la feuille d'olivier

 
 
Déclarations d'hommes politiques sur le mormonisme

 


Thomas E. Dewey (1902-1971), gouverneur de l'État de New-York (1943-1954), le 16 mars 1951 :
 
      Mes relations personnelles avec les dirigeants et les apôtres de cette grande Église ont été particulièrement agréables. La connaissance que j'ai de l'histoire de cette Église et de l'œuvre de ses membres dans notre région montagneuse de l'Ouest et dans le monde entier m'inspire le plus grand respect et les sentiments les plus sympathiques pour eux.
 
      La transformation qu'ils ont effectuée de landes et de déserts en terres fertiles et de villes prospères, est un des miracles de l'énergie et de l'entreprise. Ce miracle est dû à la robustesse, à la persévérance, à l'habileté et à la patience des ancêtres des saints des derniers jours, et à la continuation par leurs descendants d'aujourd'hui de leur œuvre, grâce à leur dévouement au même idéal.

(L'Étoile, mai 1951, p. 73)



John F. Kennedy, futur président des États-Unis, le 23 septembre 1960 dans le tabernacle de Salt Lake City :
 
      Brigham Young n'a pas seulement construit un tabernacle célèbre dans le monde entier, mais un grand État, au cœur d'une région de montagne, en changeant le désert aride en un pays désormais riche en ressources, en beauté et en génie. Ce soir, au nom de tous les Américains, j'exprime ma gratitude aux mormons pour leur esprit pionnier, leur action en faveur de l'éducation et leur exemple de travail et d'autonomie.
 
(http://www.jfklibrary.org)


 
John F. Kennedy, président des États-Unis, le 26 septembre 1963 dans le tabernacle de Salt Lake City :

      Je trouve une force régénératrice et du plaisir à me rappeler l'histoire de ce groupe qui, il y a plus d'un siècle, a fait le voyage périlleux à travers les montagnes et les plaines pour construire un commenwealth saint dans le désert.

      De toutes les histoires de pionniers et de colons américains, rien n'est plus inspirant que l'épopée des pionniers mormons. Les qualités des fondateurs de cette communauté sont les qualités que nous recherchons en Amérique. Ce sont les qualités que nous aimons à sentir dans ce pays : le courage, la patience, la foi, l'autonomie, la persévérance et, surtout, une détermination sans faille pour que prévale le droit.

      Notre tâche aujourd'hui est de transposer cet esprit dans l'état d'esprit de l'Amérique, de nous conduire dans la communauté des nations avec la même combinaison d'énergie et d'endurance qui a conduit Brigham Young et son peuple en toute sécurité dans la vallée du Grand Lac Salé.
 
(http://archive.org/details/jfk19630926)

 

David Ben Gourion (1886-1973), fondateur de l'État d'Israël et ancien Premier Ministre d'Israël 
 
En 1964, Ezra Taft Benson, apôtre de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours et ancien secrétaire à l'Agriculture des États-Unis (1953-1961), rend visite à Ben Gourion qui lui fait l'affirmation suivante, alors qu'il se séparent :
 
      Vous savez, il n'y a aucun peuple au monde qui comprenne les Juifs comme les mormons.
 
(Ezra Taft Benson, Un message de Joseph à Juda, discours prononcé le 2 mai 1976 à Alberta, au Canada)



Ronald Reagan (1911-2004), président des États-Unis de 1981 à 1989

Au cours de son mandat de président des États-Unis (1981-1989), Ronald Reagan a déclaré, à propos des mormons et des premiers convertis britanniques au mormonisme :

      La contribution des mormons à la vie américaine est incommensurable. Et la contribution des îles britanniques et de l’Irlande à l’Église mormone est également immense. Ce sont des contributions d’amour et de joie, de foi et de famille, de travail et pour la collectivité. Elles sont l’attachement à des valeurs qui sont au cœur des nations libres. Et elles sont la foi en la promesse de l’avenir.

(https://www.ldsliving.com/What-President-Reagan-Had-to-Say-About-Mormons/s/81574 ; voir la vidéo)



Adam Lopatka (1928-2003), ministre du culte du gouvernement polonais de 1982 à 1987 :
 
      Votre Église est la bienvenue ici. Vous pouvez construire vos églises, vous pouvez envoyer vos missionnaires. Vous êtes les bienvenus en Pologne.
 
(voir Le Liahona, novembre 2008, p. 67)
 


Jacques Chaban-Delmas (1915-2000), maire de Bordeaux de 1947 à 1995, ancien Premier Ministre et président de l'Assemblée Nationale 
 
Le 30 mars 1984, Jacques Chaban-Delmas reçoit les représentants locaux de l'Église à Bordeaux pour un entretien qui a pour objet la présentation de l'Église, de ses buts et de ses activités, plus particulièrement en ce qui concerne la famille et les perspectives qui s'y rattachent. Un Livre de Mormon, une Histoire de l'Église et des manuels de soirées familiales sont remis au président Chaban-Delmas, ainsi qu'un sondage sur la famille dans le Sud-Ouest. Au cours de l'entretien, le maire de Bordeaux déclare entre autres choses :
 
      Je suis passionné par tout ce que j'entends.
 
