John Taylor en France

 

 

     

      Trente ans avant de devenir président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, John Taylor fut, en qualité d'apôtre, missionnaire en France. C'est le 7 octobre 1849 que John Taylor fut appelé par Brigham Young à prêcher en France.

4 mai 1850 : Il quitte New York.

27 mai 1850 : Il arrive à Liverpool.

18 juin 1850 : Il arrive à
Boulogne-sur-Mer sur le vapeur « Emerald ».

24 juin 1850 : Il est reçu par le maire de Boulogne-sur-Mer, L. Fontaine, et obtient l’autorisation de prêcher.

26 juin 1850 : À la tombée de la nuit, il se rend avec d'autres missionnaires au nord de la ville, sur la plage. En se tenant en cercle ils chantent un cantique et s'agenouillent. John Taylor fait alors une
prière par laquelle il consacre la France à la prédication de l'Évangile.

1er juillet 1850 : Il tient la première d'une série se
réunions publiques à Boulogne-sur-Mer, au 21 de la rue Montigny. Environ trente personnes y assistent.

19 juillet 1850 : Il part pour Paris et s’installe au 7 rue de Tournon (VIe arrondissement) où commencera la traduction du Livre de Mormon. Il commence à étudier le français et à enseigner l'Évangile.

14 novembre 1850 : Après s'être absenté, il revient à Paris accompagné de Philippe de la Mare, converti à l’île de Jersey.

1er décembre 1850 : Il baptise, dans la Seine à l'île de Saint-Ouen, Jean-Baptiste Wilhelm et sa femme,
Louis Bertrand (1808-1875, rédacteur au journal Le Populaire et communiste icarien) et Monsieur et Madame Squires et leur fils de neuf ans.

8 décembre 1850 : Il organise une branche à Paris avec huit membres.

1851 : Il passe la plupart de l'année 1851 en Allemagne où il organise l'Église.

20 décembre 1851 : Il préside à Paris la première conférence de district.

      Au cours de son séjour à Paris, il reçoit la
visite du philosophe Louis Krolikowski, disciple du philosophe Charles Fourier et éditeur du journal Le Populaire qui défend idées du socialiste Étienne Cabet. La société à laquelle Krolikowski appartient avait envoyé Cabet à Nauvoo avec les Icariens français pour y créer une communauté fondée sur les principes de Fourier.

      En France, il fait la connaissance du procédé de la manufacture du sucre. Sous sa direction, les machines nécessaires sont achetées et envoyées en Utah.

21 décembre 1851 : Au terme de sa mission en Europe, il quitte Paris pour l'Utah.
 

 

 

Sources :

 

B. H. Roberts, Life of John Taylor, Salt Lake City, George Q. Cannon & Sons, 1892, p. 209-210.

L’Étoile, novembre 1950.

L’Étoile, novembre 1978, Nouvelles de l’Église, Histoire locale, p. 8-12.   

 

 

Mis en ligne le 05/01/2008