Sept questions sur
l'oeuvre du temple


La Rédaction



L'objectif de cet article est de servir de rappel aux personnes qui ont déjà reçu les ordonnances du temple et de susciter chez les autres le souhait de s'y rendre et d'y trouver par eux-mêmes la réponse aux questions qu'ils se posent.


Question n° 1 : De quand datent les premiers temples ?

Le précurseur du temple, a été un temple portatif appelé tabernacle utilisé dans 3 versions successives pendant l'Exode, environ 1400 ans av. J.-C.

Le premier temple à proprement parler dont parlent les Écritures est le temple de Salomon, construit environ 1000 ans av. J.-C.

600 av. J.-C., le temple de Salomon est profané puis détruit ; vers 500 ans av. J.-C. il est restauré par Zorobabel ; en 37 av. J.-C. une partie brûle ; quelques années plus tard il est restauré par étapes ; en 70 ap. J.-C., les Romains le détruisent.

Dans l'Antiquité comme aujourd'hui, plusieurs temples ont été en fonction en même temps : le temple néphite au pays de Néphi et le temple de Jérusalem. Mais ce n'est pas tout : les chercheurs ont découvert au moins 3 autres temples israélites : un en Israël, à Arad près de Beer-Schéba ou Bersabée et deux en Égypte, à Éléphantine et à Léontopolis (Stephen D. Ricks, Les temples au cours des siècles).


Question n° 2 : Qu'est-ce qu'un temple ?

Le temple est plus qu'une synagogue ou une église. C'est un lieu privilégié de contact entre les cieux et la terre, entre l'Éternel avec son représentant sur terre, entre la Divinité et l'humanité.

Au Chesney, en 2017, pendant les visites ouvertes au public, un homme est ressorti en pleurs de la salle céleste. Il venait d'y recevoir la visite de sa mère défunte. D'autres expériences spirituelles du même type se sont produites au même endroit. Notons que ces expériences ont été vécues par des personnes qui n'étaient pas membres de l'Église dans un temple pas encore consacré ! De nombreux membres de l'Église du monde entier peuvent témoigner d'expériences sacrées de la même veine vécues dans le temple. Ceci illustre le caractère sacré et le pouvoir du temple.


Question n° 3 : Quelle oeuvre accomplit-on dans le temple ?

On ne parle que de ce qui est publié par l'Église. Deux ouvrages de référence publiés par l'Église parlent des sacrements pratiqués dans le temple :

Le premier, de James E. Talmage, des Douze, La maison du Seigneur, date de 1912
Le second, de Boyd K. Packer, des Douze, Le temple sacré, date de 1980 ; la brochure intitulée « Se préparer à aller au saint temple » en est un condensé

Talmage et Packer, à eux deux, citent neuf rites couramment pratiqués par les saints des derniers jours dans le temple, toutes mentionnées dans les Saintes Écritures :

Le baptême des défunts
La confirmation des défunts
L'ordination des défunts à la prêtrise de Melchisédek
Les ablutions (par définition, avec de l'eau)
Les onctions (par définition, avec de huile)
L'habillement
La dotation
Le scellement des conjoints
Le scellement des générations (parents-enfants).

Les trois premiers rites de la liste ne sont pratiqués dans le temple qu'en faveur des défunts. C'est en-dehors du temple que les vivants reçoivent le baptême, la confirmation et l'ordination à la prêtrise.

Dans les ouvrages de Talmage et de Packer publiés par l'Église sont également diffusées les photographies de nombreuses salles du temple dont nous ne citerons que quelques-unes, en lien avec les rites qui y sont pratiqués :

Les fonds baptismaux et les salles annexes pour le baptême et la confirmation
Les installations dédiées aux ordinations, aux ablutions, aux onctions et à l'habillement (qui font l'objet d'une session d'ordonnances appelées préparatoires) ne figurent pas parmi les photographies
Ensuite, les 5 salles pour la dotation (les deux premières ne se trouvent que dans les temples les plus grands : Salt Lake City, St-George, Los Angeles, Idaho Falls, etc.) :
La salle de la création (création du monde)
La salle du jardin (jardin d'Éden)
La salle du monde (le monde où nous vivons actuellement, comparé à la gloire téleste)
La salle terrestre (représentant la gloire terrestre)
La salle céleste (représentant la gloire céleste)
Enfin,
Les salles de scellement : scellement des conjoint, scellement des générations


Question n° 4 : Qu'est-ce que le rite de la dotation ?

