Cesse dès ce soir



Pendant la Seconde Guerre mondiale, frère Léon Fargier travaille dans une scierie près de Valence et se fait aimer et apprécier de ses compagnons de labeur. Ceux-ci ont l'habitude pour se chauffer en hiver d'emporter un sac de déchets de bois mais dans lequel parfois ils introduisent des objets pour la Résistance. Des gardes allemands sont placés en surveillance pour empêcher les ouvriers de prendre du bois.

Un jour, frère Fargier, inspiré, va trouver un camarade et lui dit : « Écoute, abandonne le trafic que tu fais, cesse dès ce soir, tu risques de gros ennuis» Impressionné, son camarade suit son conseil.

Le soir venu, le camarade est fouillé par les gardes allemands qui ne trouvent rien sur lui, et pour cause ! Après cet incident, le camarade très touché, gardera une reconnaissance éternelle envers frère Fargier de ce qu'il lui avait, très certainement, sauvé la vie ce jour-là.


Source : Jean Lemblé, Dieu et les Français – Les saints des derniers jours francophones, éditions Liahona, Paris, 1986, p. 194