      Ce que vous faites est très bien.
 
      En cas de nécessité ou de difficulté, n'hésitez pas à faire appel à moi.
     
(voir L'Étoile, août 1984, Nouvelles locales, p. 14)



Jean-Pierre Detremmerie, maire de Mouscron (Belgique) de 1980 à 2006 et membre du Parlement belge de 1981 à 2005 :

       Les mormons ont comme démarche très courageuse de montrer leurs opinions face aux autres. Ils ne craignent pas de s'afficher. Dans une société moderne, c'est un peu étonnant. Dautre part, ils n'ont pas peur non plus de contacter d'autres personnes. Ils veulent partager leur bonheur. J'ai l'impression que c'est une Église de gens heureux qui désirent partager leur bonheur. C'est assez étonnant à l'heure actuelle.

(A Profile of Faith, film réalisé en 1992 par l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours)



Daniel Hoeffel, sénateur du Bas-Rhin de 1981 à 1993 et de 1995 à 2004 :

       Je connais plus particulièrement la communauté des mormons dans ma Région, l'Alsace, où elle apparaît comme une communauté qui fait preuve de beaucoup d'unité, de cohésion, qui défend des valeurs morales dont le besoin aujourd'hui est plus que jamais ressenti, et je puis dire que de ce fait elle jouit d'une excellente réputation dans notre Région.

(A Profile of Faith, film réalisé en 1992 par l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours)


 
Teddy Kollek (1911-2007), maire de Jérusalem de 1965 à 1993 
 
Propos tenus le 16 février 1992, lors de la tournée du Chœur du Tabernacle mormon en Israël, que Teddy Kollek avait invité 
 
      De tous les combats que j’ai menés en 25 ans dans les fonctions de maire de Jérusalem, celui qui a trait au campus Brigham Young du mont Scopus a peut-être été le plus ardu et certainement parmi les plus importants. Ce n’était pas une action en faveur des mormons mais plutôt pour la tolérance dans une ville qui devrait donner l’exemple au monde. Une ville où chacun puisse prier son Dieu à sa façon et sans restriction. Comment pourrions-nous, nous les juifs qui avons été coupés de nos lieux saints pendant des siècles, refuser aux autres le droit de construire un établissement d’enseignement juste et un lieu de culte à Jérusalem ?
 
(L’Étoile, octobre 1993, p. 21)

 
Henri Caillavet, ancien secrétaire d’État et parlementaire français, en 1995 :
 
      J'étais rapporteur spécial de la Commission Nationale Informatique et Liberté. C'est à dire le rapporteur des problèmes sensibles, des fichiers sensibles politiques, religieux, syndicaux. Bref, l'enquête se déroule sur deux plans : Français et étranger (États-Unis). En France je peux en effet obtenir des renseignements qui sont convenables au plan du droit, et aussitôt je me rends aux États-Unis et qu'est-ce que j'ai constaté ? C'est qu'il y a plusieurs milliards de fiches, d'ailleurs eux-mêmes m'ont dit, et nous sommes en 1989, plus de 14 milliards venant de 40 pays différents. En ce qui concerne les Français : 500 millions de fiches. Depuis, il doit y en avoir davantage puisque le microfilmage a continué. Nous sommes donc en présence d'une bibliothèque géante, la plus impressionnante qui soit.
 
      Alors je me suis bien évidemment intéressé à la finalité. Deux finalités : une finalité religieuse incontestable. Il faut baptiser les ancêtres, c'est pourquoi les mormons vivants recherchent leur arbre généalogique et leurs ascendants parce que les âmes errent dans l'infini du temps, donc il faut pouvoir les sauver. Et une autre finalité qui est évidemment plus propre à une situation moderne, savoir : des recherches sur des fiches particulières, sur des générations particulières, notamment pour des recherches sur le cancer ou des recherches sociologiques. D'où la création d'une commission de contrôle. Parce que pour la première, la finalité religieuse, comme ce sont des pièces qui ont plus de cent ans, n'importe qui peut les consulter. Pour l’autre il s'agit au contraire des pièces d'une époque actuelle, donc il fallait une autorisation spéciale. Je constate que tout cela a été régulier, tout cela est conforme à la législation française. Alors c'est vrai que la commission m'a approuvé.
 
