — Ensuite Ismaël prit une femme dans le pays de Canaan ; son nom était Malchuth, elle lui donna Nishma, Dumah, Masa, Chadad, Tema, Yetur, Napish et Kedma.

19 — Voici les fils d’Ismaël et ce sont leurs noms, douze princes selon leur nation ; les familles d’Ismaël se dispersèrent ensuite, et Ismaël prit ses enfants et tous ses biens qu’il avait acquis, accompagnés de toutes les âmes de sa maison et tout ce qui lui appartenait et partirent vivre là où ils pourraient trouver une place.

20 — Ils partirent vivre près du désert de Paran et leur résidence partait de Havilah jusqu’à Shur, qui est située avant l’Égypte quand on va vers l’Assyrie.

21 — Ismaël et ses fils vécurent dans le pays, ils eurent des enfants, et ils furent féconds et se multiplièrent.

22 — Voici les noms des fils de Nebayoth le premier-né d’Ismaël : Mend, Send, Mayon ; les fils de Kedar furent Alyon, Kezem, Chawmad et Eli.

23 — Les fils d’Abdeel furent : Chamad et Jabin ; les fils de Mibsam furent : Obadia, Ebedmelech et Yeush ; ce sont les familles des enfants de Ribah la femme d’Ismaël.

24 — Les fils de Mishama le fils d’Ismaël furent : Shamua, Zecaryon et Obed ; les fils de Dumah furent : Kezed, Eli, Machmad et Amed.

25 — Les fils de Masa furent : Melon, Mula et Ebinadon ; les fils de Chalad furent Azur, Minzar, et Ebedmelech ; les fils de Tema furent Seir, Sadon et Yakol.

26 — Les fils de Yetur furent : Merith, Yaish, Alyo, et Pachoth ; les fils de Napish furent Ebed-Tamed, Abiyasaph et Mir ; les fils de Kedma furent Calip, Tachti, et Omir ; ce sont les enfants de Malchuth la femme d’Ismaël selon leurs familles.

27 — Tous ceux-ci sont les familles d’Ismaël selon leurs générations, et ils vécurent dans ces régions où ils s’étaient bâtis des cités jusqu’à ce jour.

28 — Rébecca la fille de Bethuel, la femme d’Isaac le fils d’Abraham, était stérile à cette époque, elle n’avait pas d’enfant. Isaac vivait avec son père en Canaan ; le Seigneur était avec Isaac ; Arpachshad le fils de Sem, le fils de Noé mourut en ces jours dans la quarante-huitième année d’Isaac, et tous les jours d’Arpachshad furent de quatre cent trente-huit ans et il mourut.


CHAPITRE 26

1 — Dans la cinquante-neuvième année de la vie d’Isaac, le fils d’Abraham, Rébecca, sa femme était toujours stérile en ces jours.

2 — Rébecca dit à Isaac : j’ai entendu en vérité, mon seigneur, que ta mère Sarah était stérile dans ces jours jusqu’à ce que mon Seigneur Abraham, ton père, pria pour elle et qu’elle conçut de lui.

3 — C’est pourquoi, lève-toi, maintenant, prie aussi Dieu et il écoutera ta prière et se souviendra de nous par sa miséricorde.

4 — Isaac répondit à sa femme Rébecca : Abraham a déjà prié Dieu pour moi qu’il multiplie sa postérité, c’est pourquoi, cette stérilité doit donc venir de toi.

5 — Rébecca lui dit : mais lève-toi maintenant et prie aussi, afin que le Seigneur puisse entende ta prière et me donne des enfants et Isaac écouta la voix de sa femme. Isaac et sa femme allèrent au pays de Morija pour y prier et y chercher le Seigneur. Quand ils furent arrivés, Isaac se tint debout et pria le Seigneur pour sa femme, car elle était stérile.

6 — Isaac dit : ô, seigneur Dieu des cieux et de la Terre, dont la bonté et la miséricorde remplissent la Terre, toi qui a emmené mon père de la maison de son père et de son lieu de naissance, et que tu lui as dit : je donnerai ce pays à ta postérité et que tu lui as promis et déclaré : je multiplierai ta descendance comme les étoiles des cieux et comme le sable de la mer, puisse maintenant que les mots que tu as prononcés à mon père se vérifient

7 — Car tu es le Seigneur notre Dieu, nos yeux sont tournés vers toi pour nous donner la semence des hommes, comme tu nous as promis, car tu es le Seigneur notre Dieu et nos yeux sont tournés vers toi seulement.

8 — Le Seigneur écouta la prière d’Isaac, le fils d’Abraham et le Seigneur l’exauça et Rébecca sa femme conçut.

9 — Environ sept mois après, les enfants luttaient ensemble en elle et elle souffrait beaucoup et était fatiguée à cause d’eux. Elle dit à toutes les femmes qui étaient alors dans le pays : vous est-il arrivé comme cela me fait ? Elles lui répondirent : non.

10 — Elle leur dit : pourquoi suis-je la seule à souffrir ainsi parmi toutes les femmes sur la Terre ? Pour cela, elle partit au pays de Morija pour chercher le Seigneur ; elle alla voir Sem et Eber son fils pour s’informer de cette question afin qu’ils interrogent le Seigneur sur cette affaire la concernant.

11 — Elle demanda aussi à Abraham d’interroger le Seigneur sur tout ce qui lui arrivait.

12 — Ils interrogèrent tous le Seigneur à ce propos et ils lui rapportèrent la parole du Seigneur et lui dirent : deux enfants sont dans ton sein ; deux nations en sortiront, et une nation sera plus forte que l’autre et la plus grande servira la plus jeune.

13 — Quand ses jours pour être délivrée furent terminés, elle s’accroupit et voici, il y avait deux jumeaux dans son sein comme le Seigneur le lui avait dit.

14 — Le premier sortit, il était tout roux et comme recouvert d’un vêtement de poil et tous les gens du pays l’appelèrent Ésaü, disant : celui-ci a été fait complètement dès le sein de sa mère.

15 — Ensuite sortit son frère et il tenait la cheville d’Ésaü, c’est pourquoi on lui donna le nom de Jacob.

16 — Isaac, le fils d’Abraham, avait soixante ans quand il les engendra.

17 — Les garçons grandirent jusqu’à quinze ans et ils entrèrent dans la société des hommes. Ésaü était sournois et malhonnête et un grand chasseur dans la campagne. Jacob était parfait et sage et vivait sous les tentes, faisant paître des troupeaux et apprenant les instructions du Seigneur et les commandements de son père et de sa mère.

18 — Isaac et les enfants de sa maison vivaient avec son père Abraham dans le pays de Canaan comme le leur avait commandé Dieu.

19 — Ismaël, le fils d’Abraham partit avec ses enfants et tous ses biens et ils retournèrent vers le pays de Havilah où ils y résidèrent.

