Études sur le Livre d’Abraham



Michael D. Rhodes


Article tiré de l'Encyclopédie du mormonisme
(Macmillan Publishing Company, 1992)
Traduction : Marcel Kahne
Source : www.idumea.org
avec autorisation


 
COMMENTAIRES DOCTRINAUX. Les études doctrinales du livre d’Abraham ont habituellement été des composants de commentaires généraux sur la Perle de grand prix qui ne se concentraient pas sur le livre d’Abraham en particulier. Le Commentary on the Pearl of Great Price de George Reynolds et Janne Sjodahl (Salt Lake City, 1965) en est un exemple typique. L’étude la plus complète de cette sorte est le Doctrinal Commentary on the Pearl of Great Price (Salt Lake City, 1969) par Hyrum Andrus.
 
ÉTUDES HISTORIQUES. En 1912, la brochure Joseph Smith, Jr., as a Translator par F. S. Spaulding, évêque épiscopalien d’Utah, tentait de réaliser la première étude non mormone officielle du livre d’Abraham. Elle contenait des lettres de huit grands égyptologues sur les trois fac-similés commentant sur « l’exactitude » de leur interprétation par le prophète Joseph Smith. Les savants s’accordaient unanimement pour dire que le prophète se trompait. À l’époque, aucun savant parmi les saints des derniers jours n’était capable de réfuter leurs affirmations. Ce ne fut qu’en 1936 que J. E. Homans, qui n’était pas saint des derniers jours et qui écrivait sous le pseudonyme R. C. Webb, publia Joseph Smith as a Translator, défendant les capacités du prophète comme traducteur, mais sans traiter directement les remarques faites par les égyptologues.
 
En 1967, onze fragments des papyrus égyptiens qui avaient jadis appartenu à Joseph Smith furent redécouverts par Aziz S. Atiya et furent ensuite présentés à l’Église par le Metropolitan Museum of Art de New York. On constata que plusieurs fragments faisaient partie d’un texte religieux égyptien connu sous le nom de Livre des Respirations. Trois égyptologues de renom procédèrent rapidement à une traduction et à des commentaires sur les fragments, ce qui eut comme conséquence de nouvelles attaques à propos de « l’incapacité » de Joseph Smith comme traducteur. Les détracteurs affirmèrent que le Livre des Respirations n’avait rien à voir avec le livre d’Abraham que Joseph Smith prétendait apparemment avoir traduit de ces mêmes papyrus. En effet, le Livre des Respirations est un texte tardif qui remonte aux environs du premier siècle apr. J.-C., quelque deux mille ans après le temps d’Abraham. Hugh Nibley a systématiquement défendu Joseph Smith avec une grande compétence contre les critiques de ce type, en affirmant que le livre d’Abraham devait être évalué sur la base de ce qu’il prétend être : le récit fait par Abraham de sa vie. Les recherches de Nibley ont montré qu’il existe un nombre important de liens entre le livre d’Abraham et les textes antiques qui traitent d’Abraham. Ces ressemblances sont trop nombreuses et trop subtiles pour qu’on puisse les attribuer à la seule coïncidence.
 
Dans son explication du fac-similé 2 du livre d’Abraham, Joseph Smith affirmait que certaines informations qui s’y trouvaient ne devaient pas être révélées au monde, « mais peu[ven]t s’obtenir dans le saint temple de Dieu ». Les études sur le rituel du temple égyptien faites depuis le temps de Joseph Smith ont révélé des parallèles avec les célébrations et la doctrine du temple chez les saints des derniers jours, notamment la représentation de la création et de la chute de l’humanité, les ablutions et les onctions et le retour final des personnes en la présence de Dieu. De plus, mari, femme et enfants sont scellés ensemble pour l’éternité, la généalogie est prise au sérieux ; les hommes seront jugés selon leurs actes dans cette vie et la récompense d’une vie juste est de vivre éternellement en la présence de Dieu avec sa famille. Il n’est guère raisonnable de vouloir faire croire que tous ces parallèles se sont produits par pur hasard.
 
Un certain nombre de textes pseudépigraphiques prétendant être des récits de la vie d’Abraham sont apparus depuis le temps de Joseph Smith, comme l’Apocalypse d’Abraham et le Testament d’Abraham, des documents qui montrent des ressemblances remarquables avec le livre d’Abraham. Par exemple, au chapitre 12 du Testament d’Abraham, il y a une description du jugement des morts qui correspond dans le plus grand détail à la scène montrée dans le fac-similé 3 du livre d’Abraham et, par ailleurs, au chapitre 125 du Livre des Morts égyptien. En fait, on peut trouver dans les écrits pseudépigraphiques sur Abraham des parallèles avec presque chaque verset du livre d’Abraham.

En résumé, les nombreuses ressemblances que le livre d’Abraham et les points de doctrine des saints des derniers jours qui lui correspondent ont en commun avec les textes religieux égyptiens et les écrits pseudépigraphiques récemment découverts peuvent être une confirmation supplémentaire de l’authenticité de la traduction de Joseph Smith connue sous le nom de livre d’Abraham. Une question importante au sujet de son authenticité continue à tourner autour du point de savoir si Joseph Smith a traduit l’ouvrage au départ des fragments de papyrus que l’Église a maintenant en sa possession ou s’il a utilisé l’urim et le thummim pour recevoir le texte du livre d’Abraham par révélation, comme c’est est le cas pour la traduction du rouleau de Jean le Révélateur, que l’on trouve à la section 7 des Doctrine et Alliances ou du livre de Moïse, qui est extrait de la traduction de la Bible par Joseph Smith et qui se trouve aussi dans la Perle de grand prix. Ces exemples montrent que Joseph Smith n’avait pas besoin de posséder un texte original pour que sa traduction lui soit révélée. Dans sa fonction comme prophète, voyant et révélateur, beaucoup de voies lui étaient ouvertes pour recevoir des informations par l’inspiration divine.

 
Bibliographie

Ashment, Edward H. "The Facsimiles of the Book of Abraham : A Reappraisal." Sunstone 4, n° 5-6, déc. 1979, p. 33-48.

Baer, Klaus. "The Breathing Permit of Hor." Dialogue 3, n° 3, 1968, p. 109-134.

Homans, J. E. Joseph Smith as a Translator. Salt Lake City, 1936.

Nibley, Hugh. The Message of the Joseph Smith Papyri. Salt Lake City, 1975.

Nibley, Hugh. Abraham in Egypt. Salt Lake City, 1981.

Parker, Richard. "The Joseph Smith Papyri : A Preliminary Report." Dialogue 3, n° 2, 1968, p. 86-92, 98-99.

Rhodes, Michael D. "A Translation and Commentary on the Joseph Smith Hypocephalus." BYU Studies 17, printemps 1977, p. 259-274.

Spaulding, F. S. Joseph Smith, Jr., as a Translator. Brochure. Salt Lake City, 1912.

Wilson, John. "A Summary Report." Dialogue 3, n° 2, 1968, p. 67-85.