Pour John A. Widtsoe, des Douze, ce que nous appelons une session de dotation se résume en trois parties :

1. L’enseignement dispensé sous forme d’exposés magistraux et de représentations
2. Les alliances contractées
3. Les épreuves de connaissance (qui préfigurent la description de Brigham Young : « …en passant devant les anges qui se tiennent en sentinelles, étant capables de leur donner les mots-clefs, les signes et les symboles qui appartiennent à la sainte prêtrise » (Discours de Brigham Young, 1925, 1975, p. 426) (The Utah Genealogical and Historical Magazine, avril 1921, p. 58, voir l'article)

Ce que frère Widtsoe appelle les alliances contractées, David A. Bednar, des Douze, en précise la nature. Il cite les lois qu'au cours de la dotation nous faisons alliance de respecter (Le Liahona, mai 2019, p. 103) :

La loi d'obéissance
■ L
a loi de sacrifice
La loi de l'Évangile
La loi de chasteté
■ L
a loi de consécration

Ces alliances sont réparties au fil de la dotation que James Talmage décrit en ces termes :

« La dotation du temple, telle qu'elle est administrée dans les temples modernes, comprend une instruction relative à la signification de la suite des dispensations passées et à l'importance de la dispensation présente, qui est l'ère la plus grandiose de l'histoire humaine. Cette instruction comporte un récit des événements les plus marquants de la période de la création, la condition de nos premiers parents dans le jardin d'Éden, leur désobéissance et leur expulsion subséquente de ce séjour de délices, leur condition dans le monde aride et désolé, alors qu'ils étaient condamnés à vivre de leur travail, à la sueur de leur front, le plan de rédemption par lequel cette grave transgression peut être expiée, la période de la grande apostasie, le rétablissement de l'Évangile avec tous ses anciens pouvoirs et prérogatives, la condition absolue et indispensable de pureté personnelle et de dévouement au bien dans la vie actuelle, complétée par la conformité aux exigences de l'Évangile. Les temples érigés par les saints des derniers jours prévoient des salles séparées pour l'enseignement de ces matières, chacune d'entre elles étant consacrée à une matière. »


Boyd Packer explique : « L’une des grandes valeurs de l’expérience du temple, c’est qu’elle présente le panorama complet des desseins de Dieu concernant la terre. Quand nous sommes allés au temple (et nous pouvons y retourner et nous rafraîchir la mémoire), les événements de la vie cadrent avec le plan des choses. Nous pouvons voir en perspective le point où nous sommes et nous pouvons voir rapidement quand nous nous égarons. » (Se préparer à aller au saint temple, p. 10-11)


James Talmage ajoute : « Les ordonnances de dotation comportent certaines obligations de la part de l'individu, telles que l'engagement et la promesse d'observer la loi de la vertu la plus stricte et de la chasteté, d'être charitable, bienveillant, tolérant et pur ; de consacrer ses talents et ses moyens matériels à la propagation de la vérité et au progrès de l'humanité, de rester dévoué à la cause de la vérité, et de chercher à contribuer de toutes les manières possibles aux grands préparatifs faits en vue que la terre puisse recevoir son roi, le Seigneur Jésus-Christ. Au moment de prendre chaque engagement et d’assumer chaque obligation, une bénédiction est prononcée, impliquant une promesse dont la réalisation dépend de la fidèle observance des conditions. » (La maison du Seigneur, p. 82)

Boyd Packer confirme : « Nous faisons alliance avec le Seigneur de consacrer notre temps, nos talents et nos moyens à son royaume. Nous sommes un peuple d’alliance. Nous faisons alliance de donner de nos moyens en temps, en argent et en talent, tout ce que nous sommes et tout ce que nous possédons, dans l’intérêt du royaume de Dieu sur terre. Nous sommes un peuple d’alliance et le temple est le centre de nos alliances. C’est la source de l’alliance. (
Se préparer à aller au saint temple, p. 35-36)

La Première Présidence précise : « Les enseignements, les promesses et les cérémonies du temple sont d’origine ancienne et orientent les enfants de Dieu vers lui à mesure qu’ils contractent des ordonnances et en apprennent davantage au sujet de son plan, notamment sur le rôle du Sauveur Jésus-Christ… Une partie de l’expérience que l’on vit dans le temple consiste à faire des alliances sacrées, ou des promesses, à Dieu. La plupart des gens connaissent les gestes symboliques qui accompagnent la contraction d’alliances religieuses (tels que la prière, l’immersion d’une personne lors de son baptême ou le fait de se tenir la main pendant la cérémonie du mariage). Des gestes symboliques simples et similaires accompagnent les alliances que l’on contracte dans le temple. » (Le Liahona, novembre 2020, p. 124)