20 — Et tous les enfants des concubines d’Abraham partirent vivre dans le pays à l’Orient, car Abraham les avait séparés de son fils, il leur avait donné des présents et ils étaient partis.

21 — Abraham donna tous ses biens à son fils Isaac et il lui donna aussi tous ses trésors.

22 — Il le commanda en lui disant : Tu sais et tu comprends que le Seigneur est le Dieu dans les cieux et sur la Terre et qu’il n’y en a point d’autres ?

23 — C’est lui qui m’a fait sortir de la maison de mon père et du lieu de ma naissance et m’a donné tous les délices de la Terre ; qui m’a délivré du conseil des méchants, car j’ai foi en lui.

24 — Et il m’a amené ici et m’a délivré d’Ur Casdim et il m’a dit : je donnerai toutes ces Terres à ta postérité et elle en héritera quand elle gardera mes commandements, mes statuts et les jugements que je t’ai donnés et que je leur donnerai.

25 — C’est pourquoi, mon fils, écoute maintenant ma voix et garde les commandements du Seigneur ton Dieu que je t’ai donnés, ne te détourne pas du droit chemin, que ce soit à droite ou à gauche afin que tout aille bien pour toi et tes enfants après toi pour toujours.

26 — Souviens-toi des œuvres merveilleuses du Seigneur, et de la bonté qu’il a montrée envers nous en nous délivrant des mains de nos ennemis, et le Seigneur Dieu les a fait tomber entre nos mains ; c’est pourquoi, garde, maintenant, les commandements que je t’ai donnés et ne te détourne pas des commandements de ton Dieu et n’en sert aucun autre à part lui, afin que tout aille bien pour toi et ta descendance après toi.

27 — Enseigne à tes enfants et à ta postérité les instructions du Seigneur et ses commandements, enseigne-leur à la voie droite dans laquelle ils doivent aller afin que tout aille bien pour eux pour toujours.

28 — Isaac répondit à son père et lui dit : je ferai ce que le Seigneur a commandé et je ne me détournerai pas des commandements du Seigneur mon Dieu ; je garderai tout ce qu’il m’a commandé ; et Abraham bénit son fils Isaac, et aussi ses enfants. Abraham enseigna à Jacob les instructions et les voies du Seigneur.

29 — Et ce fut à cette époque qu’Abraham mourut, dans la quinzième année de la vie de Jacob et d’Ésaü, les fils d’Isaac, et tous les jours d’Abraham furent de cent soixante-quinze ans et il mourut. Il fut réuni à son peuple à un âge respectable, âgé et satisfait de jours et Isaac et Ismaël, ses fils, l’enterrèrent.

30 — Quand les habitants de Canaan apprirent qu’Abraham était mort, ils arrivèrent tous avec leurs rois et leurs princes et tous les gens pour enterrer Abraham.

31 — Et tous les habitants du pays de Haran, les familles de la maison d’Abraham, les princes et les grands et les fils d’Abraham par ses concubines, tous vinrent lorsqu’ils apprirent le décès d’Abraham et ils reconnurent la bonté d’Abraham et consolèrent Isaac son fils. Ils enterrèrent Abraham dans la caverne qu’il avait achetée à Ephron le Hittite et à ses enfants pour en faire un lieu de sépulture.

32 — Et tous les habitants de Canaan et tous ceux qui avaient connu Abraham pleurèrent sur lui une année entière et hommes et femmes pleurèrent sur lui.

33 — Tous les petits enfants et tous les habitants du pays pleurèrent sur Abraham, car il avait été bon pour eux tous et parce qu’il avait été juste envers Dieu et envers les hommes.

34 — Il n’y eut personne qui ait craint Dieu plus qu’Abraham, car il a craint Dieu dès sa jeunesse et a servi le Seigneur et suivi ses voies sa vie durant, de son enfance au jour de sa mort.

35 — Le Seigneur avait été avec lui et l’avait délivré du jugement de Nemrod et de son peuple et quand il avait fait la guerre aux quatre rois d’Elam, il les avait vaincus.

36 — Il avait incité tous les enfants de la Terre à servir Dieu et leur avait enseigné les voies du Seigneur et les avait amenés à connaître le Seigneur.

37 — Il avait préparé un bosquet où il avait planté de la vigne et il y avait toujours prêt à boire et à manger sous sa tente pour les passants dans le pays afin qu’ils se reposassent dans sa maison.

38 — Et le Seigneur Dieu avait délivré toute la Terre grâce à Abraham.

39 — Après la mort d’Abraham, Dieu bénit son fils, Isaac, et ses enfants et le Seigneur était avec Isaac comme il l’avait été avec son père Abraham, car Isaac garda tous les commandements du Seigneur comme Abraham son père le lui avait commandé. Il ne se détourna ni à droite ni à gauche du droit chemin comme son père le lui avait commandé.


CHAPITRE 27

1 — À cette époque, après la mort d’Abraham, Ésaü allait souvent dans la campagne pour y chasser.

2 — Nemrod, roi de Babel, aussi appelé Amraphel, allait aussi souvent dans la campagne pour y chasser avec ses hommes puissants et pour s’y promener avec eux à la fraîcheur du soir.

3 — Nemrod surveillait Ésaü tous les jours, car la jalousie s’était insinuée dans le cœur de Nemrod contre Ésaü.

4 — Et un jour Ésaü partit dans les champs pour chasser et il trouva Nemrod qui marchait dans le désert avec ses hommes.

5 — Tous ses hommes puissants et ses gens étaient avec lui dans le désert, mais ils avançaient loin de lui, et ils venaient vers lui de différentes directions pour chasser. Ésaü se cacha de Nemrod et il le surveilla dans le désert.

6 — Nemrod et ses hommes qui l’accompagnaient ne savaient pas qu’il était là. Nemrod et ses hommes se promenaient fréquemment dans la campagne à la fraîcheur du soir et pour savoir où ses hommes chassaient.

7 — Nemrod et deux de ses hommes qui l’accompagnaient arrivèrent là où ils étaient quand Ésaü surgit de sa cachette, tira son épée, se précipita sur Nemrod et lui trancha la tête.

8 — Lorsque les deux hommes qui étaient avec Nemrod crièrent vers lui, Ésaü se retourna rapidement et les frappa à mort avec son épée.

9 — Les puissants hommes de Nemrod qui l’avaient laissé dans le désert entendirent les cris au loin, reconnurent les voix de ces deux hommes. Ils coururent pour en connaître la cause ;ils trouvèrent leur roi et les deux hommes qui étaient avec lui étendus morts dans le désert.

10 — Quand Ésaü vit les hommes puissants arriver au loin, il s’enfuit et s’échappa ; Ésaü prit les vêtements de prix de Nemrod que son père lui avait offerts et avec lesquels Nemrod triomphait dans tout le pays, il courut et les cacha dans sa maison.

