Les facultés de l'adversaire



QUESTION : Quelles sont les limites imposeés à Satan? Peut-il introduire des pensées dans notre esprit ? Peut-il percevoir nos pensées ?

RÉPONSE de Laurence R. Peterson, ancien évêque de la 31e paroisse de Butler, pieu de Salt Lake Brighton


L'un des enseignements les plus impressionnants contenus dans le Livre de Mormon est que la puissance de Satan sur quelqu'un se développe à mesure que cette personne devient plus méchante jusqu'à ce qu'enfin elle soit « emmenée captive par le diable » et liée par « les chaînes de l'enfer » (voir Alma 12:11). La méthode de Satan consiste à influencer les pensées des hommes en les tentant et en travaillant toujours « dans le cœur des enfants des hommes » (2 Néphi 28:20).

Nephi décrit avec frémissement sa méthode : « Il leur chuchote aux oreilles, jusqu'à ce qu'il les saisisse de ses chaînes terribles d'où il n'y a point de délivrance. » (2 Néphi 28:22)

Mais la puissance de Satan n'est pas sans limites. Joseph Smith a enseigné que Satan n'a de pouvoir sur nous que celui que nous lui concédons (voir Enseignements du prophète Joseph Smith, p. 249). Néphi a expliqué que la justice d'un peuple prive Satan de son pouvoir : « Car il n 'a aucun pouvoir sur le cœur du peuple, puisque celui-ci demeure dans la justice » (1 Néphi 22:26).

Entre les deux extrêmes du pouvoir qu'a Satan de captiver et son impuissance complète, se situent toutes les nuances de sa capacité de tenter. En tant qu'être d'esprit, il travaille dans le domaine de l'esprit, et son action est contrebalancée par celle de l'Esprit de Dieu. De cette manière, le libre arbitre est sauvegardé et cela nous laisse le choix entre le bien et le mal. Comme Léhi l'a enseigné, « l'homme ne pourrait agir par lui-même, s'il n'était entraîné par l'attrait de l'un ou de l'autre » (2 Néphi 2:16). D'un côté Satan nous incite à faire le mal, de l'autre le Saint-Esprit nous incite à être vertueux (voir Mosiah 3:19). Le libre arbitre exige que ni le Saint-Espritlni le diable n'ait le pouvoir de contrôler quelqu'un contre sa volonté.

Chacune de ces deux influences travaille directement sur l'esprit de l'homme – ou sur son cœur, comme le disent les Écritures – jusqu'à ce que la personne choisisse volontairement d'obéir à l'un et de se détourner de l'autre. Alors l'équilibre des forces bascule et la personne commence à s'élever vers la vie éternelle ou à descendre vers la destruction et la misère.

Celui qui choisit le baptême et reçoit le don du Saint-Esprit fait pencher très fort la balance en faveur de l'influence divine tandis que celui dont la méchanceté a pour résultat de marquer sa conscience au fer rouge, comme le dit Paul (voir 1 Timothée 4:2) peut s'être mis entièrement sous l'influence de Satan. L'Esprit du Seigneur peut cesser de lutter avec cette personne (voir 1 Néphi 7:14).

Satan a un grand pouvoir de tentateur. Comme Joseph Fielding Smith l'a dit : « Nous devrions être sur nos gardes afin de résister toujours aux avances de Satan… II a le pouvoir de mettre des pensées dans notre esprit et de susciter en nous des impressions sans dire un mot afin de nous inciter à satisfaire nos appétits ou nos désirs et il joue sur nos faiblesses et nos désirs de diverses autres façons. » (Answers to Gospel Questions, compilées par Joseph Fielding Smith, cinq volumes, Salt Lake City, Deseret Book Co, 1957-66, volume 3, page 81) Les tentations auxquelles nous sommes tous soumis viennent souvent par des incitations dans notre esprit et dans notre cœur.

II n'est pas aussi facile de répondre à la question de savoir si Satan peut percevoir nos pensées. Dans Doctrine et Alliances, le Seigneur dit à Oliver Cowdery : « Il n'y a personne d'autre que Dieu qui connaisse tes pensées et les intentions de ton cœur. » (D&A 6:16)

Certains ont interprété cela en disant que Dieu est le seul a connaître les pensées des autres. Pour soutenir cela, ils renvoient à Moïse 4:6 dans la Perle de grand prix, qui dit que Satan ne connaît pas la pensée de Dieu.

D'autres disent que dans D&A 6:16 (et 24), le Seigneur fait peut-être allusion à l'incapacité de l'homme de connaître les pensées des autres et que Moïse 4:6 ne dit rien sur la capacité de Satan de connaître les pensées des hommes. La question de savoir si Satan peut, oui ou non, discerner les pensées et les intentions de notre cœur n'a donc pas de réponse.

Quoi qu'il en soit, il est possible à Satan de déterminer notre sensibilité à telle ou telle tentation d'après nos paroles et nos actions qui révèlent nos pensées.

Comme le Sauveur l'a enseigné, un arbre se reconnaît à ses fruits et « c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle » (Luc 6:45, 46). Satan peut voir nos fruits autant que n'importe qui, et nous pouvons être sûrs qu'il ne tardera pas à tirer profit des faiblesses que nous manifestons.

Si la question de savoir si Satan peut connaître nos pensées est intéressante, en fin de compte, la réponse ne fera probablement aucune différence. II nous est promis que nous ne serons pas tentés au-delà de nos forces (voir 1 Corinthiens 10:13). Nous pouvons choisir en permanence de résister à toute forme de tentation, si telle est notre volonté.

Le président Spencer W. Kimball a écrit : « La tentation se présente à tous. La différence entre le pécheur et la personne digne est généralement que l'un a cédé et que l'autre a résisté. » (Le Miracle du pardon, p. 86-87)

Par notre volonté de servir Dieu de tout notre cœur, de tout notre pouvoir, de tout notre esprit et de toutes nos forces, nous pouvons priver Satan du pouvoir qu'il a sur nous, le pouvoir de nous rendre malheureux. La bataille pour l'âme humaine se livre dans le cœur de chacun, et nous avons tous le pouvoir de vaincre. En nous efforçant de suivre le Sauveur, nous entretenons des pensées d'une nature telle que peu importe qui les connaît.
 

Source : L'Étoile, avril 1985, p. 30-31