Ces propos de la Première Présidence complètent ceux de Brigham Youg qui a déclaré : « Votre dotation consiste à recevoir dans la maison du Seigneur toutes les ordonnances qui vous sont nécessaires, lorsque vous aurez quitté cette vie, pour vous permettre de rentrer dans la présence du Père, en passant devant les anges qui se tiennent en sentinelles, étant capables de leur donner les mots-clefs, les signes et les symboles qui appartiennent à la sainte prêtrise et d’acquérir votre exaltation éternelle en dépit de la terre et de l’enfer. » (Discours de Brigham Young, chapitre 36)

Robert D. Hales, des Douze, résume : « Le temple est la meilleure université que l'homme ait jamais possédée pour acquérir la connaissance et la sagesse au sujet de la création du monde. Les ablutions et les onctions nous disent qui nous sommes, et la dotation nous donne des instructions sur la manière dont nous devrions diriger notre vie dans la condition mortelle... La cérémonie de la dotation est un don, qui consiste en une série d'instructions sur la manière dont nous devrions vivre, et d'alliances que nous faisons de vivre en droiture en suivant notre Sauveur. » (Le Liahona, avril 2006, Nouvelles de l'Église, p. 9)


Question n° 5 : À quels rites ou ordonnances peut-on participer en fonction de notre âge ?

Les bébés, enfants et adolescents, s'ils ne sont pas nés dans l'alliance (de parents scellés), peuvent être scellés à leurs parents.
À partir de 12 ans, on peut être baptisé et confirmé pour des défunts.
Avant de partir en mission à plein temps ou avant d'être marié pour l'éternité dans le temple, on reçoit les ordonnances préparatoires et la dotation.
Idem quand on a suffisamment de maturité pour être doté.
Une fois doté, on peut participer à l'ensemble des ordonnances en faveur des défunts.

Après avoir énuméré tout cela, on n'a pas dit grand chose. La signification du vocabulaire employé ici est limitée par l'interprétation qu'en fait le lecteur ou l'auditeur. Pour comprendre, il faut se rendre au temple. Et pour y entrer, il faut une recommandation qui sert de laisser-passer.

Lors de la conférence générale d'octobre 2019, Russell M. Nelson, président de l'Église, a énuméré 18 questions (voir Le Liahona, novembre 2019, p. 121) posées aux saints des derniers jours avant qu'ils reçoivent un certificat (appelé recommandation) attestant de leur dignité pour pouvoir oeuvrer dans le temple. À ces questions on répond par oui ou par non (pour recevoir la recommandation, il est attendu de répondre oui à certaines questions, non à d'autres). Cette recommandation à l'usage du temple doit être signée par 3 personnes : le demandeur, un membre de l'épiscopat et un membre de la présidence de pieu ; ce qui implique 3 entretiens : le premier avec soi-même, etc.


Question n° 6 : Sans recommandation, que peut-on voir du temple ?

En 2018 et 2019, une femme qui n'est pas membre de l'Église est entrée dans 4 temples : celui de Madrid, celui de Rome, celui de Paris et celui de Lisbonne ; à Madrid et Paris, dans la salle d'attente (ces temples sont déjà consacrés) ; à Rome et Lisbonne, dans la majeure partie du temple lors des visites publiques organisées avant leur consécration.


Question n° 7 : Quelle différence y a-t-il entre recevoir les ordonnances du temple et ne pas les recevoir ?

Lors de la conférence générale d'avril 2019, le président Nelson a déclaré : « Je voudrais dire à mes amis réticents : 'Dans cette vie, vous ne vous êtes jamais contentés du deuxième choix. Pourtant, en refusant d’embrasser pleinement l’Évangile rétabli de Jésus-Christ, vous décidez de vous contenter du deuxième choix. Le Sauveur a dit : ‘Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père’ (Jean 14:2). Cependant, en décidant de ne pas contracter d’alliances avec Dieu, vous allez vous contenter d’un piètre toit au-dessus de votre tête pendant toute l’éternité.' …Mes chers frères et sœurs, Jésus-Christ nous invite à suivre le chemin des alliances pour rentrer chez nos Parents célestes et être avec nos êtres chers. Il nous lance l’invitation : 'Viens, et suis-moi.' » (Le Liahona, mai 2019, p. 90)

C'est grâce au sacrifice expiatoire de Jésus-Christ, qui a sauvé l'humanité de son état déchu, que nous pouvons recevoir les sacrements du temple. Puissions-nous bénéficier de toutes les ordonnances du temple afin de recevoir la plénitude de ce que le Père a prévu pour chacun de nous, dussions-nous lutter toute notre vie pour y parvenir.