11 — Ésaü prit ses vêtements et courut dans la cité à cause des hommes de Nemrod. Il arriva à la maison de son père épuisé par le combat et prêt à rendre l’âme par la douleur quand il s’approcha de son frère Jacob et s’assit devant lui.

12 — Il dit à son frère Jacob : voici, je vais mourir aujourd’hui et à quoi me servirait mon droit d’aînesse ? Dans cette affaire avec Ésaü, Jacob agit avec sagesse. Ésaü lui vendit son droit d’aînesse, car cela avait été provoqué par le Seigneur.

13 — Ésaü vendit aussi sa part de la caverne située dans le champ de Machpelah, qu’Abraham avait acheté des enfants de Heth pour être un lieu de sépulture et Jacob acheta le tout de son frère pour un prix défini.

14 — Jacob nota tout ceci dans un registre et il le signa avec des témoins et le scella. Et le registre resta entre les mains de Jacob.


15 — Quand Nemrod, le fils de Cush, mourut, ses hommes l’enlevèrent et le portèrent consternés. Ils l’enterrèrent dans sa cité et tous les jours de Nemrod furent de deux cent quinze ans et il mourut.

16 — Les jours où Nemrod régna sur le peuple du pays furent de cent quatre-vingt-cinq ans ; Nemrod mourut sous l’épée d’Ésaü dans la honte et le mépris. La descendance d’Abraham causa sa mort comme il l’avait vu dans son rêve.

17 — À sa mort, son royaume fut divisé en plusieurs parties et toutes celles sur lesquelles il avait régnées furent rendues aux rois du pays qui les récupérèrent après sa mort. Et tous les gens de sa maison furent pendant longtemps esclaves de tous les autres rois du pays.


CHAPITRE 28

1 — En ces jours, après la mort d’Abraham, cette année, le Seigneur suscita une grande famine dans le pays. Pendant que la famine sévissait en Canaan, Isaac se leva et descendit en Égypte comme son père Abraham l’avait fait.

2 — Le Seigneur apparut cette nuit à Isaac et lui dit : Ne va pas en Égypte, mais va à Gerar chez Abimelech roi des Philistins et restes-y jusqu’à la fin de la famine.

3 — Isaac se leva et partit à Gerar. Comme le Seigneur le lui avait commandé et il y resta une année entière.

4 — Les gens du pays virent que Rébecca, sa femme, était de belle apparence et ils interrogèrent Isaac à son sujet et il leur dit : c’est ma sœur, car il hésitait à dire que c’était sa femme de peur que les gens ne le tuent à cause d’elle.

5 — Les princes d’Abimelech allèrent faire l’éloge de la femme au roi, mais il ne leur répondit pas et ne fit pas attention à ce qu’ils disaient.

6 — Mais il entendit dire qu’Isaac avait déclaré qu’elle était sa sœur, aussi il conserva cette information par-devers lui.

7 — Isaac était dans le pays depuis trois mois, quand Abimelech regarda par sa fenêtre et vit Isaac avoir des relations intimes avec Rébecca, sa femme. En effet Isaac vivait dans la maison voisine appartenant au roi, et la maison d’Isaac faisait face à celle du roi.

8 — Le roi dit à Isaac : Que nous as-tu fait en disant de ta femme : elle est ma sœur ? Il aurait été facile à un des grands du peuple de coucher avec elle et tu aurais fait retomber la faute sur nous.

9 — Isaac dit à Abimelech : c’est parce que j’ai craint que tu me tues à cause de ma femme, c’est pour cela que j’ai dit qu’elle est ma sœur.

10 — A ce moment, Abimelech donna des ordres à tous ses princes et ses grands hommes, ils prirent Isaac et sa femme Rébecca et les amenèrent devant le roi.

11 — Le roi commanda qu’on les habillât de vêtements princiers et on les fit circuler à cheval dans les rues de la cité et l’on fit une proclamation en leur présence dans le pays : voici l’homme et voici sa femme ; quiconque touchera à cet homme ou à cette femme sera puni de mort. Et Isaac retourna avec sa femme à la maison du roi et le Seigneur était avec Isaac et il continuait à prospérer et à ne manquer de rien.

12 — Le Seigneur fit que Isaac trouvât grâce aux yeux d’Abimelech et aux yeux de tous ses sujets, car Abimelech se souvenait du serment et de l’alliance qui existaient entre son père et Abraham.

13 — Abimelech dit à Isaac : voici tout le pays est devant toi ; installe-toi où bon te semble jusqu’à ce que tu retournes dans ton pays ; Abimelech lui donna des champs et des vignobles et la meilleure part du pays de Gerar, pour semer et moissonner et manger les fruits de la terre jusqu’à ce que la famine soit passée.

14 — Isaac sema dans le pays et en récolta cent fois plus la même année et le Seigneur le bénit.

15 — Et l’homme prospéra et acquit des troupeaux et du cheptel et un grand nombre de serviteurs.

16 — Quand les jours de famine furent passés, le Seigneur apparut à Isaac et lui dit : lève-toi pars de cet endroit et rentre dans ton pays, au pays de Canaan ; Isaac se leva et revint à Hébron qui est dans le pays de Canaan, lui et tout ce qui lui appartenait comme le Seigneur le lui avait commandé.

17 — Après ceci, Shelach, le fils d’Arpachshad mourut cette année-là qui est la dix-huitième année des vies de Jacob et d’Ésaü ; et tous les jours de Shelah furent de quatre cent trente-trois ans et il mourut.

18 — A cette époque, Isaac envoya son fils cadet Jacob chez Sem et Eber pour y apprendre les instructions du Seigneur ; et Jacob resta dans la maison de Sem et d’Eber pendant trente-deux ans. Ésaü n’y alla pas, car il ne voulait pas et il resta dans la maison de son père au pays de Canaan.

19 — Ésaü continuait de chasser dans la campagne pour apporter ce qu’il trouvait et il faisait ainsi tous les jours.

20 — Ésaü était sournois et trompeur, il recherchait l’amitié des hommes et les manipulait. Ésaü était un homme vaillant dans la campagne et au fil du temps il continua à chasser. Il alla jusqu’aux champs de Seir, appelé aussi Edom.

21 — Il resta dans le pays de Seir à chasser pendant un an et quatre mois.

22 — Il y rencontra la fille d’un homme de Canaan. Son nom était Jehudith, la fille de Beeri, le fils d’Epher des familles de Heth le fils de Canaan.

23 — Ésaü la prit pour femme et il s’unit à elle ; Ésaü avait quarante ans quand il la prit et il l’emmena à Hébron, le lieu de résidence de son père et il vécut là.

