L'amour de Joseph Smith pour ses parents



Susan Arrington Madsen




Le prophète Joseph Smith savait que sa vie était en danger. Des populaces furieuses l’avaient suivi partout, menaçant sa vie et celle de sa famille. Puis à l’automne de 1838, il avait été de nouveau arrêté à Far West, dans le Missouri.


Tandis qu’on le liait et le poussait dans un chariot bâché, il demanda à pouvoir dire au revoir à sa mère, Lucy Mack Smith, qui, en larmes, le voyait emmener. Les policiers refusèrent de le laisser descendre de chariot ; il demanda donc à sa mère de s’approcher. Cherchant frénétiquement, Joseph découvrit une déchirure dans la toile et tendit la main pour toucher celle de sa mère pour un dernier adieu. Le simple fait de lui toucher la main lui paraissait important au moment où le chariot partait en trombe et l’emmenait à la prison de Liberty. Il y fut enfermé pendant six mois dans un cachot sombre et plein de monde.


Joseph éprouva toujours un grand amour pour son père et sa mère, et de nombreuses histoires illustrent sa sollicitude pour leur bien-être et de son désir de les honorer. Un de ses récits parle de l’époque où Joseph, dans sa jeunesse, subit une opération à la jambe. Plutôt que de permettre que sa mère le vît ou l’entendît souffrir, il la supplia de quitter la chambre pendant cette douloureuse épreuve. Il demanda aussi qu’on ne le liât pas, mais que son père le tînt dans ses bras pendant l’opération.


Quand il devint plus âgé, Joseph passa bien des jours au chevet de ses parents pour les ramener à la santé. Chaque fois qu’il allait s’installer dans une nouvelle localité, il prenait des dispositions pour que l’on construisît une maison près de lui pour ses parents, afin de les avoir près de lui pour avoir leurs conseils et leur compagnie.


Sa mère décrit le bonheur qu’éprouva le prophète lorsque son père, Joseph Smtih père, fut baptisé en 1830 : « Joseph se tint sur la rive, et donnant la main à son père il s’exclama avec des larmes de joie : ' Mon Dieu, sois loué que j’aie vu mon père baptisé dans la vraie Église de Jésus-Christ ! ' »


Un autre événement qui montre l’amour et le respect de Joseph pour son père se produisit après un désaccord entre lui et son frère William. Joseph alla demander conseil à son père et la querelle fut réglée lorsque le jeune Joseph accepta docilement le conseil de celui-ci.


Un jour Joseph témoigna que c’était une grande bénédiction d’avoir des parents dont les années de maturité et l’expérience leur permettaient de donner les conseils les plus sains.


Ses parents, de leur coté, l’aimaient et le soutenaient. Son père et sa mère furent les premiers à entendre et à croire à l’histoire de l’apparition de notre Père céleste et de Jésus-Christ dans le bosquet sacré lorsque Joseph la raconta. Les parents du prophète étaient tous deux présents le 6 avril 1830, le jour où l’Église fut organisée. En 1833, son père fut ordonné premier patriarche dans l’Église et un an plus tard il en devint un des vice-présidents.


L’amour de Joseph pour ses parents était si grand qu’il écrivit dans son journal : « Heureuse ma mère, parce que son âme est toujours remplie de bienveillance ; heureux mon père, car la main du Seigneur sera sur lui. »



Source : L'Étoile, août 1977, p. 20