L'Église de Salt Lake City

fournissait les instruments



Tahiti, 1919-22, 1933-37, 1951

Pendant que LeRoy Mallory fait sa première mission à Tahiti, entre 1919 et 1922, son président de mission, Ernest C. Rossiter, le charge d'organiser et de former une fanfare dans l'île de Takaroa. L'Église de Salt Lake City fournit les instruments. Étant donné que la plupart des insulaires ne peuvent pas lire la musique, la tâche est difficile, mais frère Mallory est un homme dévoué et talentueux. Cette entreprise constite pour les jeunes une distraction saine. La fanfare joue pour les conférences et l'amusement des membres aussi bien que lors des manifestations publiques et est bien reçue partout.

Pendant sa deuxième mission, de 1933 à 1937, cette fois en tant que président de mission, frère Mallory organise de nouveau cette fanfare de vingt-six membres. Il met à sa tête Taumata a Mapuhi, qui a été formé au Church College de Nouvelle-Zélande. La fanfare connaît de nouveau un grand succès. Elle fait plusieurs voyages à Tahiti et en août 1934, elle est invitée par le gouvernement à se rendre en novembre à Fakarava pour assurer la musique d'une grande journée de manifestations culturelles. Elle s'y rend, remporte le premier prix, une médaille, et 125 francs. Elle est très appréciée par tous les milieux.

En mars 1951, le président Mallory, lors de sa troisième mission, l'organise une fois de plus. Composée de trente-six musiciens, elle joue à de nombreuses manifestations de l'Église aussi bien que lors des manifestations publiques à Tahiti. Pour la parade de la fête de la Bastille, le 14 juillet, on lui demande d'ouvrir les festivités et d'être en tête de la parade.


Source : S. George Ellsworth et Kathleen C. Perrin, Chronique de la foi et du courage – Les saints derniers jours en Polynésie française (1843-1993), 1994, Sandy, Utah, p. 71-72