24 — Et il arriva qu’en ces jours, dans la cent dixième année de la vie d’Isaac, qui est la cinquantième de la vie de Jacob, en cette année mourût Sem, le fils de Noé. Sem avait six cents ans à son décès.

25 — Quand Sem mourut, Jacob revint chez son père à Hébron au pays de Canaan.

26 — Dans la cinquante-sixième année de Jacob ; des gens arrivèrent de Haran et l’on parla à Rébecca de son frère Laban le fils de Bethuel.

27 — Car la femme de Laban était stérile à cette époque et n’avait pas d’enfants et ses servantes non plus.

28 — Puis le Seigneur se souvint d’Adinah la femme de Laban, elle conçut et accoucha de deux filles jumelles. Laban leur donna le nom de Léa pour l’aînée et Rachel pour la cadette.

29 — Ces gens arrivèrent et dirent ces choses à Rébecca qui se réjouit grandement de ce que le Seigneur ait visité son frère et qu’il ait eu des enfants.


CHAPITRE 29

1 — Isaac, le fils d’Abraham, avait vieilli et était d’un grand âge. Ces yeux se fatiguèrent en raison de son âge, ils s’affaiblirent et ne put plus voir.

2 — À cette époque, Isaac appela son fils, Ésaü et lui dit : comme je suis vieux avec des cheveux blancs, prends, je te prie, tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs et rapporte-moi de la viande. Fais-en un bon repas et apporte-le-moi, que je mange afin de pouvoir te bénir avant ma mort.

3 — Et Ésaü obéit ; il prit son arme et alla dans les champs pour chasser, comme d’habitude, du gibier, et de l’apporter à son père comme il le lui avait ordonné pour qu’il le bénisse.

4 — Rébecca entendit tout ce qu’avait dit Isaac à Ésaü. Elle se hâta d’appeler son fils Jacob et lui dit : voici, ton père a parlé à ton frère Ésaü et voici ce que j’ai entendu, c’est pourquoi, dépêche-toi d’aller faire ce que je vais te dire.

5 — Lève-toi, je te prie, va dans le troupeau chercher deux beaux chevreaux et j’en ferai un bon plat pour ton père et tu le lui porteras pour qu’il le mange avant que ton frère revienne de la chasse afin que ton père te bénisse.

6 — Jacob se dépêcha de faire ce que sa mère lui avait commandé et il fit un bon plat et l’apporta à son père avant qu’Ésaü ne revienne de la chasse.

7 — Isaac dit à Jacob : qui es-tu, mon fils ? Et il dit : je suis ton premier-né Ésaü. J’ai fait comme tu m’as ordonné, c’est pourquoi, lève-toi maintenant, je te prie, mange de ma chasse afin que ton âme me bénisse comme tu me l’as dit.

8 — Isaac se leva, mangea et but. Son cœur fut réconforté et il bénit Jacob et celui-ci s’en alla de chez son père. Après qu’Isaac eut fini de bénir Jacob, et qu’il s’en fut allé, voici, Ésaü revint de la chasse dans les champs. Il fit aussi un mets savoureux et l’apporta à son père pour qu’il en mangeât et le bénisse.

9 — Isaac dit à Ésaü : et qui a pris ce gibier et l’a apporté avant que tu arrives et qui ai-je béni ? Ésaü sut que c’était son frère Jacob et sa colère s’enflamma contre son frère Jacob pour avoir agi ainsi contre lui.

10 — Ésaü dit : n’est-ce pas à juste titre qu’on l’appelle Jacob ? Car il m’a supplanté deux fois ; il m’a pris ma bénédiction ; Ésaü pleura très fort. Et quand Isaac entendit la voix de son fils qui pleurait très fort, Isaac dit à Ésaü : que puis-je faire, mon fils, ton frère est venu par ruse et t’a pris ta bénédiction ; Ésaü détesta son frère Jacob à cause de la bénédiction que son père lui avait donnée et sa colère s’enflamma violemment contre lui.

11 — Jacob fut extrêmement effrayé par son frère Ésaü. Il se leva et partit se réfugier chez Eber le fils de Sem. Il s’y cacha là à cause de son frère. Jacob avait soixante-trois ans quand il partit d’Hébron du pays de Canaan. Jacob se cacha dans la maison d’Eber pendant quatorze ans à cause de son frère Ésaü et il continua à apprendre les voies du Seigneur et ses commandements.

12 — Quand Ésaü vit que Jacob s’était enfui et lui avait échappé et qu’il avait obtenu la bénédiction par ruse, il fut excessivement chagriné ; et il fut très contrarié envers son père et sa mère. Il prit sa femme et quitta son père et sa mère pour aller au pays de Seir. Il y vécut et il vit une femme parmi les filles de Heth dont le nom était Bosmath. Il l’a pris pour femme en plus de sa première épouse et il l’appela Adah disant que la bénédiction lui avait été enlevée.

13 — Ésaü vécut six mois au pays de Seir sans voir son père et sa mère. Puis Ésaü prit ses femmes et retourna au pays de Canaan. Ésaü installa ses femmes dans la maison de son père à Hébron.

14 — Les femmes d’Ésaü choquèrent Isaac et Rébecca par leurs façons d’agir, car elles ne marchaient pas dans les voies du Seigneur, mais servaient les dieux de bois et de pierre de leurs pères comme ils le leur avaient enseigné et elles étaient plus méchantes que leurs pères.

15 — Et elles agissaient selon les désirs de leur cœur, elles sacrifiaient et brûlaient de l’encens aux Baals, et Isaac et Rébecca commencèrent à se lasser d’elles.

16 — Rébecca dit : je suis fatiguée de la vie à cause des filles de Heth ; si Jacob devait prendre une femme des filles de Heth comme ces filles qui sont les filles du pays, à quoi bon vivre alors ?

17 — À cette époque, Adah la femme d’Ésaü conçut et enfanta un fils. Il lui donna le nom d’Eliphaz. Ésaü avait soixante-cinq ans quand elle enfanta.

18 — Ismaël, le fils d’Abraham mourut en ces jours, dans la soixante-quatrième année de Jacob et tous les jours d’Ismaël furent de cent trente-sept et il mourut.

19 — Quand Isaac apprit la mort d’Ismaël, il pleura sur lui et porta le deuil pendant longtemps.

20 — Au bout de quatorze ans à vivre chez Eber, Jacob souhaita voir son père et sa mère. Il rentra chez eux à Hébron, et à cette époque, Ésaü avait oublié ce que Jacob lui avait fait en lui prenant la bénédiction.

21 — Et quand Ésaü vit Jacob arriver chez son père et sa mère, il se souvint de ce que Jacob lui avait fait et il fut très en colère contre lui et chercha à le tuer.

22 — Isaac, le fils d’Abraham, était vieux et avancé en âge et Ésaü dit : maintenant, le moment où mon père va mourir approche et quand il sera mort, je tuerai mon frère Jacob.