      J'ai quand même une conception personnelle en tant que rapporteur, en tant qu'homme : J'ai trouvé de la part des personnes que j'ai interrogées une très grande sincérité, et je pense qu'il n'y a pas de duplicité. Ce sont des personnes loyales qui entendent au contraire prouver par cette probité extrême qu'elles détiennent la vérité. En tant qu'enquêteur je la cherchais. Mais là je dois dire qu'elles sont assurées de leur vérité. C'est un credo, c'est une foi, mais non sectaire. C'est-à-dire qu'elles acceptent le dialogue avec autrui alors que trop souvent le dogme est éliminatoire, il rejette, et le dogme est agressif, là non. Nous sommes en présence d'une communauté qui a le souci de sa personnalité et de son identité, la certitude de ses choix avec la volonté de convaincre mais non d'imposer. Et c'est là que je dois dire que les mormons, de ce côté là, m'ont particulièrement séduit. Pour autant, je n'ai pas le souci de devenir mormon.
 
(Reportage Les microfilms de l'éternité de Bernard Mounier diffusé sur la chaîne télévisée ARTE le 19 novembre 1995)

 

Bill Clinton, président des États-Unis, en 1997, à l'occasion du cent-cinquantenaire de l'exode des pionniers mormons :
 
      Soixante-dix mille pionniers de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours ont ouvert une piste longue de deux mille kilomètres jusqu'à la vallée du grand lac Salé, en quête de liberté religieuse et d'un abri contre l'intolérance.
 
      Aujourd'hui, nous sommes en admiration devant ce qu'ils ont accompli. Avec foi, courage et détermination, ils ont construit une vie pour leur famille et ont fait fleurir le désert.
 
      À bien des égards, l'histoire des pionniers mormons est celle de l'Amérique. C'est l'histoire de tous ceux qui se sont rendus sur nos rivages à la recherche de la liberté d'adorer selon les inspirations de leur conscience.
 
(L'Étoile, octobre 1997, Nouvelles de l'Église, p. 2)
 


Geraldo Alckmin, gouverneur de l'État de Sao Paulo, au Brésil, en 2006 :
 
      Nous sommes heureux de voir l'Église grandir ici, à Sao Paulo. Les membres de l'Église craignent Dieu. Leurs familles savent entretenir de bons rapports avec leurs voisins et elles ont des principes et des valeurs qui les guident dans la vie.
 
(Church News du 18 février 2006 ; voir aussi Le Liahona, juillet 2006, Nouvelles de l'Église, p. 1-2)
 


Georges Fenech, député, ex-président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) :
 
      En France, le mormonisme n’est plus une secte depuis longtemps. Ils ne pratiquent plus la polygamie depuis le XIXème siècle.
 
(Journal Le Ravi du 15 janvier 2013 ; http://www.leravi.org/spip.php?article1422)



La baronne Emma Nicholson, membres de la Chambre des Lords au parlement britannique :

Le mercredi 10 juin 2015, Jeffrey R. Holland, apôtre de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, s’est adressé à un groupe parlementaire réunissant tous les partis au ministère des Affaires Étrangères de la Chambre des Lords au parlement britannique sur la manière dont l’oeuvre humanitaire peut aider. Ce groupe des Affaires Étrangères est un groupe sans caractère officiel où les membres du Parlement, les chefs religieux et dirigeants de services humanitaires examinent les déclarations de politique étrangère et tiennent des réunions pour inciter un élargissement des discussions au sein du Parlement. À cette occasion, la baronne Emma Nicholson, directrice de ce groupe parlementaire et fondateur et directrice de AMAR, un mouvement d’aide humanitaire international qui aide les communautés du Moyen Orient en proie aux conflits, a déclaré :

       J’ai invité frère Holland à venir à la Chambre des Lords pour qu’il rencontre un bon nombre de mes confrères, membres de la Chambre des Lords. Je veux qu’il partage sa grande connaissance et sa compréhension, son cœur, son intelligence et sa sagesse. Mes collègues, de tous les partis de la Chambre, travaillent énormément pour aider les gens et sont toujours à la recherche de savoir et de moyens afin de faire encore mieux. 

       LDS Charities [organisation humanitaire de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours] est magnifique. Je ne peux vous dire à quel point j’admire ce système colossal qui a été lancé, uniquement en s’appuyant sur la charité. Ces deux organisations [AMAR et LDS Charities] émanent de la même source qui est le bien de tous et le désir profond de donner à chacun une chance de traiter ses propres affaires, et non de survivre mais d’avoir un avenir. C’est pourquoi je me réjouis de ce partenariat. 

(http://www.presse-mormons.fr/article/en-angleterre-un-apotre-mormon-s-adresse-aux-parlementaires-de-la-chambre-des-lords)



Mise à jour : 23/01/2016
 
Voir aussi :
Quelques personnages publics de confession mormone
Le mormonisme en 20 points (M. Russel Ballard)