23 — Cela fut répété à Rébecca, elle se hâta d’envoyer chercher Jacob, son fils, et lui dit : lève-toi et pars à Haran chez mon frère Laban et restes-y quelque temps, jusqu’à ce que la colère de ton frère se détourne de toi et alors tu reviendras.

24 — Isaac appela Jacob et lui dit : ne prends pas de femmes de Canaan, car c’est ce que notre père Abraham nous a commandé selon la parole du Seigneur qui le lui a commandé disant : je donnerai ce pays à ta descendance ; si tes enfants gardent mon alliance que j’ai faite avec toi, alors j’accomplirai aussi pour tes enfants ce dont je t’ai parlé et je ne les abandonnerai pas.

25 — C’est pourquoi, mon fils, écoute ma voix dans tout ce que je te commanderai et ne prends pas de femme parmi les filles de Canaan ; lève-toi, va à Haran dans la maison de Bethuel le père de ta mère et prends-y une femme parmi les filles de Laban, le frère de ta mère.

26 — Donc, prends soin de te souvenir du Seigneur ton Dieu et de toutes ses voies dans le pays où tu vas, de peur que tu aies des relations avec les gens du pays et que tu poursuives la vanité et que tu oublies le Seigneur ton Dieu.

27 — Mais quand tu seras dans le pays, sers le Seigneur, ne te détournes pas ni à droite ni à gauche, de la voie que je t’ai commandée et que tu as apprise.

28 — Et puisse le Dieu tout puissant t’accorde de trouver faveur aux yeux des gens de la terre, afin que tu puisses prendre une femme de ton choix ; une femme qui est bonne et juste aux yeux du Seigneur.

29 — Et puisse Dieu te donner ainsi qu’à ta descendance la bénédiction de ton père Abraham et qu’il te rende fécond et que tu te multiplies. Puisses-tu devenir une multitude dans le pays où tu vas et que Dieu te fasse revenir dans ce pays, le pays de résidence de ton père, avec des enfants et de grandes richesses, dans la joie et le plaisir.

30 — Isaac finit de faire des recommandations à Jacob et il le bénit. Il lui donna de nombreux cadeaux accompagnés d’argent et d’or et il l’envoya. Jacob écouta son père et sa mère ; il les embrassa, se leva et partit pour Padan Haran. Jacob avait soixante-dix-sept ans quand il partit de Beersheba dans le pays de Canaan.

31 — Quand Jacob partit pour Haran, Ésaü appela son fils, Eliphaz, et lui parla en secret, disant : dépêche-toi, prends ton épée en main et poursuis Jacob, dépasse-le sur la route, mets-toi en embuscade et tue-le avec ton épée dans une des montagnes, prends tout ses biens et reviens.

32 — Eliphaz, le fils d’Ésaü était un homme actif et expert en tir à l’arc comme son père le lui avait enseigné et il était célèbre comme chasseur dans la campagne et un homme vaillant.

33 — Eliphaz fit comme son père lui avait commandé, à cette époque il avait treize ans. Il se leva et emmena avec lui dix des frères de sa mère et poursuivit Jacob.

34 — Il suivit Jacob de près et se mit en embuscade à la limite du pays de Canaan à l’opposé de Sichem.

35 — Jacob vit Eliphaz et ses hommes qui e poursuivaient. Il s’arrêta sur place afin de savoir ce qui se passait, car il ne se doutait de rien. Eliphaz tira son épée et s’avança, lui et ses hommes, vers Jacob. Jacob leur dit : que se passe-t-il pour que vous veniez ici, et pourquoi me poursuivez-vous avec vos épées ?

36 — Eliphaz s’avança vers Jacob et lui répondit : voici ce que mon père m’a commandé et c’est pourquoi je ne dévierai pas des ordres qu’il m’a donnés ; et quand Jacob vit qu’Ésaü avait dit à Eliphaz d’employer la force, alors il s’approcha et supplia Eliphaz et ses hommes en lui disant :

37 — Voici tout ce que j’ai et que mon père et ma mère m’ont donné, prends-les et va-t’en et ne me tue pas et que cette chose te soit comptée à justice.

38 — Et le Seigneur fit que Jacob trouva grâce aux yeux d’Eliphaz, le fils d’Ésaü et de ses hommes et ils ne le mirent pas à mort. Eliphaz et ses hommes prirent tous les biens de Jacob avec l’argent et l’or qu’il avait emportés avec lui de Beersheba ; ils ne lui laissèrent rien.

39 — Eliphaz et ses hommes partirent et retournèrent à Beersheba chez Ésaü. Ils lui dirent tout ce qui s’était passé avec Jacob et lui donnèrent tout ce qu’ils avaient pris à Jacob.

40 — Ésaü se mit en colère contre son fils Eliphaz et envers ses hommes qui avaient été avec lui parce qu’ils n’avaient pas tué Jacob.

41 — Ils répondirent à Ésaü : parce que Jacob nous a suppliés de ne pas le tuer, nous avons eu pitié de lui et nous lui avons pris tous ses biens et te les avons rapportés ; Ésaü prit tout l’argent et l’or qu’Eliphaz avec pris à Jacob et les mit dans sa maison.

42 — À cette époque, quand Ésaü vit qu’Isaac avait béni Jacob et lui avait commandé de ne pas prendre de femmes parmi les filles de Canaan et que les filles de Canaan étaient mauvaises aux yeux d’Isaac et de Rébecca,

43 — il alla chez Ismaël son oncle et en plus de ses autres femmes, il prit Machlath, la fille d’Ismaël, la sœur de Nebayoth, pour femme.


CHAPITRE 30

1 — Jacob continua son chemin vers Haran. Il arriva au mont Morija et il s’y arrêta pour la nuit près de la cité de Luz. Cette nuit, le Seigneur apparut à Jacob et il lui dit : je suis le Seigneur Dieu d’Abraham et le Dieu d’Isaac ton père ; la terre sur laquelle tu te tiens, je te la donnerai à toi et à ta postérité.

2 — Voici, je suis avec toi je te protégerai partout où tu iras et je multiplierai ta postérité comme les étoiles des cieux. Je ferai se prosterner tous tes ennemis devant toi ; et quand ils te feront la guerre, ils ne te vaincront pas et je te ramènerai de nouveau dans ce pays dans la joie avec de enfants et de grandes richesses.

3 — Jacob s’éveilla de son sommeil et se réjouit grandement de la vision qu’il avait eue ; et il appela cet endroit Bethel.

4 — Jacob se leva de cette place très réjouit et quand il avançait il lui semblait être sur un nuage tant il était joyeux. Il s’avança vers le pays des enfants de l’Orient. Il arriva à Haran et s’assit près d’un puits.

5 — Il y trouva des hommes qui venaient d’Haran pour paitre leurs troupeaux ; Jacob les interrogea et ils lui dirent : nous sommes d’Haran.

6 — Il leur demanda : connaissez-vous Laban, le fils de Nachor ? Ils répondirent : nous le connaissons et voici sa fille Rachel qui vient pour paître le troupeau de son père.

7 — Pendant qu’ils étaient encore à lui parler, Rachel, la fille de Laban, arriva pour faire paître les troupeaux de son père, car elle était bergère.

8 — Quand Jacob vit Rachel, la fille de Laban, le frère de sa mère, il courut et l’embrassa et s’écria et pleura.

9 — Jacob dit à Rachel qu’il était le fils de Rébecca, la sœur de son père. Rachel courut le dire à son père et Jacob continuait à pleurer parce qu’il n’avait rien à apporter à la maison de Laban.

10 — Quand Laban apprit que Jacob, le fils de sa sœur, était arrivé, il courut l’embrasser et le fit entrer chez lui et lui donna à manger.

11 — Jacob raconta à Laban ce que son frère Esaü lui avait fait ainsi que ce qu’avait fait Eliphaz sur la route.

12 — Jacob resta chez Laban pendant un mois. Jacob mangea et but chez Laban, ensuite Laban lui dit : dis-moi quels seront tes gages, car comment peux-tu mer servir pour rien ?

13 — Laban n’avait pas de fils, seulement des filles et ses autres femmes et servantes étaient toujours stérile à cette époque. Voici les noms des filles de Laban qu’Adinah lui avait données : le nom de l’aînée était Léa et le nom de la cadette était Rachel ; Léa avait les yeux délicats, mais Rachel était belle de taille et belle de figure et Jacob l’aima.

14 — Jacob dit à Laban : je te servirai sept ans pour Rachel ta fille cadette ; Laban y consentit et Jacob servit Laban sept ans pour sa fille Rachel.

15 — La deuxième année du séjour de Jacob à Charan, à savoir la soixante-neuvième année de la vie de Jacob, mourut Eber le fils de Sem. Il avait quatre cent soixante-quatre ans à sa mort.

16 — Quand Jacob apprit la mort d’Eber, il pleura beaucoup, se lamenta et porta le deuil de nombreux jours.

17 — La troisième année du séjour de Jacob à Charan, Bosmath, la fille d’Ismaël, la femme d’Ésaü lui donna un fils, Ésaü l’appela Reuel.

18 — Dans la quatrième année du séjour de Jacob chez Laban, le Seigneur visita Laban et se souvint de lui grâce à Jacob et il lui naquit des fils, et son premier-né s’appela Béor, son second Alib et le troisième Korash.

19 — Et le Seigneur donna des richesses et l’honora. Il eut des fils et des filles et l’homme prospéra grandement grâce à Jacob.

20 — Et en ces jours, Jacob servit Laban dans toutes sortes d’activités, dans la maison et dans les champs et la bénédiction du Seigneur était sur tout ce qui appartenait à Laban, dans la maison et dans les champs.

21 — Et dans la cinquième année, mourut Jehudith, la fille de Beeri, la femme d’Ésaü au pays de Canaan. Elle n’avait pas eu de fils, seulement des filles.

22 — Voici les noms de ses filles qu’elle donna à Ésaü : le nom de l’aînée était Marzith et celui de la seconde était Puith.

23 — À la mort de Jehudith, Ésaü partit vers Séïr pour chasser dans la campagne, comme d’habitude, et il y vécut pendant longtemps.

24 — Et dans la sixième année, Ésaü prit pour femme, outre ses autres femmes, Ahlibamah, la fille de Zibeon le Hivite et Ésaü l’emmena avec lui au pays de Canaan.

25 — Et Ahlibamah conçut et donna trois fils à Ésaü : Yeush, Yaalan et Korah.

26 — À cette époque, il y eut querelle au pays de Canaan entre les bergers d’Ésaü et les bergers Canaanites, car les troupeaux et les biens d’Ésaü étaient trop importants pour qu’ils restent en Canaan, dans la maison de son père et le pays de Canaan ne pouvait suffire à ses troupeaux.

27 — Quand Ésaü vit que sa querelle avec les habitants du pays s’envenimait, il prit ses femmes, ses fils et ses filles et tous ses biens, es troupeaux qu’il possédait et tout ce qu’il avait acquis dans le pays de Canaan et il s’éloigna des habitants du pays pour aller au pays de Seir. Ésaü et tous ceux qui lui appartenaient vécurent au pays de Seir.

28 — Mais de temps en temps Ésaü allait voir son père et sa mère au pays de Canaan. Ésaü se maria avec les Horites et il donna ses filles aux fils de Seir, les Horites.

29 — Il donna sa fille aînée Marsith à Anah, le fils de Zebeon, le frère de sa femme et Puith il la donna à Azar, le fils de Bilhan le Horite. Ésaü vécut dans les montagnes, lui et ses enfants, ils furent prospères et se multiplièrent.


CHAPITRE 31

1 — Après sept ans, le service de Jacob fut terminé. Il dit à Laban : donne-moi ma femme, car les jours de mon service sont terminés. Laban accepta et avec Jacob ils rassemblèrent tous les gens de l’endroit pour faire la fête.

2 — Et le soir, Laban entra dans la maison et une fois que Jacob et les gens de la fête furent arrivés, Laban éteignit toutes les lumières qui se trouvaient dans la maison.

3 — Et Jacob dit à Laban : pourquoi fais-tu cette chose pour nous ? Et Laban répondit : c’est la coutume d’agir ainsi dans le pays.

4 — Ensuite, Laban prit sa fille Léa et il l’amena à Jacob. Il alla vers elle, mais Jacob ne savait pas que c’était Léa.

5 — Et Laban donna sa servante Zilpah comme aide à Léa.

6 — Et tous les gens de la fête savaient ce que Laban avait fait à Jacob, mais ils ne le lui dirent pas.

7 — Et ils vinrent tous, cette nuit, à la maison de Jacob, ils mangèrent, burent, se réjouirent et jouèrent des tambourins et dansèrent. Et ils chantaient devant Jacob ; « heleah, heleah .»

8 — Jacob entendit les mots, mais il ne comprit pas ce qu’ils voulaient dire, il croyait plutôt que cela devait être la coutume du pays.

9 — Et les voisins dirent ces mots devant Jacob pendant la nuit et Laban avait fait éteindre toutes les lumières de la maison.

10 — Au matin, quand le jour apparut, Jacob se tourna vers sa femme et il vit que c’était Léa qui s’était couchée dans son sein. Jacob dit : je sais maintenant ce que les voisins disaient la nuit dernière : Heleah, disaient-ils, et je ne le savais pas.

11 — Jacob appela Laban et lui demanda : qu’est-ce que tu m’as fait ? En vérité je t’ai servi pour Rachel et pourquoi m’as-tu trompé et donné Léa ?

12 — Laban répondit à Jacob : il n’est pas de coutume de donner la plus jeune avant l’aînée. C’est pourquoi, si tu veux maintenant prendre sa sœur, prend-la en me servant pendant sept autres années.

13 — Jacob accepta et il prit aussi Rachel pour femme et il servit Laban sept ans de plus. Et Jacob alla vers Rachel et il l’aima plus que Léa. Et Laban donna Bilha comme servante à Rachel.

14 — Et quand le Seigneur vit que Léa n’était pas aimée, il ouvrit son sein et elle conçut et donna quatre fils à Jacob en ces jours.

15 — Voici leurs noms : Ruben, Siméon, Lévi et Juda, puis elle cessa de concevoir.

16 — À cette époque, Rachel était stérile, elle n’avait pas d’enfants. Et Rachel enviait sa sœur Léa et quand Rachel vit qu’elle n’avait pas d’enfants avec Jacob, elle prit sa servante Bilhah qui donna deux fils à Jacob, Dan et Nephtali.

17 — Et quand Léa vit qu’elle avait cessé de concevoir, elle prit aussi sa servante Zilpah et la donna à Jacob comme femme. Et Jacob alla aussi vers Zilpah et elle conçut aussi pour Jacob deux fils Gad et Aser.

18 — Léa conçut de nouveau et donna deux fils et une fille à Jacob ; voici leurs noms : Issachar, Zabulon et leur sœur Dinah.

19 — Et Rachel était toujours stérile en ces jours. Elle pria le Seigneur et lui dit : ô Seigneur Dieu, souviens-toi de moi, je t’en supplie, car maintenant, mon mari va me rejeter, car je ne lui ai pas donné d’enfants.

20 — Ô, Seigneur Dieu, écoute maintenant ma supplique que je fais devant toi, vois mon affliction et donne-moi des enfants comme ceux des servantes afin que je ne puisse plus supporter mon opprobre.

21 — Et Dieu l’entendit et ouvrit son sein, Rachel conçut et accoucha d’un fils ; elle dit : le Seigneur a ôté mon opprobre. Elle appela son fils Joseph, disant, puisse le Seigneur me donner un autre fils. Jacob avait quatre-vingt-onze ans quand elle accoucha.

22 — A cette époque, la mère de Jacob Rébecca, envoya sa nourrice Déborah la fille de Uz et deux serviteurs chez Jacob.

23 — Ils arrivèrent chez Jacob et lui dire : Rébecca nous a envoyés vers toi afin que revienne dans la maison de ton père au pays de Canaan ; et Jacob tint compte de ce qu’ils leur avaient parlé par rapport à ce que sa mère avait dit.

24 — A ce moment, les sept autres années pendant lesquelles Jacob avait servi Laban pour Rachel étaient écoulées et c’est au bout de quatorze ans de son séjour à Charan que Jacob dit à Laban : donne-moi mes femmes et renvoie-moi que je puisse partir dans mon pays, car voici ma mère m’a envoyé des gens du pays de Canaan que je devais rentrer chez mon père.

25 — Laban lui répondit : non, je t’en prie ; si j’ai trouvé faveur à tes yeux, ne me quitte pas ; dis-moi combien tu veux de salaires et je te le donnerai et reste avec moi.

26 — Jacob lui dit : voici ce que tu me donneras comme salaire : aujourd’hui je vais passer dans le troupeau et j’y prendrai tous les agneaux qui sont tâchés et aussi les marrons et les chèvres et si tu acceptes je resterai pour paître ton troupeau comme avant.

27 — Laban accepta et il sépara de son troupeau tout ce que Jacob avait dit et il les lui donna.

28 — Jacob confia tout ce qui avait été séparé du troupeau de Laban entre les mains de ses fils et il s’occupa de faire paître le reste du troupeau de Laban.

29 — Et quand les serviteurs d’Isaac qu’il avait envoyés vers Jacob virent qu’il ne retournerait pas avec eux au pays de Canaan chez son père, ils le quittèrent et repartirent en Canaan.

30 — Déborah resta avec Jacob à Charan et ne repartit pas avec les serviteurs d’Isaac au pays de Canaan et elle vécut avec les femmes et les enfants de Jacob à Charan.

31 — Jacob servit Laban six ans de plus et lorsque le troupeau grandissait, il séparait tous ceux qui étaient mouchetés comme il en avait déterminé avec Laban et il fit ainsi pendant six ans. Et l’homme se développa abondamment et il eut des troupeaux, des servantes et des serviteurs, des chameaux et des ânes.

32 — Jacob avait deux cents têtes de bétail qui étaient de grande taille, de belle apparence et très productives. Et toutes les familles des fils des hommes désiraient avoir du bétail de Jacob, car il était très productif.

33 — Et beaucoup, parmi les fils des hommes venaient se procurer des bêtes chez Jacob et il échangeait un animal contre un serviteur, une servante, un âne ou un chameau ou ce qu’il voulait qu’ils leur donnassent.

34 — Et Jacob obtint des richesses, de la réputation et des biens grâce à ses transactions avec les fils des hommes, et les enfants de Laban étaient jaloux de lui.

35 — Au fil du temps, il entendit ce que disaient les fils de Laban, qu’il avait pris tout ce qui appartenait à leur père et que c’était sur les biens de leur père qu’il avait acquis toute cette renommée.

36 — Jacob se rendit compte du comportement de Laban et de ses enfants et vit que ce n’était plus comme il en avait été auparavant.

37 — Le seigneur apparut à Jacob au bout des six ans et lui dit : lève-toi, pars de ce pays et retourne au pays de ta naissance et je serai avec toi.

38 — Alors Jacob se leva, il fit monter ses enfants et ses femmes et tous ses biens sur des chameaux et il partit vers le pays de Canaan chez son père Isaac.

39 — Et Laban ne sut pas que Jacob était parti, car il était allé tondre les moutons.

40 — Rachel déroba les théraphim de son père, les emporta et les cacha sur le chameau sur lequel elle était assise et elle partit.

41 — Et voici en quoi consistaient les théraphim : on prenait un garçon premier-né, on le tuait, on en détachait la tête, on la salait et on l’enduisait d’huile, puis on prenait une tablette en cuivre ou en or sur laquelle on inscrivait son nom, on plaçait la tablette sous la langue et on prenait la tête avec la tablette sous la langue et on l’installait dans la maison, on allumait des lumières devant et on s'y prosternait.

42 — Et quand on se prosternait devant, la tête répondait sur tout ce qu’on lui demandait, par le pouvoir du nom qui y était écrit.

43 — Et certains en faisaient en or et en argent et venaient vers elles selon leur convenance et les théraphim recevaient l’influence des étoiles et disaient les choses à venir et c’est ce genre d’images que Rachel avait volé à son père.

44 — Et elle avait volé les théraphim de son père afin qu’il ne puisse savoir par elles où était parti Jacob.

45 — Laban revint à la maison et demanda où étaient Jacob et toute sa maison, on ne le trouva pas, alors Laban chercha ses théraphim pour savoir où Jacob était parti. Il ne put les trouver, il chercha d’autres théraphim et les interrogea. Elles lui dirent que Jacob s’était échappé pour aller chez son père au pays de Canaan.
46 — Alors Laban se leva, emmena ses frères et tous ses serviteurs et partit à la poursuite de Jacob. Il l’atteignit à la montagne de Galaad.   

47 — Et Laban dit à Jacob :  qu’as-tu fait ? Tu t’es dérobé de moi ; tu as emmené mes filles comme des prisonnières de guerre.

48 — Tu ne m’as pas permis de les embrasser et de les renvoyer avec joie et tu as volé mes dieux et tu t’es enfui avec.

49 — Jacob répondit à Laban : j’avais peur que tu retiennes tes filles de force, mais maintenant qu’il ne vive pas celui auprès duquel tu trouveras tes dieux !

50 — Laban chercha les théraphim et il passa dans toutes les tentes de Jacob et examina tous les meubles, mais ne put les trouver.

51 — Laban dit à Jacob : nous ferons une alliance, moi et toi , et elle sera en témoignage entre moi et toi ; si tu fais souffrir mes filles ou si tu prends d’autres femmes en plus de mes filles, alors Dieu sera témoin entre moi et toi à ce sujet.

52 — Ils prirent des pierres et en firent un monceau et Laban dit : ce monceau est un témoin entre moi et toi ; et il l’appela Galaad.

53 — Jacob et Laban offrirent un sacrifice sur la montagne, ils mangèrent à côté du monceau de pierres et ils restèrent sur la montagne toute la nuit. Il pleura avec ses filles et il les embrassa et il repartit chez lui.

54 — Il se hâta d’envoyer son fils Beor, qui avait dix-sept ans, avec Abichorof le fils de Uz, le fils de Nachor et dix hommes.

55 — Ils se dépêchèrent de dépasser Jacob et allèrent par une autre route au pays de Seir.

56 — Ils arrivèrent chez Ésaü et lui dirent : ainsi dit ton frère et parent, le frère de ta mère Laban, le fils de Bethuel qui te dit :

57 — As-tu appris ce que ton frère Jacob m’a fait ; il est arrivé chez moi nu est pauvre, je l’ai accueilli, je l’ai recueilli chez moi avec honneur et je l’ai enrichi, je lui ai donné mes deux filles pour épouses et aussi deux de mes servantes.

58 — Et Dieu l’a béni grâce à moi, il s’est grandement développé, il a eu des fils, des filles et des servantes.

59 — Il a aussi un immense troupeau de bétail, de chameaux et d’ânes, ainsi que de l’argent et de l’or en abondance ; et quand il a vu que sa richesse augmentait, il m’a laissé pendant que j’allais tondre les moutons, il s’est enfui en secret.

60 — Il a fait monter ses femmes et ses enfants sur les chameaux et il a emporté tout son bétail et tous les biens qu’il avait acquis dans mon pays. Et il est parti en direction de son père Isaac au pays de Canaan.

61 — Et il ne m’a pas permis d’embrasser mes filles et leurs enfants, et il a emmené mes filles comme des prisonnières de guerre, et il a aussi volé mon or et s’est enfui.

62 — Maintenant, je l’ai laissé dans la montagne du ruisseau de Jabuk, lui et tous ses biens et il ne manque de rien.

63 — Si tu veux y aller, alors vas-y et tu l’y trouveras et tu pourras lui faire ce que tu veux ; et les messagers de Laban vinrent dire à Ésaü toutes ces choses.

64 — En entendant tout ce que disaient les messagers de Laban, et en se rappelant la haine qu’il avait envers Jacob, Ésaü se mit en colère.

65 — Ésaü se hâta de prendre ses enfants et ses serviteurs et tous les hommes de sa maison, soixante hommes, il partit rassembler tous les enfants de Seir le Horite et ses gens, trois cent quarante hommes armés pour aller tuer Jacob.

66 — Ésaü les divisa en plusieurs groupes ; il prit soixante hommes parmi ses enfants et ses serviteurs et les gens de sa maison et mit Eliphaz son fils aîné comme chef.

67 — Il donna aux six fils de Seir le Horite la direction des autres groupes et il plaça chaque homme responsable de ses générations et de ses enfants.

68 — Et tout le camp parti comme il était. Ésaü partit vers Jacob et il les conduisait rapidement.

69 — Les messagers de Laban quittèrent Ésaü et allèrent au pays de Canaan pour arriver à la maison de Rebecca, la mère de Jacob et d’Ésaü.

70 — Ils lui dirent : voici que ton fils Ésaü est parti contre son frère Jacob avec quatre cents hommes, car il a appris qu’il arrivait et il est parti pour lui faire la guerre, pour le tuer et lui prendre tout ce qu’il a.

71 — Rebecca se dépêcha d’envoyer soixante-dix hommes des serviteurs d’Isaac pour rejoindre Jacob sur la route ; car dit-elle, il se peut qu’Ésaü lui fasse la guerre sur la route lorsqu’il le rencontrera.

72 — Et ces messagers partirent sur la route pour rejoindre Jacob. Ils le rencontrèrent sur la route en face du ruisseau Jabuk et quand il les vit, Jacob dit : ce camp m’a été donné par Dieu et il appela cet endroit Machnayim.  

73 — Jacob reconnut tous les gens de son père, il les embrassa et les serra contre lui et alla avec eux. Jacob demanda des nouvelles concernant son père et sa mère et lui dirent qu’ils étaient bien.

74 — Ces messagers dirent à Jacob : Rebecca ta mère nous a envoyé vers toi et a dit : j’ai entendu, mon fils, que ton frère Ésaü est parti contre toi sur la route avec des hommes des enfants de Seir le Horite.

75 — C’est pourquoi mon fils, écoute ma voix et réfléchis à ce que tu vas faire ; quand il arrivera à toi, supplie-le et ne lui parle pas mal, donne-lui des présents de ce que tu possèdes et des faveurs que Dieu t’a données.

76 — Et quand il te posera des questions sur tes affaires, ne lui cache rien, peut-être, détournera-t-il sa colère contre toi, et tu sauveras ta vie, toi et tous tes biens ; tu dois l’honorer, car il est ton frère aîné.

77 — Quand il entendit les paroles de sa mère que lui avaient transmis les messagers, Jacob éleva la voix et pleura amèrement et fit comme sa mère lui avait recommandé.